Archives de catégorie : Nuit

GERM/Anthropologie de la Nuit (27/04/17)

Le GERM et le « groupe Anthropologie de la nuit » ont le plaisir de vous convier au séminaire donné par notre collègue Rocío Noemi Martínez

le jeudi 27 avril 2017
11h00 à 13h00
(suivi d’un en-cas)

Ik’aletik : « les hommes noirs » et leurs identifications multimodales pendant la fête de k’in tajimol, « les jeux du soleil » (un carnaval maya tsotsil)

La complexité des personnages dont on traduit le nom littéralement par « les noirs » lors de la fête de k’in tajimol — la célébration la plus ancienne du calendrier maya-tsotsil actuel o’tol k’ak’al (« le compte des jours ») — se manifeste par les différents moyens de les personnifier, que ce soit par leurs vêtements et artefacts ou par les actions auxquelles ils participent durant les cinq jours de la fête.

Dans cette présentation, on tentera d’analyser les noms différents que les acteurs de la fête attribuent à ces personnages, évoqués dans un chant nocturne (riox) qui les fait surgir du monde des morts ; « sacrificateurs de notre-père le soleil et son épouse », jtotik max « nos pères singes « , ik’aletik ahau (« seigneur noir, seigneurs des vents »), tata ak’abal kaxlan (« père métis de la nuit « ), bankilal kaxlan (« frère aîné métis « ), pukuj (« démon ») xutax (« judas »), ik’al mut (« oiseau noir »)…

Ik’aletik :“los hombres negros”, sus identificaciones multimodales en la fiesta del k’in tajimol, “los juegos del Sol”, (un carnaval maya tsotsil)

La complejidad de estos personajes de los que se traduce literalmente su nombre como “los negros” en la fiesta del k’in tajimol (la fiesta más antigua del calendario maya-tsotsil actual, O’tol k’ak’al), se manifiesta a través de sus distintos modos de personificarlos ya sea por sus indumentarias y artefactos, pero también por las acciones en las que participan durante los cinco días de fiesta.

En esta presentación intentaremos analizar los distintos nombres que les dan a estos personajes los actores de la fiesta, también evocados en un canto nocturno (riox), que hace que se levanten del mundo de los muertos como: “sacrificadores del jtotik” (nuestro padre Cristo-Sol y su esposa), como jtotik max (nuestros padres monos), Ik’aletik ahau (Señores negros, señores del viento), Tata ak’abal kaxlan (padre mestizo de la noche), bankilal kaxlan (hermano mayor), Pukuj (el diablo), Xutax (Judas), ik’al mut (pájaro negro) …

PUBLICATION : « LAS COSAS DE LA NOCHE »

Aurore Monod-Becquelin et Jacques Galinier (coords) 2016

Telecharger-volume-complet-las-cosas-de-la-noche (5,66 Mo)

Sommaire :

Las cosas de la noche
Jacques Galinier et Aurore Monod Becquelin

Introducción: «Nocturnidades»
Deborah Puccio Den

La noche entre los yucuna de la Amazonia colombiana, de la mitología a los conjuros
Laurent Fontaine

Un pensamiento en la noche. El dualismo critico de los otomíes contemporáneos.
Jacques Galinier

Soñar para conocer el día y viceversa.
Florence Brunois

Sueño y adivinación en Mesoamérica: algunos apuntes.
Guilhem Olivier

Topografía de la noche: la nocturnidad de un magistrado antimafia.
Gherardo delle Notti y Deborah Puccio Den

Ritos nocturnos y nacimiento del sol entre los aztecas
Nathalie Ragot

Cuando el sol se oculta: muerte y transformación en Palenque
Laura Filloy Nadal

La profundidad de la noche maya
Eve Mothré et Aurore Monod Becquelin

Entre la obscuridad y el sueño: los temores nocturnos entre los inuits del alto Ártico
Guy Bordin

Pueblo diurno, pueblo nocturno: las nociones nahuas sobre la noche y la oscuridad
Laura Romero

Fronteras, sueños y piedras: antropología de la noche en el contexto zápara (alta Amazonia)
Anne-Gaël Bilhaut

El universo onírico wixaritari a través de su lenguaje
Arturo Gutiérrez del Ángel

La economía de la noche: apropiación y información
Philippe Simonnot

La noche: nuevo objeto de salvaguarda
Samuel Challéat

¿ Se está trivializando el trabajo nocturno? El caso francés de las enfermeras y las auxiliares de enfermería en el medio hospitalario
Paul Bouffartigue

Las trasnochadas y los pescadores de mar adentro
Boris Charcossey

¿Una cosa de la noche? Sobre la historia del sueño en Alemania (1880-1980)
Hannah Ahlheim

 

GERM Anthropologie de la Nuit (13/01/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM sont heureux de vous inviter au séminaire commun  :

Le 13 janvier 2017,
14h30 à 16h30
Max Weber, salle de séminaire 1
Anthropologie de la nuit—GERM

Cédric Becquey : De la nuit et de l’obscurité diurne : une étude épigraphique maya.

la_chauve-souris

Nous initierons les séances Nuit/GERM par une intervention dédiée à l’épigraphie maya. Nous observerons, dans cette étude préliminaire, comment les concepts de « nuit » et d’ « obscurité » interviennent dans les inscriptions glyphiques mayas. Dans un premier temps, nous verrons les occurrences où ils apparaissent comme référents sémantiques au sein des textes, contextes relativement rares en dehors de quelques formules relevant du parallélisme et/ou du diphrasisme. Dans un deuxième temps, nous analyserons plus en détail le motif de la « nuit » comme éléments graphiques. En effet, à l’instar des clés des idéogrammes chinois, ce motif est constitutif d’un grand nombre de glyphes revoyant à des signifiants parfois très éloignés, a priori, du concept de nocturnité. A travers les associations d’idées que ces compositions graphiques impliquent, nous tenterons alors, par inférences, de mieux appréhender le symbolisme de la « nuit » pour les anciens mayas à la lumière d’une telle approche.

Séminaire Anthropologie de la Nuit (03/05)

Le mardi 3 mai, de 10h à 13h

Guillaume Garnier (docteur en histoire moderne de l’Université de Genève et en histoire contemporaine de l’Université de Poitiers) et Arnaud Exbalin (historien spécialiste du Mexique colonial et maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre) interviendront dans la séance du séminaire « Anthropologie de la Nuit » organisé par le LESC.

Avec la participation de Nadine Beligand, Maître de Conférences en Histoire Moderne, LARHRA Université Lumière Lyon 2.

Guillaume Garnier
Quand le corps rencontre la nuit« 

Depuis quelques années, la nuit a réussi à conquérir l’intérêt des historiens de différentes époques. Ces derniers ont étudié la singularité de la nuit comme espace social et culturel spécifique ainsi que les enjeux que présentait ce cadre spécifique. Pour autant, la nuit est constituée de valeurs transversales et pluridisciplinaires qu’il ne faut pas négliger.

C’est dans ce sens que j’entends poursuivre mes recherches en les inscrivant davantage encore dans une approche d’anthropologie historique. Si la nuit en tant que cadre environnemental mérite toutes les attentions des observateurs, elle prend encore plus de sens quand sont évoqués et analysés ses rapports avec les corps.
Le sommeil est une interaction logique et majoritaire des temps obscurs, mais sa gestion et celle des temps de veille sont pour une partie importante, soumise à de véritables impératifs culturels. Les nuits sont donc plurielles selon les corps en présence, les sociétés, les contextes, autant que régies par climats et contraintes naturelles. Mes dernières recherches sur la pertinence des événements nocturnes et sur les corps endormis n’ont fait d’ailleurs que souligner l’importance de les prolonger, d’autant plus qu’elles permettent de réfléchir sur les moyens de s’approprier (ou non) la nuit à des périodes distinctes.

Aussi, j’essayerai de présenter dans cette intervention les pistes éclairées par mes recherches sur l’histoire du corps endormi, celles résultant de ma collaboration avec Alain Cabantous sur les événements historiques nocturnes, et enfin les problématiques et réflexions que je pourrai apporter et soutenir dans le cadre de ma collaboration avec le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et au sein du séminaire « anthropologie de la nuit » (réflexion globale sur la place de l’homme/du corps durant la nuit, réflexion sur la méthodologie d’une anthropologie de la nuit : quelles sources ? quels espaces ? quelle approche comparatiste ? et surtout la place du sommeil durant la nuit jusqu’à nos jours). A l’évidence une étroite collaboration théorique et méthodologique avec l’anthropologie est indispensable pour la menée d’une telle perspective de recherche.

Arnaud Exbalin
Domestiquer la nuit. Perspectives ehtno-historiques« 

Arnaud Exbalin et Sophie Reculin présenteront leurs recherches respectives sur la naissance de l’éclairage public au XVIIIe siècle en France et au Mexique ainsi que leur nouveau projet de recherche commun intitulé « Civiliser la nuit. Invention, pratiques et régulations des espaces publics nocturnes dans les villes occidentales (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Ces historiens de la ville souhaiteraient ouvrir un dialogue avec les anthropologues du LESC et à moyen terme construire un partenariat plus durable. Outre la fécondité qui n’est plus à démontrer d’associer histoire et anthropologie dans la recherche en science sociale, ce projet s’inscrit pleinement à la croisée des deux disciplines. L’usage de certaines sources favorise en effet une approche fine des territoires et des perceptions individuelles de la nocturnité. Certains questionnements qui seront soulevés ne peuvent en effet faire l’économie de concepts et de méthodes propre à l’enquête ethnologique. Comment les habitants réagissent-ils aux dispositifs matériels (éclairage) et normatifs (règlements) mis en œuvre par les autorités urbaines au cours du XVIIIe siècle ? De quelle manière intègrent-ils ou détournent-ils, dans leur quotidien, les effets d’une illumination permanente ? Nous serons particulièrement attentifs à certains lieux fréquentés en première partie de la nuit (promenades, alentours des théâtres, tavernes), lieux pour lesquels nous disposons de sources, notamment judiciaires et policières. Des scénarios à description dense seront rendus et analysés au moyen des archives de la pratique afin de rendre compte de la pluralité des acteurs qui participent à la fabrique d’une paix urbaine longtemps considérée comme incompatible avec la nuit. Au-delà, comment bascule-t-on d’une nuit effrayante dont l’image fut patiemment construite par hommes d’Eglise et juristes à une nuit synonyme de plaisirs socialement valorisée ? Si les études relatives aux imaginaires nocturnes ont fait la part belle à la littérature, nous voudrions explorer d’autres gisements documentaires moins utilisés. Outre la presse, les chroniques et les journaux de voyage, les journaux intimes mais aussi l’iconographie nous donneront accès aux perceptions du sens intérieur et aux systèmes d’émotions construits par les nocturnités.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308