Archives de catégorie : Axes de recherche

Séance du GERM (07/01/2016): GDRI RITMO

Le jeudi 7 janvier 2016, de 15h00 à 17h30

Nous avons le plaisir de vous inviter à une réunion d’information et d’organisation du

GDRI RITMO
Créer, détruire, transformer en Mésoamérique : les modalités des actions rituelles et leurs inscriptions temporelles

(Retours sur Royaumont 2015, Worshop à Izamal en juillet 2016, rencontre générale à La Sapienza de Rome à l’automne 2016, …)

et d’autres activités du GERM

 

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

GDRI RITMO (22-24/10/2015): Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions

Du 22 au 24 octobre 2015,

aura lieu la rencontre internationale de Royaumont intitulée :


« Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions«  

Séance du GERM (16/10/2015): « El desarrollo de los cúuchcabalob en las tierras bajas del norte, siglos XV-XVI »

Le vendredi 16 octobre, de 16h à 18h

Okoshi Tsubasa fera une présentation intitulée :

« El desarrollo de los cúuchcabalob en las tierras bajas del norte, siglos XV-XVI »

Esta conferencia está dirigida a los arqueólogos que interesen manejar las fuentes históricas coloniales para ampliar y profundizar sus perspectivas analíticas. El objetivo principal consiste en discutir sobre la génesis y desarrollo de las entidades políticas o cúuchcabalob de los mayas de Tierras Bajas del norte después de la caída de Mayapán ocurrida hacia mediados del siglo XV. Especial énfasis se otorgará en el estudio crítico de los documentos españoles e indígenas para obtener las informaciones más confiables para sus investigaciones.

 

Lieu :

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 304

Séance du GERM (22/06/2015): « Séquence rituelle et formes de communication »

Le lundi 22 juin 2015, de 10h à 13h

Nous y entendrons une communication de

Danièle Dehouve
« Séquence rituelle et formes de communication »

qui nous permettra d’entrer au cœur de notre réflexion sur le thème de la première année du GDRI RITMO Créer, détruire, transformer en Mésoamérique : les modalités des actions rituelles et leurs inscriptions temporelles, dédiée aux Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions.

 

Nous tiendrons également une :

réunion d’information et d’organisation

sur la première rencontre générale du GDRI qui aura lieu à l’Abbaye de Royaumont du 22 au 25 octobre.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Journée du GERM (6/02/2015): « Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas »

Le vendredi 6 février 2015, de 10h à 15h

« Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas«  

10h-11h

Vestiges de majesté : reliques des hommes et des dieux dans la tradition religieuse maya

María del Rocío Maza García de Alba (doctorante EPHE)

Chez les Mayas, la préservation des reliques a une très longue histoire qui permet de soupçonner une certaine continuité idéologique depuis l’époque précolombienne. Cependant, en dépit de sa diffusion et de sa persistance, un aspect étroitement lié à ce sujet n’a été abordé que de façon tangentielle : les pratiques des doubles funérailles visant à l’obtention d’ossements. Une première approche des traitements des restes humains avant la Conquête espagnole montre que les corps des sacrifiés et des prisonniers étaient exhibés publiquement en tant que trophées et préservés, ingérés, ou détruits, avec l’intention de profiter de façon immédiate de leur énergie vitale au profit du capteur ou de la communauté ayant offert le sacrifice. En revanche, les reliques des ancêtres et celles des dieux, précieusement gardées, étaient conçues comme des moyens pour maintenir l’existence personnelle de ces êtres et pour communiquer avec eux. Elles jouent dès lors un rôle politique central depuis le niveau familial jusqu’à l’organisation de l’État. La préservation des restes corporels pourrait être liée aux conceptions mayas de la personne et à la permanence après la mort, sur certains vestiges humains, du composant nommé q’aq’ en k’iche et en cakchiquel et impliquant « feu, chaleur, force, pouvoir ou majesté ». La signification de ce terme, présent dans plusieurs langues mayas, le rend aussi très proche des forces animiques nommées autrement dans d’autres langues mayas, mais partageant la caractéristique de s’accroitre avec l’âge et l’exercice de charges publiques.

11h-11h15

pause

11h15-12h15

Les vestiges sont-ils des lieux de mémoire ? Réflexions sur leur manque de valorisation dans les populations chol et tseltal

Cédric Becquey (docteur en linguistique) et Marie Chosson (INALCO)

Les vestiges d’activités humaines passées, pyramides préhispaniques ou églises coloniales, jalonnent le paysage de la plupart des communautés mayas. Malgré l’importance, pour ces groupes, de la référence à l’ancestralité, il est courant de remarquer, dans les populations chol et tseltal, un manque d’investissement particulier, symbolique ou affectif, de ces lieux. À partir d’exemples contrastifs, rencontrés dans des communautés villageoises historiquement ancrées dans leur territoire mais aussi dans des groupes ayant récemment migré, seront examinées certaines conceptions relatives aux constructions mémorielles et aux rapports des hommes avec leurs ancêtres. Un examen de la tradition orale et des pratiques relatives aux interactions avec ces ancêtres nous offrent plusieurs pistes pour comprendre cette absence de valorisation distinctive des vestiges. Elle pourrait s’expliquer en partie, par le fait que les générations d’hommes traversant le cours du temps, ne semblent pas avoir marqué, pour eux, le paysage historique et aucune action humaine n’est utilisée comme repère identitaire de la constitution du groupe. De plus, si tout individu aux actes remarquables est systématiquement transformé en héros aux qualités divines, le groupe générique des ancêtres acquiert lui aussi des qualités particulières. Parmi celles-ci, nous reviendrons particulièrement sur la nature dynamique des entités du passé, ancêtres ou divinités, qui leur permet de continuer à vivre dans le présent en se déplaçant et investissant d’autres éléments du paysage, délaissant souvent les vestiges. Par cette intervention nous souhaitons avant tout nous interroger sur la pertinence de l’usage du concept même de « lieux de mémoires » dans ces deux populations.

12h15-13h

Des rituels de mémoire et des vestiges communautaires chez les Tzeltal de San Juan Cancuc (Etat du Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (chercheur associé EREA/LESC)

Nous allons essayer d’aborder les mécanismes de mémorialisation attachés aux vestiges communautaires par le biais de l’intangibilité. C’est à dire, en examinant les significations patrimoniales du paysage qui existent dans les opérations rituelles, en particulier dans les paroles des prières des spécialistes rituels.

Déjeuner (picnic participatif)

13h45-14h15

Présentation du GDRI – discussion du programme d’activités

14h15-15h15

Les ruines mayas, de l’intérieur : des temporalités ineffables

Valentina Vapnarsky (EREA/LESC)

On peut distinguer dans les conceptions actuelles des Mayas yucatèques de la région orientale deux grands pans de l’histoire passée, l’un correspond à leur installation dans la région il y a quelques générations, à la guerre des Castes et ses prolongements, l’autre concerne les humanités antérieures. Alors que le premier est largement narré et commenté, le second n’est qu’évoqué et ressort sensiblement du domaine de l’ineffable. Pourtant, cette histoire, très ancienne, telle qu’elle est qualifiée, s’instille dans les pratiques du quotidien, en particulier dans celles de l’utilisation de l’espace sylvestre et agricole. Elle est attachée à des lieux, les múul, monticules-vestiges présents dans la forêt, et objets de grandes précautions. Ces lieux vivants, génératifs, exigeants sont la demeure des esprits gardiens, et indexent des temporalités plurielles. Les múul sont par ailleurs, selon les situations, assimilés ou distingués des rwiinas, dont les édifices, au grand jour, sont visités par les touristes. Cette présentation s’attachera à élucider les relations entre múul, esprits gardiens et ancêtres, humanité passées et actuelle, et les questions que ces relations soulèvent sur les modes mayas de penser la cyclicité, la permanence et la transformation.

15h15-15h45

Discussion générale

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Séance du GERM (02/12/2014) : « La chimère de Saint martin à cheval (Hautes terres Mazatèques) »

Le mardi 2 décembre 2014, de 15h à 17h

Magali Demanget (CERCE / Université de Montpellier)
fera une présentation intitulée :
« La chimère de Saint martin à cheval (Hautes terres Mazatèques)«  

Dans cette présentation, on abordera les transformations du maître de la Montagne, Chikon Nindó Tokoxo, également san Martín caballero.
Le lien entre la ville et la montagne est ancien, comme en témoigne un lienzo du XVIIIe siècle. Il a pris de nouvelles formes depuis, à l’instar de la personnification de cette montagne qui apparaît en tension entre les pôles du saint et du diable, de l’humain et de l’animal.

Lieu :

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre, LESC
NANTERRE
salle 308

Colloque international (8-10/10/2014) : « Mesures et textures du temps chez les mayas : le dit, l’écrit et le vécu »

« Mesures et textures du temps chez les Mayas : le dit, l’écrit et le vécu« 

mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 octobre 2014

PROGRAMME COLLOQUE

Colloque international organisé par le Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) en collaboration avec la Direction du Développement Culturel, le Département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly, et la UNAM au Mexique.

Proposé à l’occasion de l’exposition « MAYAS: Trois mille ans de civilisation » (30/09/14 – 08/02/15), ce colloque sur les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas met à l’honneur les sociétés mayas actuelles et leur inscription tant dans le flux du vécu et les formes d’agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Ce colloque pluridisciplinaire réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L’ambition de ces journées est d’ouvrir des voies nouvelles dans l’exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Comité scientifique
Alain Breton (CNRS), Dominique Michelet (CNRS), Aurore Monod Becquelin (CNRS), Fabienne de Pierrebourg (musée du quai Branly), Mario H. Ruz (UNAM), Valentina Vapnarsky (CNRS)

INFORMATIONS PRATIQUES

le 8 octobre : 11h – 17h30
les 9 et 10 octobre : 9h30 – 18h30
lieu à confirmer
accès libre dans la limite des places disponibles

« Frontières temporelles »

Le mardi 28 mai 2013 de 10h à 13h

Atelier « Frontières temporelles »

Jacques Galinier « Inscriptions spatiales des temporalités liminales dans les rituels des Otomi orientaux »

Perla Petrich, « Les espaces écologiques protégés de la côte nord de Yucatan : une façon de fixer le passé »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno »

Le 21 mai 2013 de 15h à 17h

Intervention de Rocio Noemi Martínez qui portera sur : « La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno: Complejidad ritual e historias superpuestas en la memoria  maya- tsotsil de San Pedro Chenalho y San Pedro Polho, Chiapas-México »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 308

« Du premier amour au mouvement des astres. Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Le vendredi 19 avril 2013 de 15h et 17h

« Du premier amour au mouvement des astres ». Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Agnès Bergeret, Anthropologue, IHEAL-CREDA

Le mythe du premier amour entre le Soleil et la Lune est l’un des plus connus parmi les Mayas-Q’eqchi’. Nous proposons d’analyser les séquences de ce long récit, pour les mettre en regard avec les séquences d’autres récits mayas et bibliques. Ce mythe est au premier abord très éloigné des motifs et réaménagement chrétiens. Nous tenterons cependant de donner quelques pistes pour comprendre les liens qui ont pu se tisser entre les deux traditions au sein de ce récit, de l’apparition explicite d’un Saint-guérisseur aux relations plus discrètes, exprimées dans les dévotions et les rituels, entre les motifs mythiques q’eqchi’ avec les figures bibliques. De plus, aujourd’hui, certains prêtres catholiques savent faire de ce mythe un usage habile dans leurs sermons.

Lieu :

Institut des Amériques, salon des Amériques
(175 rue du Chevaleret, 75013 Paris, Métro: Chevaleret, ligne 6)
8ème étage

Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique

Le mardi 26 mars 2013 à 14h30

« Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique »

Lors de cette réunion, Anath Ariel de Vidas (Mondes Américains),  lancera la discussion avec un exposé autour du Tonnerre, de Quetzacóatl et du prophète Élie chez les Teenek veracruzains.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

Publication GERM : « Frontières épaisses: Altérité et continuité en pays maya et en Mésoamérique »

Monod Becquelin, Aurore (ed.). 2012

Frontières épaisses: Altérité et continuité en pays maya et en Mésoamérique. Numéro Spécial d’Ateliers d’Anthropologie. Revue éditée par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative n° 37 | http://ateliers.revues.org/9169

SOMMAIRE :

Introduction – Aurore Monod Becquelin

Du trimorphe aux frontières quasi topologiques – Jean-Pierre Desclés

Quelles frontières pour les populations cholanes ? – Cédric Becquey

Limites politiques et barrières sociales dans le monde maya classique: Réflexions à partir de quelques expériences archéologiques – Dominique Michelet

Du système de charges aux statuts de prestige individuel: Réflexions sur les frontières entre espaces de pouvoir à Aguacatenango – Marie Chosson

L’habitation maya: Espaces, frontières et quelques lieux de passage – Fabienne de Pierrebourg, Marie-Charlotte Arnauld, Helios Figuerola, Jean-MichelHoppan, Olivier Le Guen et Perla Petrich

La dynamique des représentations : frontières et paysage sociopolitique postclassique des Hautes Terres mayas: Entre crise et tradition dans les textes indigènes – Marie Annereau-Fulbert

Miracle et espace social au village nahua de La Esperanza, Mexique – Anath Ariel de Vidas

Penser et construire l’espace tojolabal à travers une expérience rituelle transfrontalière (Mexique-Guatemala) – Carine Chavarochette

Le passage de la frontière – Claude-François Baudez