Archives de catégorie : SEMINAIRES

Conférence Société des Américanistes – Pedro Pitarch – 28/09/2018

La prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le vendredi 28 septembre 2018, à 18 h (merci de bien prendre note de l’horaire), dans la salle de cinéma du musée du quai Branly :

Pedro Pitarch Ramón

Universidad Complutense, Madrid

La ligne du pli. Essai de cosmologie mésoaméricaine.

 

Nous nous proposons d’examiner la figure du « pli » comme concept crucial pour comprendre la cosmologie de l’aire indigène mésoaméricaine. Le pli est le mode de relation qui unit les deux versants du cosmos : la face solaire des humains et la face virtuelle des esprits. Cette figure du pli renvoie au tissage, lequel représente un modèle fondamental d’invention et de transformation dans les cultures mésoaméricaines, depuis les débuts de l’art textile, il y a 3000 ans, jusqu’au présent ethnographique. L’alternance entre un versant et l’autre du cosmos équivaut à la différence entre l’endroit (clair et discontinu) et l’envers (brouillé et continu) d’une pièce tissée indigène. Nous examinerons les thèmes classiques de l’anthropologie mésoaméricaine à la lumière de l’opération du pli : la naissance des individus, les manipulations sur le tissu, les plis du corps, les paquets ou enveloppes sacrées, la forme du temps, l’image et le miroir, ou encore la nature du marché.

La conférence sera donnée en espagnol.

Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.


Société des américanistes
Musée du quai Branly
222, rue de l’université
75343 Paris Cedex 07
societedesamericanistes@yahoo.fr
 
Pour lire le Journal de la Société
des américanistes en ligne:
de 1895 à 2000: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/jsa
de 2001 à aujourd’hui: http://jsa.revues.org/

SEMINAIRE RITMO/GERM- 25 mai 2018

La prochaine séance RITMO-GERM aura lieu le vendredi 25 mai de 10h00 à 13h à la MAE, Université Paris Nanterre (salle communiquée ultérieurement).

Elle inclura quatre présentations de travaux qui feront l’objet d’une communication orale au workshop de Bonn sur le feu (Transformación, destrucción y creación: El fuego en el ritual mesoamericano), les 1er et 2 juin dans le cadre du GDRI RITMO :

El fuego, el cuerpo y sus transformaciones entre los tarascos prehispánicos de Michoacán, Mexico
Grégory Pereira, ArchAm

 Fogones y secuencia ritual de clausura en tiempos teotihuacanos (AD 250-350): un ejemplo del valle de Acámbaro, Guanajuato
Brigitte Faugère, UP1-ArchAm

Después del abandono: Ritos de fuego tardíos en la ciudad maya de Naachtun
Lydie Dussol, Philippe Nondédéo, Julien Sion, Dominique Michelet-ArchAm

Los fuegos nuevos rituales de los tlapanecos (me’phaa) del estado de Guerrero (México)
Danièle Dehouve, LESC

SEMINAIRE RITMO/GERM- 17 mai 2018

La prochaine séance RITMO-GERM aura lieu

le 17 mai de 14h00 à 17h

à la MAE, Université Paris Nanterre (salle communiquée ultérieurement).

Elle inclura deux présentations de travaux en cours, développés dans le cadre du GDRI RITMO :

Witz et Tz’ultaka: rituels en grottes en Alta Verapaz de l’époque classique à nos jours
Chloé Andrieu, ArchAm

Espaces et longueurs de temps : formations et transformations du solar yucatèque
Fabienne de Pierrebourg, musée du quai Branly – Jacques Chirac

RITMO/EREA : discours rituels amérindiens, l’histoire et l’espace (20/12/2017)

Chères et chers collègues, chères et chers étudiants,


A l’occasion de la venue à Paris de Bruna Franchetto et Alessandro Lupo, le séminaire EREA et le GDRI RITMO sont heureux de vous inviter à une séance sur les discours rituels amérindiens, l’histoire et l’espace
le 20 décembre, de 10h à 13h, bâtiment Max Weber, salle de séminaire 2 (RdC), Université Paris Nanterre.

Elle sera suivie d’un buffet auquel vous êtes également conviés. Une excellente occasion de se retrouver avant la fin 2017!

Ritual discourse, historical narratives, culturally built identities and landscapes in a Southern Amazonian society
Bruna Franchetto  – Universidade Federal do Rio de Janeiro, CNPq
At the edge of Southern Amazon (Brazil), on the eastern tributaries of the Upper Xingu river, 600 Kuikuro speak a dialect of a language that is one of the two Southern branches of the Carib family, in the regional multiethnic and multilingual system known as ‘Upper Xingu’. During the last days of egitsü, the intertribal ritual celebrating dead chiefs, the main chief of the village which receives the invited villages performs a formal discourse called anetü itaginhu (chief’s speech). Each local group celebrates its own identity before the others chanting a gallery of founder chiefs, White people and old sites. The exegesis of the anetü itaginhu links its personages and images to orally transmitted akinhá(narratives). This presentation will briefly explore: (i) the co-indexation between different and extremely endangered verbal genres; (ii) how this ‘links’ are effective as explanations of an almost obscure formal discourse; (iii) if it is possible to speak of ‘historical’ narratives as a sub-genre distinct from ‘mythical’ narratives, as distinct regimes of collective memories in an Amazonian oral tradition; (ivhow narratives, ritual speeches and memories are rooted in the landscape as lived territory.

 

L’efficacité des mots dans les rituels de guérison chez les Nahuas de la Sierra de Puebla: théories indigènes et interprétations anthropologiques

Alessandro Lupo – Universitá di Roma Sapienza


Chez les Nahuas de la Sierra Norte de Puebla, la maladie peut avoir une causalité complexe, qui relie le déplacement d’organes internes et les déséquilibres thermiques à l’intervention d’êtres extra-humains. Ces derniers peuvent soit s’emparer d’une des composantes spirituelles de la personne (l’ombre) en produisant une baisse de ses fonctions vitales, soit introduire dans son corps des souffles (airs) qui causent son refroidissement et interfèrent avec sa vitalité. Quand le diagnostic établit une étiologie impliquant ce type d’entités, la thérapie prévoit des rituels au cours desquels les suppliques jouent un rôle fondamental. Du point de vue émique des Nahuas, les mots prononcés par le guérisseur servent à persuader les destinataires extra-humains de l’innocence du patient, de la nécessité qu’ils libèrent l’âme qu’ils ont capturée, et à les forcer à retirer leurs émanations mortelles. Selon le type de destinataire et les buts de l’action rituelle, les mots, le ton et le contenu des suppliques varient sensiblement, révélant la maîtrise des spécialistes sur ce type d’échange dialogique. Parallèlement aux invocations en nahuatl, sont également prononcées des prières catholiques – censées être dotées d’une quantité variable de force (de « chaleur »)–, qui sont dédiées au même titre que des offrandes, tels les bougies, les fleurs, l’encens et les nourritures rituelles que l’on dépose sur l’autel ou le sol en paiement pour ce qui est demandé. Les propriétés « thermiques » des prières catholiques ont l’effet supplémentaire d’agir indirectement sur le patient : l’ombre en reçoit la chaleur et doit en porter le poids. En conclusion, nous proposerons une réflexion sur la façon dont les conceptions relatives aux effets rituels des suppliques thérapeutiques peuvent rendre compte de leur efficacité sur les conditions de santé du patient, lequel – contrairement à maintes thérapies chamaniques – est le plus souvent absent de la scène rituelle, n’assistant pas à la performance du guérisseur. En effet, les mécanismes produisant l’activation des processus endogènes de guérison ne requièrent pas nécessairement la compréhension du sens littéral des discours rituels et la participation directe aux actes chamaniques, mais semblent se fonder sur leur capacité à extraire le malade de sa condition de patient et de le faire réagir de forme créative à la maladie.



Amicalement,
l’EREA & RITMO

GERM Anthropologie de la Nuit (09/06/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM vous rappelle l’invitation au quatrième atelier nocturnité qui aura lieu  :

Le 9 juin 2017,
de 14h30 à 16h30
MAE, salle 308

avec une intervention de

Jacques Galinier : Cosmologies infantiles. Une approche par l’iconographie de la nuit chez des écoliers otomi (Sierra Madre orientale, Mexique). 
 


Où est le diable ? Où est le couteau ? Où est le foetus ? 

Séance GERM/EREA CANNIBALISMES ET SACRIFICES HUMAINS (05/05/17)

Le GERM et l’EREA ont le plaisir de vous inviter à la première séance de l’atelier :

Cannibalismes et sacrifices humains. Triangulations méso-andino-amazoniennes

vendredi 5 mai de 14h30 à 16h30 en salle 308.

L’introduction à ce travail collectif sera faite par Vincent HIRTZEL à partir d’un article à paraître et d’une synthèse, qui seront discutés par deux intervenants, Antoinette MOLINIE et Philippe ERIKSON, avant la discussion générale.

Un verre clôturera ce premier pas d’un ensemble d’interventions à partir de l’automne.

Argument et mode de réflexion proposés pour ce nouveau thème

Cet atelier GERM/EREA a pour but de re-décrire, analyser et comparer les pratiques sacrificielles des Amérindiens liées au cannibalisme, au sacrifice humain et à l’autosacrifice. Si nous disposons, aujourd’hui de propositions théoriques de valeur concernant la Mésoamérique, les Andes et l’Amazonie, celles-ci restent à ce jour insuffisamment articulées les unes aux autres car elles privilégient soit une érudition ethnographique ou ethnohistorique régionale soit recourent à des principes analytiques très génériques. L’objectif général de cet atelier sera donc de remettre en chantier une théorie unifiée du cannibalisme, du sacrifice et de l’autosacrifice, pertinente à l’échelle des mondes amérindiens et apte à en décliner les divers aspects. On favorisera des matériaux empiriques nouveaux et des connexions encore peu travaillées — revenant par exemple sur les modes de préparation et d’ingestion, les modalités de la consommation, les éléments de la personne et leur circulation induite par la performance sacrificielle/cannibale mais aussi les enjeux pragmatiques et politiques de telles pratiques.

La première séance a pour objet de commenter et discuter un texte récent de Vincent Hirtzel, qui porte sur l’étude de récits mythologiques recueillis sur le piémont andin (Yurakaré et Matsigenka) et met en scène des victimes d’homicides réincarnés en vautours ; ceux-ci, sous cette nouvelle identité de charognard, viennent manger leur ex-corps. Partant de ce cas concret, l’objet de la discussion sera de comprendre l’articulation du cannibalisme dans les basses-terres sud-américaines avec le cannibalisme andin telle qu’il était (exceptionnellement) mis en œuvre par les Inca et tel qu’on le retrouve mentionné jusqu’au XXe siècle dans certaines régions (Nord-Potosí, Bolivie). Dans la mesure où l’argumentation aborde les conditions qui rendent le cannibalisme compatible avec des formations sociales hautement hiérarchisées, il s’agira de réfléchir à des pistes de réflexions susceptibles d’être transposées aux contextes méso-américains, par exemple aux pratiques d’autosacrifice maya.

D’autres séances, en cours de programmation auront lieu à l’automne 2017. Elles seront consacrées à cette même problématique à partir d’autres terrains et d’autres données, en suivant le fil rouge du sang du sacrifice et de la place de la consommation de chair humaine ou de son substitut dans les cultures amérindiennes déclinant ainsi les transformations plausibles du complexe cannibalo-sacrificiel entre Mésoamérique, Andes et Amazonie.

GERM/Anthropologie de la Nuit (27/04/17)

Le GERM et le « groupe Anthropologie de la nuit » ont le plaisir de vous convier au séminaire donné par notre collègue Rocío Noemi Martínez

le jeudi 27 avril 2017
11h00 à 13h00
(suivi d’un en-cas)

Ik’aletik : « les hommes noirs » et leurs identifications multimodales pendant la fête de k’in tajimol, « les jeux du soleil » (un carnaval maya tsotsil)

La complexité des personnages dont on traduit le nom littéralement par « les noirs » lors de la fête de k’in tajimol — la célébration la plus ancienne du calendrier maya-tsotsil actuel o’tol k’ak’al (« le compte des jours ») — se manifeste par les différents moyens de les personnifier, que ce soit par leurs vêtements et artefacts ou par les actions auxquelles ils participent durant les cinq jours de la fête.

Dans cette présentation, on tentera d’analyser les noms différents que les acteurs de la fête attribuent à ces personnages, évoqués dans un chant nocturne (riox) qui les fait surgir du monde des morts ; « sacrificateurs de notre-père le soleil et son épouse », jtotik max « nos pères singes « , ik’aletik ahau (« seigneur noir, seigneurs des vents »), tata ak’abal kaxlan (« père métis de la nuit « ), bankilal kaxlan (« frère aîné métis « ), pukuj (« démon ») xutax (« judas »), ik’al mut (« oiseau noir »)…

Ik’aletik :“los hombres negros”, sus identificaciones multimodales en la fiesta del k’in tajimol, “los juegos del Sol”, (un carnaval maya tsotsil)

La complejidad de estos personajes de los que se traduce literalmente su nombre como “los negros” en la fiesta del k’in tajimol (la fiesta más antigua del calendario maya-tsotsil actual, O’tol k’ak’al), se manifiesta a través de sus distintos modos de personificarlos ya sea por sus indumentarias y artefactos, pero también por las acciones en las que participan durante los cinco días de fiesta.

En esta presentación intentaremos analizar los distintos nombres que les dan a estos personajes los actores de la fiesta, también evocados en un canto nocturno (riox), que hace que se levanten del mundo de los muertos como: “sacrificadores del jtotik” (nuestro padre Cristo-Sol y su esposa), como jtotik max (nuestros padres monos), Ik’aletik ahau (Señores negros, señores del viento), Tata ak’abal kaxlan (padre mestizo de la noche), bankilal kaxlan (hermano mayor), Pukuj (el diablo), Xutax (Judas), ik’al mut (pájaro negro) …

Séance GERM/RITMO (17/03/2017): Les termes de la temporalité…

Le 17 mars 2017, à partir de 14h

Nous nous retrouverons pour reprendre nos réflexions collectives autour des termes de la temporalité et rituel (Léxico RITMO) et de discuter des rencontres 2017.

N’hésitez pas à faire circuler vos propositions et définitions à l’avance.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 304

Séance du GERM/RITMO (20/02/2017)

Le vendredi 20 février 2017, de 9h30 à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion du GERM et du GDRI RITMO pour trois communications et leur discussion,

« Rapports de l’Homme à l’espace domestique en Terres Mayas : diversités des pratiques et croyances contemporaines. »
Johann Begel (ArchAm), Marie Chosson (INALCO-CESSMA), Cédric Becquey (EREA-LESC)

image1
© C. Becquey

Les rituels d’inauguration de maison ont, dans la vaste littérature ethnographique mayaniste, fait l’objet de nombreuses descriptions, plus ou moins détaillées, souvent sources d’inspiration pour d’autres disciplines telles que l’archéologie. Un retour sur près d’une trentaine de références de cette littérature, nous permettra d’interroger l’existence, en des temps et lieux différents, de pratiques et croyances partagées relatives aux traitements particuliers des édifices. Il s’agira notamment de questionner le caractère souvent jugé fondateur du rituel en examinant les circonstances de sa répétition, mais aussi son inscription, dans les catégories émiques, dans un complexe plus large de rituels visant au maintien du bien-être de l’individu. Cette contribution reviendra également sur les caractéristiques particulières attribuées aux maisons, considérées, selon les régions, comme animées ou non, espace « clos » ou non, etc. Enfin, plus qu’une analyse achevée, cette présentation aura aussi pour ambition de susciter des échanges comparatifs, préalable indispensable pour enrichir et d’approfondir nos recherches sur le sujet.

« Santas ánimas; santas calaveras. Relique, image et symbole du jours des morts à San José, Petén »
María del Rocío Maza García del Alba (EPHE)

© V. Vapnarsky
© V. Vapnarsky

Tous les 1er novembre, les membres catholiques de la communauté itza de San José, Petén mènent en procession de voeux l’un des trois crânes qui sont conservés dans l’église paroissiale. Toute la nuit durant, le crâne est conduit de maison en maison, où il est attendu et reçu avec des prières et des offrandes de nourriture, dans l’espoir d’obtenir la guérison d’un malade ou d’autres faveurs.
Quelles sont les sources du pouvoir attribué à ces têtes de morts ? Furent-elles au début des reliques de personnes notables du village ? Ou des images évoquant les divinités mayas de l’inframonde ? Ou encore des symboles employés par une association vouée aux âmes du purgatoire ? Afin de comprendre les origines de cette tradition ainsi que l’identité rituelle des trois crânes auxquels on donne les noms de santas ánimas ou santas calaveras, il faut interroger l’ensemble des processus historiques qui ont favorisé la conjonction de formes et de sens que cette cérémonie présente aujourd’hui.

« Le parcours des images dans le rituel des Huichol de San Andrés Cohamiata au Mexique : de la naissance dans le chant à la crémation matérielle »
Yann Hutin (EHESS)

© Y. Hutin
© Y. Hutin

Le cycle cérémoniel de la saison sèche des Huichol de San Andrés Cohamiata au Mexique se décline en une multitude de pratiques réalisées par des groupes unis par un système de charges rituelles durant cinq années. L’observation de ces pratiques invite à s’interroger sur les rapports qu’elles entretiennent avec certaines des images qui naissent dans le chant d’ouverture du cycle, et prennent ensuite corps dans des artefacts qui focalisent l’attention rituelle jusqu’à ce qu’ils soient brûlés au cours de la dernière cérémonie. Grâce à la valeur performative que leur confère le chamane-chanteur, l’énonciation de certains motifs du chant constituerait donc la prémisse de séquences d’actions que le groupe doit mener ultérieurement. Après avoir décrit les propriétés du chant, son cadre de référence, ainsi que les supports physiques du rituel, l’hypothèse qui sera discutée est celle de l’existence de représentations synthétiques du cycle cérémoniel qui associent schémas d’actions, usages d’objets et accomplissements rituels.

Lieu :
MAE, LESC
salle 308
Nanterre

Séance GERM/RITMO (06/02/2017) : Lexique temporalité et rituel

Le lundi 6 février 2017, de 10h à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion du GERM et du GDRI RITMO,

Nous nous réunirons pour faire le point sur les avancées du lexique temporalité et rituel.

Cette réunion sera suivie d’un pique-nique à la bibliothèque Eric-de-Dampierre, en remerciement de tout le travail effectué fin 2016 pour l’intégration des documents au fonds maya, nous comptons sur votre présence.

Lieu :
LESC, MAE
Nanterre
Salle 304

GERM Anthropologie de la Nuit (13/01/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM sont heureux de vous inviter au séminaire commun  :

Le 13 janvier 2017,
14h30 à 16h30
Max Weber, salle de séminaire 1
Anthropologie de la nuit—GERM

Cédric Becquey : De la nuit et de l’obscurité diurne : une étude épigraphique maya.

la_chauve-souris

Nous initierons les séances Nuit/GERM par une intervention dédiée à l’épigraphie maya. Nous observerons, dans cette étude préliminaire, comment les concepts de « nuit » et d’ « obscurité » interviennent dans les inscriptions glyphiques mayas. Dans un premier temps, nous verrons les occurrences où ils apparaissent comme référents sémantiques au sein des textes, contextes relativement rares en dehors de quelques formules relevant du parallélisme et/ou du diphrasisme. Dans un deuxième temps, nous analyserons plus en détail le motif de la « nuit » comme éléments graphiques. En effet, à l’instar des clés des idéogrammes chinois, ce motif est constitutif d’un grand nombre de glyphes revoyant à des signifiants parfois très éloignés, a priori, du concept de nocturnité. A travers les associations d’idées que ces compositions graphiques impliquent, nous tenterons alors, par inférences, de mieux appréhender le symbolisme de la « nuit » pour les anciens mayas à la lumière d’une telle approche.

Séance du GERM/RITMO (02/12/2016)

Le vendredi 2 décembre 2016, de 10h à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion du GERM et du GDRI RITMO,

Nous nous réunirons pour faire le point sur les avancées du dernier colloque à Rome, nous réfléchirons à la constitution d’un lexique reprenant les principaux termes mentionnés tant à Royaumont qu’à Rome ou Izamal, et nous programmerons les activités du GERM pour les semaines et les mois qui viennent au travers de réunions régulières.

La séance se clôturera par un petit picnic (13-14h) offert par le GERM.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Séance du GERM (7/10/16)

Le vendredi 7 octobre 2016, de 10h00 à 12h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion du GERM et du GDRI RITMO

consacrée à l’étude et au commentaire de deux textes (un en archéologie, un en ethnographie) portant sur les rituels de (re)fondation et issus du dernier colloque de la MAE portant sur ce même thème.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
LESC/Université Paris X, Nanterre
salle 308