Archives de catégorie : SEMINAIRES

Présentation UIMQRoo (Université Interculturelle Maya du Quintana Roo)

Le 18 mai 2015, à 11h

Eduardo Montalvo Pool,
professeur à L’Université Interculturelle Maya du Quintana Roo (UIMQRoo), Mexique,

Eduardo Montalvo Pool coordonne le Centro Intercultural de Aprendizaje de Lenguas et est chargé de nombreux enseignements (Educación Intercultural, Evaluación del Aprendizaje, en un contexto intercultural, Ateliers de traduction…, etc.) au sein de la UIMQRoo, située à José Maria Morelos, où étudient de nombreux jeunes Mayas yucatèque des villages environnant.
Notre invité fera une présentation de la UIMQRoo, de ses intentions, utopies, de sa position, et de ses limites, dans le paysage culturel et linguistique de la péninsule du Yucatan.

INALCO (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris)

salle 3.14 (3ème étage)

Séance GERM (09/04/2015) : « Révolte des objets »

Le jeudi 9 avril 2015, de 10h à 12h

« Révolte des objets«  

Comme nous l’avions annoncé lors d’une réunion du GERM, nous voudrions explorer la possibilité d’engager un réflexion collective à partir d’un motif mythologique baptisé la « Révolte des objets », raconté dans diverses populations tant méso- que sud-américaines. Associés à des épisodes de catastrophes, ou de « fin du monde » suite à des éclipses – d’où notre envoi aujourd’hui pour être synchrone –, ces épisodes relatent en effet comment des objets tels que des marmites et autres artéfacts de la vie courante, se retournent contre leurs maîtres humains pour les dévorer.

Nous souhaitons aborder ce motif mythique moins comme un objet en soi que comme une porte d’entrée pour réfléchir, dans un cadre plus vaste, aux conditions d’imputation d’agentivité destructrice aux artéfacts et parfois aux animaux (susceptibles eux aussi de se révolter), ainsi qu’aux ponctuations mytho-cosmologiques catastrophiques, passées ou à venir, qui génèrent des transformations radicales dans l’ordre du monde au-delà de la société humaine, ou encore aux conceptions du vivant qui sous-tendent la  possibilité de concevoir de tels destructions/recréations.

Conformément à la pratique de l’interdisciplinarité au sein du GERM, nous souhaiterions évaluer la pertinence de l’étude de cette configuration – dont on ne fait ici qu’évoquer quelques composants –  pour des archéologues, des historiens ou des linguistes. Par ailleurs, il s’agira de juger de sa fécondité potentielle pour ouvrir un chantier comparatiste entre la Mésoamérique et les Andes – incluant peut-être aussi l’Amazonie bien que cette thématique y semble apparemment moins clairement représentée (ce qui peut aussi être intéressant par ailleurs).

A ce stade, nous avons réunis quelques textes et nous vous proposons de nous retrouver à la MAE le 9 avril en 10h et 12 h (salle 308). Lors de cette réunion préparatoire, nous vous exposerons de manière informelle les premières directions dans lesquelles un tel projet collectif pourrait s’engager. Nous vous invitons donc à assister à cette séance et, si vous en avez, à nous envoyer des données ou des références liées à la question de la révolte des objets.

Un pique-nique collaboratif fera suite à la séance.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Journée du GERM (6/02/2015): « Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas »

Le vendredi 6 février 2015, de 10h à 15h

« Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas«  

10h-11h

Vestiges de majesté : reliques des hommes et des dieux dans la tradition religieuse maya

María del Rocío Maza García de Alba (doctorante EPHE)

Chez les Mayas, la préservation des reliques a une très longue histoire qui permet de soupçonner une certaine continuité idéologique depuis l’époque précolombienne. Cependant, en dépit de sa diffusion et de sa persistance, un aspect étroitement lié à ce sujet n’a été abordé que de façon tangentielle : les pratiques des doubles funérailles visant à l’obtention d’ossements. Une première approche des traitements des restes humains avant la Conquête espagnole montre que les corps des sacrifiés et des prisonniers étaient exhibés publiquement en tant que trophées et préservés, ingérés, ou détruits, avec l’intention de profiter de façon immédiate de leur énergie vitale au profit du capteur ou de la communauté ayant offert le sacrifice. En revanche, les reliques des ancêtres et celles des dieux, précieusement gardées, étaient conçues comme des moyens pour maintenir l’existence personnelle de ces êtres et pour communiquer avec eux. Elles jouent dès lors un rôle politique central depuis le niveau familial jusqu’à l’organisation de l’État. La préservation des restes corporels pourrait être liée aux conceptions mayas de la personne et à la permanence après la mort, sur certains vestiges humains, du composant nommé q’aq’ en k’iche et en cakchiquel et impliquant « feu, chaleur, force, pouvoir ou majesté ». La signification de ce terme, présent dans plusieurs langues mayas, le rend aussi très proche des forces animiques nommées autrement dans d’autres langues mayas, mais partageant la caractéristique de s’accroitre avec l’âge et l’exercice de charges publiques.

11h-11h15

pause

11h15-12h15

Les vestiges sont-ils des lieux de mémoire ? Réflexions sur leur manque de valorisation dans les populations chol et tseltal

Cédric Becquey (docteur en linguistique) et Marie Chosson (INALCO)

Les vestiges d’activités humaines passées, pyramides préhispaniques ou églises coloniales, jalonnent le paysage de la plupart des communautés mayas. Malgré l’importance, pour ces groupes, de la référence à l’ancestralité, il est courant de remarquer, dans les populations chol et tseltal, un manque d’investissement particulier, symbolique ou affectif, de ces lieux. À partir d’exemples contrastifs, rencontrés dans des communautés villageoises historiquement ancrées dans leur territoire mais aussi dans des groupes ayant récemment migré, seront examinées certaines conceptions relatives aux constructions mémorielles et aux rapports des hommes avec leurs ancêtres. Un examen de la tradition orale et des pratiques relatives aux interactions avec ces ancêtres nous offrent plusieurs pistes pour comprendre cette absence de valorisation distinctive des vestiges. Elle pourrait s’expliquer en partie, par le fait que les générations d’hommes traversant le cours du temps, ne semblent pas avoir marqué, pour eux, le paysage historique et aucune action humaine n’est utilisée comme repère identitaire de la constitution du groupe. De plus, si tout individu aux actes remarquables est systématiquement transformé en héros aux qualités divines, le groupe générique des ancêtres acquiert lui aussi des qualités particulières. Parmi celles-ci, nous reviendrons particulièrement sur la nature dynamique des entités du passé, ancêtres ou divinités, qui leur permet de continuer à vivre dans le présent en se déplaçant et investissant d’autres éléments du paysage, délaissant souvent les vestiges. Par cette intervention nous souhaitons avant tout nous interroger sur la pertinence de l’usage du concept même de « lieux de mémoires » dans ces deux populations.

12h15-13h

Des rituels de mémoire et des vestiges communautaires chez les Tzeltal de San Juan Cancuc (Etat du Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (chercheur associé EREA/LESC)

Nous allons essayer d’aborder les mécanismes de mémorialisation attachés aux vestiges communautaires par le biais de l’intangibilité. C’est à dire, en examinant les significations patrimoniales du paysage qui existent dans les opérations rituelles, en particulier dans les paroles des prières des spécialistes rituels.

Déjeuner (picnic participatif)

13h45-14h15

Présentation du GDRI – discussion du programme d’activités

14h15-15h15

Les ruines mayas, de l’intérieur : des temporalités ineffables

Valentina Vapnarsky (EREA/LESC)

On peut distinguer dans les conceptions actuelles des Mayas yucatèques de la région orientale deux grands pans de l’histoire passée, l’un correspond à leur installation dans la région il y a quelques générations, à la guerre des Castes et ses prolongements, l’autre concerne les humanités antérieures. Alors que le premier est largement narré et commenté, le second n’est qu’évoqué et ressort sensiblement du domaine de l’ineffable. Pourtant, cette histoire, très ancienne, telle qu’elle est qualifiée, s’instille dans les pratiques du quotidien, en particulier dans celles de l’utilisation de l’espace sylvestre et agricole. Elle est attachée à des lieux, les múul, monticules-vestiges présents dans la forêt, et objets de grandes précautions. Ces lieux vivants, génératifs, exigeants sont la demeure des esprits gardiens, et indexent des temporalités plurielles. Les múul sont par ailleurs, selon les situations, assimilés ou distingués des rwiinas, dont les édifices, au grand jour, sont visités par les touristes. Cette présentation s’attachera à élucider les relations entre múul, esprits gardiens et ancêtres, humanité passées et actuelle, et les questions que ces relations soulèvent sur les modes mayas de penser la cyclicité, la permanence et la transformation.

15h15-15h45

Discussion générale

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Journée du GERM (29/01/2015): « Pratiques rituelles et dépôts à la période Classique : Le cas du site Maya de Naachtun »

Le 29 janvier 2015, de 10h à 17h

« Pratiques rituelles et dépôts
à la période Classique (150-950 D.C.) :
Le cas du site maya de Naachtun »
 

(titres préliminaires)

  • Introduction sur le site de Naachtun et sur la journée.

Philippe Nondédéo

  • Sexualité, fertilité et abondance : le cas d’un dépôt de fondation remarquable à Naachtun.

Julie Patrois

  • De la fondation à l’abandon des unités résidentielles : aperçu des pratiques rituelles dans la Périphérie Sud de Naachtun.

Julien Hiquet

  • Inventaire et discussions sur les dépôts rituels en contexte public.

Philippe Nondédéo et Dominique Michelet

  • Pratiques rituelles et dépôts spéciaux en contexte funéraire dans les ensembles résidentiels élitaires du Classique terminal.

Julen Sion, Chloé Andrieu, Isaac Barrientos

  • Pratiques rituelles et pratiques funéraires dans le Groupe résidentiel 5N6.

Hemmamuthé Goudiaby

  • Les feux rituels à Naachtun, approche anthracologique.

Lydie Dussol

  • Conclusions et discussion.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Salle 308
Nanterre

Séance du GERM (9/12/2014) : « Pouvoir et altérité »

Le mardi 9 décembre de 10h à 11H45

Juliette Testard (doctorante de l’UMR 8096) fera une présentation intitulée :

« Pouvoir et altérité. Nouveaux regards sur les interactions suprarégionales à l’Epiclassique (600 à 900 apr. J.-C.) dans le Mexique central (Puebla-Tlaxcala et Morelos).« 

Cette présentation sera suivie, entre 12h et 13h par une réunion d’organisation du GERM pour 2015

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre
Nanterre
salle 308

Séance du GERM (02/12/2014) : « La chimère de Saint martin à cheval (Hautes terres Mazatèques) »

Le mardi 2 décembre 2014, de 15h à 17h

Magali Demanget (CERCE / Université de Montpellier)
fera une présentation intitulée :
« La chimère de Saint martin à cheval (Hautes terres Mazatèques)«  

Dans cette présentation, on abordera les transformations du maître de la Montagne, Chikon Nindó Tokoxo, également san Martín caballero.
Le lien entre la ville et la montagne est ancien, comme en témoigne un lienzo du XVIIIe siècle. Il a pris de nouvelles formes depuis, à l’instar de la personnification de cette montagne qui apparaît en tension entre les pôles du saint et du diable, de l’humain et de l’animal.

Lieu :

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre, LESC
NANTERRE
salle 308

Conférence Tsubasa Okoshi (13/10/2014)

Dans le cadre des activités du GERM associées au colloque Mesures et textures du temps chez les Mayas, nous avons le plaisir de vous inviter à une conférence de
Tsubasa Okoshi (Centro de estudios Mayas, UNAM), 
13 octobre, 10h-12h30,
LESC, salle 308, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie – université Paris Ouest Nanterre La Défense
Interpretando el espacio dibujado: los mapas indígenas en la Gobernación de Yucatán, siglos XVI-XIX

Stage intensif INALCO (29/09-04/10-2014) : « Langue et Ecriture Maya »

Le stage intensif de
Langue et Ecriture Maya
aura lieu du 29 septembre au 4 octobre 2014

organisé par l’INALCO, avec le soutien de l’Institut des Amériques et du musée du quai Branly

Veuillez cliquer ici pour ouvrir la brochure du stage

La semaine Maya de l’INALCO s’adresse à toute personne ayant un intérêt pour les Mayas des époques préhispaniques à nos jours, désireuse d’acquérir des connaissances sur leurs langues et cultures.

Elle propose aux étudiants de s’initier :

  • à une langue maya, parmi celles encore les plus parlées aujourd’hui, le tseltal, par des cours donnés par Javier Francisco Sánchez Gómez, locuteur natif et linguiste maya tseltal et Marie Chosson, maître de conférence à l’INALCO.
  • au déchiffrement de l’écriture maya préhispanique, par des cours donnés par Cédric Becquey, spécialiste en épigraphie et en linguistique diachronique des langues mayas.

L’inscription à ce stage donne droit :

Ce stage s’intègre au cursus de Langues et Cultures Mayas de l’Inalco (Diplôme d’Etablissement en 2 ans), qui s’étend sur toute l’année. Les participants sont invités à poursuivre le cursus (dont les heures du stage sont décomptées) mais ils peuvent ne suivre qu’une partie ou l’intégralité du stage initial.Ces enseignements sont en étroite relation avec la recherche mayaniste qui se fait au sein du Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (MAE) à l’Université Paris Ouest Nanterre, groupe auquel collaborent les enseignants.

Pour plus de renseignements sur les modalités d’inscription contactez :

Marie Chosson : marie.chosson@inalco.fr

Conférence Matilde Gonzalez Izás (29/09/2014)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence que donnera Matilde González Izás,
anthropologue et historienne de la Université Landívar, Guatemala

Le  29 septembre 2014,
9h-11h

Université Paris Diderot, Olympe de Gouges,
8, rue Albert Einstein 75013 (Place P.Ricoeur), salle M19

L’URMIS, le CESSMA et le Séminaire itinérant MESO en collaboration avec le Groupe d’enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique (GERM), invitent à la Présentation et discussion autour de deux ouvrages récents de Matilde González-Izas, anthropologue et historienne de la U. Landívar, Guatemala

Modernización capitalista, racismo y violencia en Guatemala, 2014, El Colegio de México
Territorio, actores armados y formación del Estado, 2014, Cara Parens-U.Landivar

Avec la contribution de Michel Wieviorka, Président de la FMSH, et de l’auteure.

Conférence Société des Américanistes (26/06) : « Le Temple des Inscriptions et la parure funéraire de K’inich Janaab’ Pakal de Palenque »

Le 26 juin 2014, à 18h

Musée du Quai Branly
Salle de cinéma

Laura Filloy Nadal (restauratrice du Laboratoire de Conservation Musée National d’Anthropologie, Mexico) présentera la conférence (en espagnol) :

Le Temple des Inscriptions et la parure funéraire de K’inich Janaab’ Pakal de Palenque 

Le 28 août 683 apr. J.-C., K’inich Janaab’ Pakal , le plus célèbre des rois de Palenque, entra “dans le chemin de la mort”. Auparavant il avait fait préparer une chambre funéraire, une riche parure de jade et fait construire une pyramide supportant un temple dans lequel lui rendre un culte. Treize siècles plus tard, en 1952, le célèbre archéologue mexicain Alberto Ruz Lhuillier fouilla son mausolée. Dans les perspectives de la conservation et de l’archéologie, on analisera l’origine de la matière première, la technique de fabrication et la méthode choisie par les artistes mayas pour élaborer cette parure funéraire de K’inich Janaab’ Pakal. Seront aussi traités le symbolisme et le rituel exécuté lors des funérailles du souverain.

Séance du GERM (24/06) : « Donner à manger à la maison … »

Le 24 juin 2014,

à 14h30

M-Charlotte Arnauld (ArchAm)

« Donner à manger à la maison: architecture maçonnée et dépôts rituels »

Un dépôt exceptionnellement riche en animaux de petite taille d’espèces aquatiques (eau de mer et eau douce) et arborées (oiseaux du groupe passereaux) a été trouvé au centre de l’Edifice 6E12Sub de La Joyanca (Guatemala) en 2003. Il a été fait au moment du remblaiement de la structure sur laquelle a été construite un temple sur son soubassement pyramidal, vers 750 apr. J.-C. On tente de replacer ce dépôt à la fois dans ce processus de construction particulier, dans l’ensemble des dépôts associés aux édifices publics et privés du même site de même époque et dans quelques autres sites mayas classiques, sans prétendre épuiser le champ immense des comparaisons. Ce dépôt pose des questions concernant le temps impliqué dans la construction, les risques encourus par les constructeurs, l’espace ainsi créé et sa relation à l’environnement, enfin, peut-être aussi, les modalités du travail collectif. 

Nanterre:
LESC, MAE
salle 308

Hommages du GERM (24/06) : Cérémonie de remerciement à M. et Mme. Laborde

Le 24 juin 2014,

à 17h

Cérémonie de remerciement à M. et Mme. Laborde,

 

lesquels ont généreusement fait don d’un important fonds d’ouvrage sur la Mésoamérique. Ce fonds, donné à la Société des Américanistes, est déposé à la Bibliothèque d’ethnologie Eric-de-Dampierre (MAE, Nanterre) et nourrira les recherches des membres du GERM et de tous les étudiants et collègues intéressés.
par la Mésomamérique.

 

Nanterre:
LESC, MAE
salle 308

Séance du SAA : « La défense des lieux sacrés huichol par le rêve »

Le vendredi 23 mai 2014, de 13h à 15h

Arturo GUTIÉRREZ DEL ÁNGEL – Professeur, programa de estudios antropológicos, Colegio de San Luís (Mexique) – fera une présentation intitulée :

« La défense des lieux sacrés huichol par le rêve« 
(la conférence sera donnée en espagnol)

Les Wixaritari (ou Huichol) n’établissent pas sur le plan linguistique de distinction entre personnes et divinités (deidades), et peuvent du reste se transformer à tout moment de leur vie en divinité. L’exposé examinera d’abord le processus de transformation des êtres humains en divinités à travers le rêve. On abordera ensuite la question plus politique de savoir comment ces êtres transformés entreprennent des actions de sauvetage de leurs « lieux sacrés » menacés notamment par les entreprises minières. La praxis et la mobilité des Wixaritari, qui ont mis en échec certains projets internationaux liés à la mine, proviennent ainsi d’une force politique puisée en grande partie dans les principes fondamentaux de leur monde onirique : pour eux, rêves et politique constituent un seul et même « régime onirique de l’action ».

Lieu :

Nanterre, LESC, MAE
salle 308