Archives de catégorie : Manifestations

Journée d’étude internationale FABRIQ’AM (31/03) : « Du Hip Hop à Whatsapp »

Journée d’étude internationale FABRIQ’AM

(ANR, LESC & MONDESAM)

 31 Mars 2016

Du Hip Hop à Whatsapp :
Nouvelles formes de communication chez les amérindiens.

 EHESS 105 bd. Raspail
salle 8

Programme : télécharger ici

matin
10h00:Présentation Karla J. Avilés González (LABEX EFL, Paris 7 / EREA) et Valentina Vapnarsky (EREA/LESC, CNRS)

10h10-11h: Josep Cru (Université de Newcastle, Angleterre) : Bilingual rap in Yucatan: Strategic choices for the revitalisation of Amerindian languages.

11h-11h50: Hilario Chi Canul (Université du Quintana Roo, Mexique) : Vitalidad lingüística y cultural de los mayas en tiempos de WasK’oop (“Cocorrón con tino” – grupo whatsApp maya internacional). Donde la modernidad y la tradición buscan un punto de encuentro.
Lien Réseau Peuples Autochtones
.

11h50-12h: Pause

12h-12h30: Mônica Celeida Rabelo Nogueira & Cristiane De Assis Portela (Université de Brasilia) : Apropiaciones tecnológicas y reinterpretaciones culturales entre estudiantes indígenas de Brasil.

Après-midi14h-14h30: Magda Helena Dziubinska (LESC-EREA) : L’amour amérindien sur Facebook (ou quand l’anthropologie frôle le voyeurisme).

14h30-15h: Marie-Pierre Bousquet (Université de Montréal) : « C’est quoi ton Facebook?» Vie privée, vie publique des Algonquins du Québec.

15h-15h30: Pirjo Kristiina Virtanen (Université de Helsinki) : Social media in indigenous Brazilian Amazonia – digital exchanges.

15h30-16h00: Pause

16h-16h30: Genner Llanes-Ortiz (CIESAS, Mexico / Global Raising Voices) : Activismo Digital de Lenguas Indígenas: avances en la comprensión de un nuevo campo de acción en América Latina.

16h30-17h15: Discusión / Discussion / Discusion

Org. : LESC – Karla Avilés González (Labex EFL, Paris 7) & Valentina Vapnarsky (EREA/LESC, CNRS)

Séance du GERM: (26/02/16) « De la perméabilité entre le cadre spatio-temporel mythique et le cadre spatio-temporel quotidien par le rituel »

Le vendredi 26 février 2016, à partir de 14h

Julia Vogel
doctorante EREA/LESC

« De la perméabilité entre le cadre spatio-temporel mythique et le cadre spatio-temporel quotidien par le rituel :
un exemple navajo »

Cette présentation aborde une problématique essentielle en anthropologie : les relations entre l’univers spatio-temporel mythique et l’univers spatio-temporel quotidien, en particulier dans les pratiques rituelles. Cette thématique sera traitée à la lumière des conceptions et pratiques des Navajos (Sud-Ouest des Etats-Unis). À cet effet, nous verrons comment est mobilisée au quotidien la référence mythique, dans le rapport à l’espace, à la maladie et à la guérison. Nous approfondirons ensuite l’analyse de certaines séquences rituelles de la Voie du Coyote, et expliciterons comment le praticien articule le cadre de référence mythique et le cadre de référence quotidien pour aboutir à leur fusion.

 

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie,
Université Paris Nanterre
Salle 304

Séance du GERM (07/01/2016): GDRI RITMO

Le jeudi 7 janvier 2016, de 15h00 à 17h30

Nous avons le plaisir de vous inviter à une réunion d’information et d’organisation du

GDRI RITMO
Créer, détruire, transformer en Mésoamérique : les modalités des actions rituelles et leurs inscriptions temporelles

(Retours sur Royaumont 2015, Worshop à Izamal en juillet 2016, rencontre générale à La Sapienza de Rome à l’automne 2016, …)

et d’autres activités du GERM

 

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

Séance du GERM (10/11/2015) : « Simbolos de poder y ritual en la fundación de los ñuu (pueblo) en la mixteca alta de oaxaca, siglos xvi al xxi »

Le 10 novembre 2015, à partir de 10h00

Ethelia Ruiz Medrano (Chercheur titulaire du DEH-INAH, Mexico) fera une présentation intitulée : « Simbolos de poder y ritual en la fundación de los ñuu (pueblo) en la mixteca alta de oaxaca, siglos xvi al xxi«  

Sin duda la complejidad de los símbolos de poder entre los pueblos prehispánicos, en combinación con su sensible mundo ritual, semeja una red intricada muy difícil de apreciar. Por fortuna desde hace más de un siglo, distintos especialistas en estos temas recurren no sólo al análisis de numerosos tipos de fuentes históricas así como a la arqueología, sino también a la etnografía y a la lingüística. En esta presentación mi objetivo es el de analizar los símbolos y acciones rituales que se encuentran presentes actualmente durante la fundación de un núcleo rural en la Mixteca Alta. Especialmente me interesa enumerar los elementos que rodean este tipo de fundación y compararlos con aquellos que simbolizaron un territorio, un ñuu o un siqui (barrio), desde la colonia hasta el siglo XXI. Naturalmente no considero que la fundación de un señorío del posclásico es similar a la erección legal de un núcleo rural, o señalar que existe una tradición milenaria inmutable y congelada en el tiempo. Tampoco considero que la fundación de un pueblo siguió siempre un patrón similar entre los grupos indígenas. Al contrario, mi interés es el de observar, en un tiempo largo, cómo los pueblos mixtecos cambian y adaptan antiguos símbolos de poder, vinculados a la fundación de sus pueblos y a la delimitación de sus territorios, con la finalidad de construir y reconstruir los lazos tradicionales de sus ñuu pasados, presentes y futuros.

 

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

GDRI RITMO (22-24/10/2015): Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions

Du 22 au 24 octobre 2015,

aura lieu la rencontre internationale de Royaumont intitulée :


« Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions«  

Conférence de la Société des Américanistes (21/10/2015): David Stuart « Le déchiffrement des premiers hiéroglyphes mayas »

Le 21 octobre 2015, à partir de 17h

aura lieu une conférence organisée par la Société des Américanistes dans la salle de cinéma du musée du quai Branly:

David Stuart
Professeur à l’Université du Texas à Austin
Directeur du Mesoamerica Center (U. du Texas)

Conférence en anglais

“Le déchiffrement des premiers hiéroglyphes mayas”

Le travail de déchiffrement des anciens hiéroglyphes mayas fait de constants progrès. Cette conférence présentera les dernières avancées consécutives aux récentes découvertes sur le site très bien préservé de San Bartolo, au Guatemala, et à leur analyse. Ces textes, certains fragmentaires, ont été écrits entre 300 et 100 avant notre ère. Ils représentent les plus anciens textes connus à ce jour et attestent du développement accompli d’une écriture ancestrale qui a abouti à celle, bien connue, de la période classique. Plaçant ces nouvelles informations dans un contexte plus vaste, cette conférence explorera comment les découvertes de San Bartolo ont obligé les chercheurs à réviser les conclusions jusque-là admises sur le développement de l’écriture et de la littérature en Mésoamérique.
Conférence organisée par Philippe Erikson, Fabienne de Pierrebourg, Perig Pitrou.

Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

Séance du GERM (16/10/2015): « El desarrollo de los cúuchcabalob en las tierras bajas del norte, siglos XV-XVI »

Le vendredi 16 octobre, de 16h à 18h

Okoshi Tsubasa fera une présentation intitulée :

« El desarrollo de los cúuchcabalob en las tierras bajas del norte, siglos XV-XVI »

Esta conferencia está dirigida a los arqueólogos que interesen manejar las fuentes históricas coloniales para ampliar y profundizar sus perspectivas analíticas. El objetivo principal consiste en discutir sobre la génesis y desarrollo de las entidades políticas o cúuchcabalob de los mayas de Tierras Bajas del norte después de la caída de Mayapán ocurrida hacia mediados del siglo XV. Especial énfasis se otorgará en el estudio crítico de los documentos españoles e indígenas para obtener las informaciones más confiables para sus investigaciones.

 

Lieu :

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 304

Journée d’étude (15/10/2015) : « Comunicación en las comunidades indígenas y conformación de espacios políticos en América, siglos XV-XXI »

Le jeudi 15 octobre 2015, à partir de 9h30

Journée d’étude

Comunicación en las comunidades indígenas y conformación de espacios políticos en América, siglos XV-XXI 

Programme – cliquez ici

Présentation :

Desde hace algunas décadas, los pueblos autóctonos de América se conciben como actores históricos que participaron, al igual que otros sectores sociales, en la construcción del Imperio hispánico y de las naciones hispanoamericanas. Aunque uno de los pilares de esta renovación ha sido el tomar en cuenta la documentación escrita por los mismos indígenas, la capacidad de las comunidades autóctonas para comunicar tanto entre sí, como con otras instancias de poder sigue siendo poco estudiada. La presente jornada se centrara, por tanto, en las redes de comunicación creadas por las comunidades autóctonas en distintas épocas, en sus modalidades de comunicación, y en el impacto que tuvieron estas redes en la configuración de los espacios políticos. Se trata de entender la comunicación en su doble dimensión, horizontal y vertical, es decir, la que entablaron las comunidades entre sí, pero también con los representantes del Imperio hispánico, del Estado y de organizaciones internacionales. Nos preguntaremos también cómo la comunicación, al favorecer la creación de lazos, contribuyó a configurar espacios políticos a nivel local, regional y global y si la existencia de estos intercambios interfirió o se superpuso con las estructuras político-administrativas del Imperio hispánico y de las naciones independientes.

 

Lieu :

Université du Maine
Bibliothèque Universitaire
salle Pierre Belon

Rencontre (5 & 7/10/2015): 2ème Rencontre Trilingue (nahuatl, français, espagnol)

Les rencontres de l’Inalco
2ème Rencontre Trilingue (nahuatl, français, espagnol)

Lundi 5 Octobre 2015, à partir de 19h (à la suite du cours de langue nahuatl)
Lieu : dans l’Auditorium de l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

  • Introduction à la langue nahuatl
  • Présentation du recueil de poèmes trilingues Ketsalpapalotl (Papillon-Quetzal) édité par Kartocéros Éditions, maison d’édition cartonera fabriquant à la main des livres issus de matériaux recyclés (papier, carton) et vendus à prix solidaire.

En présence du traducteur Hugues André Dalbis et de l’illustratrice Isabel Gutiérrez de Velasco.

Mercredi 7 octobre 2015, à partir de 17h
Lieu : Salle 3.15 (3e étage) – INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

    • Présentation et projection d’un documentaire sur le premier opéra nahuatl

En présence de Sonia García García, directrice de la Bibliomusicineteca (Barcelone), d’Enid Negrete Luna, scénographe, et Sac-Nicté García Garcían, réalisatrice.

Séance du GERM (22/06/2015): « Séquence rituelle et formes de communication »

Le lundi 22 juin 2015, de 10h à 13h

Nous y entendrons une communication de

Danièle Dehouve
« Séquence rituelle et formes de communication »

qui nous permettra d’entrer au cœur de notre réflexion sur le thème de la première année du GDRI RITMO Créer, détruire, transformer en Mésoamérique : les modalités des actions rituelles et leurs inscriptions temporelles, dédiée aux Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions.

 

Nous tiendrons également une :

réunion d’information et d’organisation

sur la première rencontre générale du GDRI qui aura lieu à l’Abbaye de Royaumont du 22 au 25 octobre.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Présentation UIMQRoo (Université Interculturelle Maya du Quintana Roo)

Le 18 mai 2015, à 11h

Eduardo Montalvo Pool,
professeur à L’Université Interculturelle Maya du Quintana Roo (UIMQRoo), Mexique,

Eduardo Montalvo Pool coordonne le Centro Intercultural de Aprendizaje de Lenguas et est chargé de nombreux enseignements (Educación Intercultural, Evaluación del Aprendizaje, en un contexto intercultural, Ateliers de traduction…, etc.) au sein de la UIMQRoo, située à José Maria Morelos, où étudient de nombreux jeunes Mayas yucatèque des villages environnant.
Notre invité fera une présentation de la UIMQRoo, de ses intentions, utopies, de sa position, et de ses limites, dans le paysage culturel et linguistique de la péninsule du Yucatan.

INALCO (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris)

salle 3.14 (3ème étage)

Séance GERM (09/04/2015) : « Révolte des objets »

Le jeudi 9 avril 2015, de 10h à 12h

« Révolte des objets«  

Comme nous l’avions annoncé lors d’une réunion du GERM, nous voudrions explorer la possibilité d’engager un réflexion collective à partir d’un motif mythologique baptisé la « Révolte des objets », raconté dans diverses populations tant méso- que sud-américaines. Associés à des épisodes de catastrophes, ou de « fin du monde » suite à des éclipses – d’où notre envoi aujourd’hui pour être synchrone –, ces épisodes relatent en effet comment des objets tels que des marmites et autres artéfacts de la vie courante, se retournent contre leurs maîtres humains pour les dévorer.

Nous souhaitons aborder ce motif mythique moins comme un objet en soi que comme une porte d’entrée pour réfléchir, dans un cadre plus vaste, aux conditions d’imputation d’agentivité destructrice aux artéfacts et parfois aux animaux (susceptibles eux aussi de se révolter), ainsi qu’aux ponctuations mytho-cosmologiques catastrophiques, passées ou à venir, qui génèrent des transformations radicales dans l’ordre du monde au-delà de la société humaine, ou encore aux conceptions du vivant qui sous-tendent la  possibilité de concevoir de tels destructions/recréations.

Conformément à la pratique de l’interdisciplinarité au sein du GERM, nous souhaiterions évaluer la pertinence de l’étude de cette configuration – dont on ne fait ici qu’évoquer quelques composants –  pour des archéologues, des historiens ou des linguistes. Par ailleurs, il s’agira de juger de sa fécondité potentielle pour ouvrir un chantier comparatiste entre la Mésoamérique et les Andes – incluant peut-être aussi l’Amazonie bien que cette thématique y semble apparemment moins clairement représentée (ce qui peut aussi être intéressant par ailleurs).

A ce stade, nous avons réunis quelques textes et nous vous proposons de nous retrouver à la MAE le 9 avril en 10h et 12 h (salle 308). Lors de cette réunion préparatoire, nous vous exposerons de manière informelle les premières directions dans lesquelles un tel projet collectif pourrait s’engager. Nous vous invitons donc à assister à cette séance et, si vous en avez, à nous envoyer des données ou des références liées à la question de la révolte des objets.

Un pique-nique collaboratif fera suite à la séance.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Colloque International : « Regards croisés sur les relations humains / animaux en Mésoamérique : l’exemple du dindon »

Colloque International

Regards croisés sur les relations
humains/animaux en Mésoamérique :
l’exemple du dindon

Du 11 au 13 février 2015,
à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Autonome du Chiapas
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, Mexique

Programme

L’objectif de ce colloque est en particulier de réfléchir aux relations humains/animaux telles qu’elles se manifestent dans des sociétés mésoaméricaines passées et présentes. À travers l’étude d’un animal occupant une position centrale dans le monde amérindien, l’enjeu théorique est d’ouvrir le modèle d’ordre naturaliste : nature-culture, à d’autres points de vue épistémologiques susceptibles de mettre en évidence la complexité des interactions s’établissant entre les humains et leur environnement. Les travaux contemporains menés sur « l’ethnographie multi-espèce », sur l’anthropologie de la vie ou encore sur l’anthropologie des dynamiques rituelles ou de la figuration (entre autres) pourront ainsi aider à replacer les données empiriques dans un cadre conceptuel élargi.

 

Journée du GERM (6/02/2015): « Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas »

Le vendredi 6 février 2015, de 10h à 15h

« Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas«  

10h-11h

Vestiges de majesté : reliques des hommes et des dieux dans la tradition religieuse maya

María del Rocío Maza García de Alba (doctorante EPHE)

Chez les Mayas, la préservation des reliques a une très longue histoire qui permet de soupçonner une certaine continuité idéologique depuis l’époque précolombienne. Cependant, en dépit de sa diffusion et de sa persistance, un aspect étroitement lié à ce sujet n’a été abordé que de façon tangentielle : les pratiques des doubles funérailles visant à l’obtention d’ossements. Une première approche des traitements des restes humains avant la Conquête espagnole montre que les corps des sacrifiés et des prisonniers étaient exhibés publiquement en tant que trophées et préservés, ingérés, ou détruits, avec l’intention de profiter de façon immédiate de leur énergie vitale au profit du capteur ou de la communauté ayant offert le sacrifice. En revanche, les reliques des ancêtres et celles des dieux, précieusement gardées, étaient conçues comme des moyens pour maintenir l’existence personnelle de ces êtres et pour communiquer avec eux. Elles jouent dès lors un rôle politique central depuis le niveau familial jusqu’à l’organisation de l’État. La préservation des restes corporels pourrait être liée aux conceptions mayas de la personne et à la permanence après la mort, sur certains vestiges humains, du composant nommé q’aq’ en k’iche et en cakchiquel et impliquant « feu, chaleur, force, pouvoir ou majesté ». La signification de ce terme, présent dans plusieurs langues mayas, le rend aussi très proche des forces animiques nommées autrement dans d’autres langues mayas, mais partageant la caractéristique de s’accroitre avec l’âge et l’exercice de charges publiques.

11h-11h15

pause

11h15-12h15

Les vestiges sont-ils des lieux de mémoire ? Réflexions sur leur manque de valorisation dans les populations chol et tseltal

Cédric Becquey (docteur en linguistique) et Marie Chosson (INALCO)

Les vestiges d’activités humaines passées, pyramides préhispaniques ou églises coloniales, jalonnent le paysage de la plupart des communautés mayas. Malgré l’importance, pour ces groupes, de la référence à l’ancestralité, il est courant de remarquer, dans les populations chol et tseltal, un manque d’investissement particulier, symbolique ou affectif, de ces lieux. À partir d’exemples contrastifs, rencontrés dans des communautés villageoises historiquement ancrées dans leur territoire mais aussi dans des groupes ayant récemment migré, seront examinées certaines conceptions relatives aux constructions mémorielles et aux rapports des hommes avec leurs ancêtres. Un examen de la tradition orale et des pratiques relatives aux interactions avec ces ancêtres nous offrent plusieurs pistes pour comprendre cette absence de valorisation distinctive des vestiges. Elle pourrait s’expliquer en partie, par le fait que les générations d’hommes traversant le cours du temps, ne semblent pas avoir marqué, pour eux, le paysage historique et aucune action humaine n’est utilisée comme repère identitaire de la constitution du groupe. De plus, si tout individu aux actes remarquables est systématiquement transformé en héros aux qualités divines, le groupe générique des ancêtres acquiert lui aussi des qualités particulières. Parmi celles-ci, nous reviendrons particulièrement sur la nature dynamique des entités du passé, ancêtres ou divinités, qui leur permet de continuer à vivre dans le présent en se déplaçant et investissant d’autres éléments du paysage, délaissant souvent les vestiges. Par cette intervention nous souhaitons avant tout nous interroger sur la pertinence de l’usage du concept même de « lieux de mémoires » dans ces deux populations.

12h15-13h

Des rituels de mémoire et des vestiges communautaires chez les Tzeltal de San Juan Cancuc (Etat du Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (chercheur associé EREA/LESC)

Nous allons essayer d’aborder les mécanismes de mémorialisation attachés aux vestiges communautaires par le biais de l’intangibilité. C’est à dire, en examinant les significations patrimoniales du paysage qui existent dans les opérations rituelles, en particulier dans les paroles des prières des spécialistes rituels.

Déjeuner (picnic participatif)

13h45-14h15

Présentation du GDRI – discussion du programme d’activités

14h15-15h15

Les ruines mayas, de l’intérieur : des temporalités ineffables

Valentina Vapnarsky (EREA/LESC)

On peut distinguer dans les conceptions actuelles des Mayas yucatèques de la région orientale deux grands pans de l’histoire passée, l’un correspond à leur installation dans la région il y a quelques générations, à la guerre des Castes et ses prolongements, l’autre concerne les humanités antérieures. Alors que le premier est largement narré et commenté, le second n’est qu’évoqué et ressort sensiblement du domaine de l’ineffable. Pourtant, cette histoire, très ancienne, telle qu’elle est qualifiée, s’instille dans les pratiques du quotidien, en particulier dans celles de l’utilisation de l’espace sylvestre et agricole. Elle est attachée à des lieux, les múul, monticules-vestiges présents dans la forêt, et objets de grandes précautions. Ces lieux vivants, génératifs, exigeants sont la demeure des esprits gardiens, et indexent des temporalités plurielles. Les múul sont par ailleurs, selon les situations, assimilés ou distingués des rwiinas, dont les édifices, au grand jour, sont visités par les touristes. Cette présentation s’attachera à élucider les relations entre múul, esprits gardiens et ancêtres, humanité passées et actuelle, et les questions que ces relations soulèvent sur les modes mayas de penser la cyclicité, la permanence et la transformation.

15h15-15h45

Discussion générale

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308