Archives de catégorie : Manifestations

« Frontières temporelles »

Le mardi 28 mai 2013 de 10h à 13h

Atelier « Frontières temporelles »

Jacques Galinier « Inscriptions spatiales des temporalités liminales dans les rituels des Otomi orientaux »

Perla Petrich, « Les espaces écologiques protégés de la côte nord de Yucatan : une façon de fixer le passé »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno »

Le 21 mai 2013 de 15h à 17h

Intervention de Rocio Noemi Martínez qui portera sur : « La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno: Complejidad ritual e historias superpuestas en la memoria  maya- tsotsil de San Pedro Chenalho y San Pedro Polho, Chiapas-México »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 308

Frontières temporelles

Le mardi 23 avril 2013 de 10h à 16h

Atelier « Frontières temporelles »

Dominique Michelet, Alain Breton et Valentina Vapnarsky « Sur les fins et commencements : perspectives arquéologique, ethnohistorique et linguistique mésoaméricaines »

Agnès Bergeret «  »Nous dansions dans le sang« . Les versions de l’histoire de la guerre civile guatémaltèque »

Les historiens, les récits des Ladinos et les récits des Q’eqchi’ offrent des versions complémentaires, parfois contradictoires, sur un conflit qui appartient autant à la Guerre froide qu’à l’histoire des Luttes paysannes. Mettre en exergue leurs contrastes permet de mieux comprendre les arguments légitimateurs de chaque acteur, les leviers du conflit, et les transformations sociales clés. Au sein de chaque version, nous montrons la façon dont se nourrissent mutuellement les paroles sur l’histoire et les récits mythiques.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« Du premier amour au mouvement des astres. Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Le vendredi 19 avril 2013 de 15h et 17h

« Du premier amour au mouvement des astres ». Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Agnès Bergeret, Anthropologue, IHEAL-CREDA

Le mythe du premier amour entre le Soleil et la Lune est l’un des plus connus parmi les Mayas-Q’eqchi’. Nous proposons d’analyser les séquences de ce long récit, pour les mettre en regard avec les séquences d’autres récits mayas et bibliques. Ce mythe est au premier abord très éloigné des motifs et réaménagement chrétiens. Nous tenterons cependant de donner quelques pistes pour comprendre les liens qui ont pu se tisser entre les deux traditions au sein de ce récit, de l’apparition explicite d’un Saint-guérisseur aux relations plus discrètes, exprimées dans les dévotions et les rituels, entre les motifs mythiques q’eqchi’ avec les figures bibliques. De plus, aujourd’hui, certains prêtres catholiques savent faire de ce mythe un usage habile dans leurs sermons.

Lieu :

Institut des Amériques, salon des Amériques
(175 rue du Chevaleret, 75013 Paris, Métro: Chevaleret, ligne 6)
8ème étage

Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique

Le mardi 26 mars 2013 à 14h30

« Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique »

Lors de cette réunion, Anath Ariel de Vidas (Mondes Américains),  lancera la discussion avec un exposé autour du Tonnerre, de Quetzacóatl et du prophète Élie chez les Teenek veracruzains.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« L’importance de la gestualité dans les interactions mayas yucatèques »

Le lundi 29 octobre 2012 de 10h30 à 12h30

Le GERM et l’EREA reçoivent Olivier Le Guen — CIESAS (Mexico) : «L’importance de la gestualité dans les interactions mayas yucatèques : nouvelles perspectives pour les représentations de l’espace et du temps»

La production scientifique anthropologique et linguistique s’est principalement focalisée sur la transcription de la parole, délaissant, parfois de manière inconsciente et pour des raisons techniques, d’autres aspects de la communication tels que la prosodie, les expressions faciales ou le geste. En Mésoamérique, et chez les Mayas yucatèques, jusqu’à récemment la communication s’est essentiellement faite en personne ou en mode dit « face-à-face » (même si, en réalité, les individus peuvent être assis l’un à côté de l’autre, par exemple). Une telle forme de communication implique donc que les locuteurs tendent à utiliser tous les modes communicationnels à leur disposition, notamment le canal gestuel. Cette forme interactionnelle a des répercutions sur la transmission du sens et la transmission culturelle en général. En se focalisant sur deux domaines, l’espace et le temps, la présentation aura pour objectif de montrer d’une part, comment la production gestuelle apporte de nombreuses informations qui ne sont pas forcément présentes dans la parole et, d’autre part, comment le geste donne au chercheur des indices sur les représentations mentales et culturelles des locuteurs.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle du conseil

Colloque international “Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

“Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

1er et 2 juillet 2011 – Musée du Quai Branly, Paris

Org. : M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Richard Hansen, Jean-Paul Métailié, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, Fabienne de Pierrebourg, Juan Antonio Valdés.

Thème du colloque :

L’archéologie mayaniste et plus généralement l’archéologie du Guatemala, qui ont souvent partie liée avec le tourisme, traitent chaque site comme une entité sociopolitique en soi, dont l’histoire se termine le plus souvent par l’abandon de ses monuments, que la forêt finit par recouvrir. Cette image romantique est utile à la mise en scène des ruines. Pourtant les sociétés mayas et les autres sociétés anciennes n’ont pas disparu avec leurs cités ruinées et ne peuvent se réduire à leur site archéologique. La question de leur résilience est fondamentale, mobilisant les résultats des recherches archéologiques, épigraphiques et iconographiques les plus récents et formant l’arrière-fond de nombreuses hypothèses. D’autres graves crises ultérieures furent celles de la conquête espagnole et des épisodes de guerres postérieures. Tenter de les comprendre à distance dans l’éclairage d’un passé millénaire doit contribuer à donner du sens au présent. Ce colloque, qui a réunit une vingtaine de chercheurs internationaux, visait avant tout, dans la problématique des crises et de la résilience, à rassembler et à présenter les synthèses de recherche les plus récentes et les plus nouvelles concernant l’évolution de l’ancienne civilisation maya et des sociétés voisines, ainsi que les sociétés mayas actuelles.

 

Publication : M.-Ch. Arnauld, A. Breton, D. Michelet et Ph. Nondédéo (eds). 2013. (cliquer ici pour voir la publication)