Archives de catégorie : Manifestations

MESA TALLER (21-22/04/2018) : « La temporalidad de la acción ritual en Mesoamérica: discursos, textos e imágenes »

Vous trouverez ci dessous le programme de la mesa taller 

La temporalidad de la acción ritual en Mesoamérica: discursos, textos e imágenes

organisée par le GDRI RITMO dans le cadre du

Coloquio sobre Lenguas Otomangues y Vecinas

qui aura lieu les  21 et 22 avril  2018 à Oaxaca 

Programme-RITMO-COLOV

Soutenance HDR – Valentina Vapnarsky (18/12/2017)

Chères et chers collègues,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches, dont le mémoire original (en français et anglais) s’intitule :

Les Sens du Temps. Temporalités et temporalisations des paroles, expériences et mémoires mayas.

Senses of Time. Exploring temporality in Mayan discourses, experiences and remembrances

Elle se déroulera le lundi 18 décembre, de 14h à 18h30 à l’EHESS, 96 bd. Raspail, Paris 75006, salle Lombard.

Le jury est composé de :

Michel de Fornel, Directeur d’Études, École des Hautes Études en Sciences Sociales, garant

William F. Hanks, Professeur, University of California, Berkeley, pré-rapporteur

Philippe Erikson, Professeur à l’université Paris Nanterre, pré-rapporteur

Bruna Franchetto, Professeure, Universidade Federal do Rio de Janeiro

Alessandro Lupo, Professeur, Universitá di Roma Sapienza

Aurore Monod Becquelin, Directrice de Recherche honoraire CNRS, LESC

Stéphane Robert, Directrice de Recherche CNRS, LLACAN

Carlo Severi, Directeur d’Études, École des Hautes Études en Sciences Sociales

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.e.s.

RITMO/EREA : discours rituels amérindiens, l’histoire et l’espace (20/12/2017)

Chères et chers collègues, chères et chers étudiants,


A l’occasion de la venue à Paris de Bruna Franchetto et Alessandro Lupo, le séminaire EREA et le GDRI RITMO sont heureux de vous inviter à une séance sur les discours rituels amérindiens, l’histoire et l’espace
le 20 décembre, de 10h à 13h, bâtiment Max Weber, salle de séminaire 2 (RdC), Université Paris Nanterre.

Elle sera suivie d’un buffet auquel vous êtes également conviés. Une excellente occasion de se retrouver avant la fin 2017!

Ritual discourse, historical narratives, culturally built identities and landscapes in a Southern Amazonian society
Bruna Franchetto  – Universidade Federal do Rio de Janeiro, CNPq
At the edge of Southern Amazon (Brazil), on the eastern tributaries of the Upper Xingu river, 600 Kuikuro speak a dialect of a language that is one of the two Southern branches of the Carib family, in the regional multiethnic and multilingual system known as ‘Upper Xingu’. During the last days of egitsü, the intertribal ritual celebrating dead chiefs, the main chief of the village which receives the invited villages performs a formal discourse called anetü itaginhu (chief’s speech). Each local group celebrates its own identity before the others chanting a gallery of founder chiefs, White people and old sites. The exegesis of the anetü itaginhu links its personages and images to orally transmitted akinhá(narratives). This presentation will briefly explore: (i) the co-indexation between different and extremely endangered verbal genres; (ii) how this ‘links’ are effective as explanations of an almost obscure formal discourse; (iii) if it is possible to speak of ‘historical’ narratives as a sub-genre distinct from ‘mythical’ narratives, as distinct regimes of collective memories in an Amazonian oral tradition; (ivhow narratives, ritual speeches and memories are rooted in the landscape as lived territory.

 

L’efficacité des mots dans les rituels de guérison chez les Nahuas de la Sierra de Puebla: théories indigènes et interprétations anthropologiques

Alessandro Lupo – Universitá di Roma Sapienza


Chez les Nahuas de la Sierra Norte de Puebla, la maladie peut avoir une causalité complexe, qui relie le déplacement d’organes internes et les déséquilibres thermiques à l’intervention d’êtres extra-humains. Ces derniers peuvent soit s’emparer d’une des composantes spirituelles de la personne (l’ombre) en produisant une baisse de ses fonctions vitales, soit introduire dans son corps des souffles (airs) qui causent son refroidissement et interfèrent avec sa vitalité. Quand le diagnostic établit une étiologie impliquant ce type d’entités, la thérapie prévoit des rituels au cours desquels les suppliques jouent un rôle fondamental. Du point de vue émique des Nahuas, les mots prononcés par le guérisseur servent à persuader les destinataires extra-humains de l’innocence du patient, de la nécessité qu’ils libèrent l’âme qu’ils ont capturée, et à les forcer à retirer leurs émanations mortelles. Selon le type de destinataire et les buts de l’action rituelle, les mots, le ton et le contenu des suppliques varient sensiblement, révélant la maîtrise des spécialistes sur ce type d’échange dialogique. Parallèlement aux invocations en nahuatl, sont également prononcées des prières catholiques – censées être dotées d’une quantité variable de force (de « chaleur »)–, qui sont dédiées au même titre que des offrandes, tels les bougies, les fleurs, l’encens et les nourritures rituelles que l’on dépose sur l’autel ou le sol en paiement pour ce qui est demandé. Les propriétés « thermiques » des prières catholiques ont l’effet supplémentaire d’agir indirectement sur le patient : l’ombre en reçoit la chaleur et doit en porter le poids. En conclusion, nous proposerons une réflexion sur la façon dont les conceptions relatives aux effets rituels des suppliques thérapeutiques peuvent rendre compte de leur efficacité sur les conditions de santé du patient, lequel – contrairement à maintes thérapies chamaniques – est le plus souvent absent de la scène rituelle, n’assistant pas à la performance du guérisseur. En effet, les mécanismes produisant l’activation des processus endogènes de guérison ne requièrent pas nécessairement la compréhension du sens littéral des discours rituels et la participation directe aux actes chamaniques, mais semblent se fonder sur leur capacité à extraire le malade de sa condition de patient et de le faire réagir de forme créative à la maladie.



Amicalement,
l’EREA & RITMO

Convocatoria taller international (21-22/04/18): « La temporalidad de la acción ritual en Mesoamérica: discursos, textos e imágenes »

La temporalidad de la acción ritual en Mesoamérica:
discursos, textos e imágenes

Mesa-taller RITMO

En el marco del Coloquio COLOV VIII (http://www.colov.org/)
Centro Académico y Cultural San Pablo, Biblioteca de investigación Juan de Córdova

OAXACA, 21 y 22 de abril 2018

Convocatoria

GERM Anthropologie de la Nuit (09/06/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM vous rappelle l’invitation au quatrième atelier nocturnité qui aura lieu  :

Le 9 juin 2017,
de 14h30 à 16h30
MAE, salle 308

avec une intervention de

Jacques Galinier : Cosmologies infantiles. Une approche par l’iconographie de la nuit chez des écoliers otomi (Sierra Madre orientale, Mexique). 
 


Où est le diable ? Où est le couteau ? Où est le foetus ? 

Séance GERM/EREA CANNIBALISMES ET SACRIFICES HUMAINS (05/05/17)

Le GERM et l’EREA ont le plaisir de vous inviter à la première séance de l’atelier :

Cannibalismes et sacrifices humains. Triangulations méso-andino-amazoniennes

vendredi 5 mai de 14h30 à 16h30 en salle 308.

L’introduction à ce travail collectif sera faite par Vincent HIRTZEL à partir d’un article à paraître et d’une synthèse, qui seront discutés par deux intervenants, Antoinette MOLINIE et Philippe ERIKSON, avant la discussion générale.

Un verre clôturera ce premier pas d’un ensemble d’interventions à partir de l’automne.

Argument et mode de réflexion proposés pour ce nouveau thème

Cet atelier GERM/EREA a pour but de re-décrire, analyser et comparer les pratiques sacrificielles des Amérindiens liées au cannibalisme, au sacrifice humain et à l’autosacrifice. Si nous disposons, aujourd’hui de propositions théoriques de valeur concernant la Mésoamérique, les Andes et l’Amazonie, celles-ci restent à ce jour insuffisamment articulées les unes aux autres car elles privilégient soit une érudition ethnographique ou ethnohistorique régionale soit recourent à des principes analytiques très génériques. L’objectif général de cet atelier sera donc de remettre en chantier une théorie unifiée du cannibalisme, du sacrifice et de l’autosacrifice, pertinente à l’échelle des mondes amérindiens et apte à en décliner les divers aspects. On favorisera des matériaux empiriques nouveaux et des connexions encore peu travaillées — revenant par exemple sur les modes de préparation et d’ingestion, les modalités de la consommation, les éléments de la personne et leur circulation induite par la performance sacrificielle/cannibale mais aussi les enjeux pragmatiques et politiques de telles pratiques.

La première séance a pour objet de commenter et discuter un texte récent de Vincent Hirtzel, qui porte sur l’étude de récits mythologiques recueillis sur le piémont andin (Yurakaré et Matsigenka) et met en scène des victimes d’homicides réincarnés en vautours ; ceux-ci, sous cette nouvelle identité de charognard, viennent manger leur ex-corps. Partant de ce cas concret, l’objet de la discussion sera de comprendre l’articulation du cannibalisme dans les basses-terres sud-américaines avec le cannibalisme andin telle qu’il était (exceptionnellement) mis en œuvre par les Inca et tel qu’on le retrouve mentionné jusqu’au XXe siècle dans certaines régions (Nord-Potosí, Bolivie). Dans la mesure où l’argumentation aborde les conditions qui rendent le cannibalisme compatible avec des formations sociales hautement hiérarchisées, il s’agira de réfléchir à des pistes de réflexions susceptibles d’être transposées aux contextes méso-américains, par exemple aux pratiques d’autosacrifice maya.

D’autres séances, en cours de programmation auront lieu à l’automne 2017. Elles seront consacrées à cette même problématique à partir d’autres terrains et d’autres données, en suivant le fil rouge du sang du sacrifice et de la place de la consommation de chair humaine ou de son substitut dans les cultures amérindiennes déclinant ainsi les transformations plausibles du complexe cannibalo-sacrificiel entre Mésoamérique, Andes et Amazonie.

GERM/Anthropologie de la Nuit (27/04/17)

Le GERM et le « groupe Anthropologie de la nuit » ont le plaisir de vous convier au séminaire donné par notre collègue Rocío Noemi Martínez

le jeudi 27 avril 2017
11h00 à 13h00
(suivi d’un en-cas)

Ik’aletik : « les hommes noirs » et leurs identifications multimodales pendant la fête de k’in tajimol, « les jeux du soleil » (un carnaval maya tsotsil)

La complexité des personnages dont on traduit le nom littéralement par « les noirs » lors de la fête de k’in tajimol — la célébration la plus ancienne du calendrier maya-tsotsil actuel o’tol k’ak’al (« le compte des jours ») — se manifeste par les différents moyens de les personnifier, que ce soit par leurs vêtements et artefacts ou par les actions auxquelles ils participent durant les cinq jours de la fête.

Dans cette présentation, on tentera d’analyser les noms différents que les acteurs de la fête attribuent à ces personnages, évoqués dans un chant nocturne (riox) qui les fait surgir du monde des morts ; « sacrificateurs de notre-père le soleil et son épouse », jtotik max « nos pères singes « , ik’aletik ahau (« seigneur noir, seigneurs des vents »), tata ak’abal kaxlan (« père métis de la nuit « ), bankilal kaxlan (« frère aîné métis « ), pukuj (« démon ») xutax (« judas »), ik’al mut (« oiseau noir »)…

Ik’aletik :“los hombres negros”, sus identificaciones multimodales en la fiesta del k’in tajimol, “los juegos del Sol”, (un carnaval maya tsotsil)

La complejidad de estos personajes de los que se traduce literalmente su nombre como “los negros” en la fiesta del k’in tajimol (la fiesta más antigua del calendario maya-tsotsil actual, O’tol k’ak’al), se manifiesta a través de sus distintos modos de personificarlos ya sea por sus indumentarias y artefactos, pero también por las acciones en las que participan durante los cinco días de fiesta.

En esta presentación intentaremos analizar los distintos nombres que les dan a estos personajes los actores de la fiesta, también evocados en un canto nocturno (riox), que hace que se levanten del mundo de los muertos como: “sacrificadores del jtotik” (nuestro padre Cristo-Sol y su esposa), como jtotik max (nuestros padres monos), Ik’aletik ahau (Señores negros, señores del viento), Tata ak’abal kaxlan (padre mestizo de la noche), bankilal kaxlan (hermano mayor), Pukuj (el diablo), Xutax (Judas), ik’al mut (pájaro negro) …

Séance GERM/RITMO (17/03/2017): Les termes de la temporalité…

Le 17 mars 2017, à partir de 14h

Nous nous retrouverons pour reprendre nos réflexions collectives autour des termes de la temporalité et rituel (Léxico RITMO) et de discuter des rencontres 2017.

N’hésitez pas à faire circuler vos propositions et définitions à l’avance.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 304