Tous les articles par germ

GERM Anthropologie de la Nuit (13/01/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM sont heureux de vous inviter au séminaire commun  :

Le 13 janvier 2017,
14h30 à 16h30
Max Weber, salle de séminaire 1
Anthropologie de la nuit—GERM

Cédric Becquey : De la nuit et de l’obscurité diurne : une étude épigraphique maya.

la_chauve-souris

Nous initierons les séances Nuit/GERM par une intervention dédiée à l’épigraphie maya. Nous observerons, dans cette étude préliminaire, comment les concepts de « nuit » et d’ « obscurité » interviennent dans les inscriptions glyphiques mayas. Dans un premier temps, nous verrons les occurrences où ils apparaissent comme référents sémantiques au sein des textes, contextes relativement rares en dehors de quelques formules relevant du parallélisme et/ou du diphrasisme. Dans un deuxième temps, nous analyserons plus en détail le motif de la « nuit » comme éléments graphiques. En effet, à l’instar des clés des idéogrammes chinois, ce motif est constitutif d’un grand nombre de glyphes revoyant à des signifiants parfois très éloignés, a priori, du concept de nocturnité. A travers les associations d’idées que ces compositions graphiques impliquent, nous tenterons alors, par inférences, de mieux appréhender le symbolisme de la « nuit » pour les anciens mayas à la lumière d’une telle approche.

Conférence Tsubasa Okoshi (13/10/2014)

Dans le cadre des activités du GERM associées au colloque Mesures et textures du temps chez les Mayas, nous avons le plaisir de vous inviter à une conférence de
Tsubasa Okoshi (Centro de estudios Mayas, UNAM), 
13 octobre, 10h-12h30,
LESC, salle 308, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie – université Paris Ouest Nanterre La Défense
Interpretando el espacio dibujado: los mapas indígenas en la Gobernación de Yucatán, siglos XVI-XIX

Conférence Matilde Gonzalez Izás (29/09/2014)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence que donnera Matilde González Izás,
anthropologue et historienne de la Université Landívar, Guatemala

Le  29 septembre 2014,
9h-11h

Université Paris Diderot, Olympe de Gouges,
8, rue Albert Einstein 75013 (Place P.Ricoeur), salle M19

L’URMIS, le CESSMA et le Séminaire itinérant MESO en collaboration avec le Groupe d’enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique (GERM), invitent à la Présentation et discussion autour de deux ouvrages récents de Matilde González-Izas, anthropologue et historienne de la U. Landívar, Guatemala

Modernización capitalista, racismo y violencia en Guatemala, 2014, El Colegio de México
Territorio, actores armados y formación del Estado, 2014, Cara Parens-U.Landivar

Avec la contribution de Michel Wieviorka, Président de la FMSH, et de l’auteure.

Colloque international (8-10/10/2014) : « Mesures et textures du temps chez les mayas : le dit, l’écrit et le vécu »

« Mesures et textures du temps chez les Mayas : le dit, l’écrit et le vécu« 

mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 octobre 2014

PROGRAMME COLLOQUE

Colloque international organisé par le Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) en collaboration avec la Direction du Développement Culturel, le Département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly, et la UNAM au Mexique.

Proposé à l’occasion de l’exposition « MAYAS: Trois mille ans de civilisation » (30/09/14 – 08/02/15), ce colloque sur les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas met à l’honneur les sociétés mayas actuelles et leur inscription tant dans le flux du vécu et les formes d’agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Ce colloque pluridisciplinaire réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L’ambition de ces journées est d’ouvrir des voies nouvelles dans l’exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Comité scientifique
Alain Breton (CNRS), Dominique Michelet (CNRS), Aurore Monod Becquelin (CNRS), Fabienne de Pierrebourg (musée du quai Branly), Mario H. Ruz (UNAM), Valentina Vapnarsky (CNRS)

INFORMATIONS PRATIQUES

le 8 octobre : 11h – 17h30
les 9 et 10 octobre : 9h30 – 18h30
lieu à confirmer
accès libre dans la limite des places disponibles

Séance du GERM (24/06) : « Donner à manger à la maison … »

Le 24 juin 2014,

à 14h30

M-Charlotte Arnauld (ArchAm)

« Donner à manger à la maison: architecture maçonnée et dépôts rituels »

Un dépôt exceptionnellement riche en animaux de petite taille d’espèces aquatiques (eau de mer et eau douce) et arborées (oiseaux du groupe passereaux) a été trouvé au centre de l’Edifice 6E12Sub de La Joyanca (Guatemala) en 2003. Il a été fait au moment du remblaiement de la structure sur laquelle a été construite un temple sur son soubassement pyramidal, vers 750 apr. J.-C. On tente de replacer ce dépôt à la fois dans ce processus de construction particulier, dans l’ensemble des dépôts associés aux édifices publics et privés du même site de même époque et dans quelques autres sites mayas classiques, sans prétendre épuiser le champ immense des comparaisons. Ce dépôt pose des questions concernant le temps impliqué dans la construction, les risques encourus par les constructeurs, l’espace ainsi créé et sa relation à l’environnement, enfin, peut-être aussi, les modalités du travail collectif. 

Nanterre:
LESC, MAE
salle 308

GERM

Ce carnet a pour objet de présenter les activités du GERM et annoncer les événements et publications en rapport avec ce groupe. Le Groupe d’enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique (GERM), groupe de recherche du LESC (UMR 7186), a été créé dans le but de fédérer des chercheurs en sciences humaines provenant de disciplines diverses (archéologie, ethnologie, épigraphie, ethnohistoire, linguistique) autour de différents projets concernant les Mayas puis élargis à la Mésoamérique. Il assure des activités de recherche, de documentation, d’enseignement, de formation et d’accueil de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants issus de plusieurs institutions françaises et étrangères. Le GERM observe trois principes majeurs de fonctionnement: la confrontation et la collaboration entre disciplines en privilégiant les analyses de données de terrain ; la comparaison avec des terrains d’aires géographiques et/ou culturelles proches mais également lointaines ; et le partage des connaissances par un enseignement théorique et pratique.

Colloque international “Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

“Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

1er et 2 juillet 2011 – Musée du Quai Branly, Paris

Org. : M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Richard Hansen, Jean-Paul Métailié, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, Fabienne de Pierrebourg, Juan Antonio Valdés.

Thème du colloque :

L’archéologie mayaniste et plus généralement l’archéologie du Guatemala, qui ont souvent partie liée avec le tourisme, traitent chaque site comme une entité sociopolitique en soi, dont l’histoire se termine le plus souvent par l’abandon de ses monuments, que la forêt finit par recouvrir. Cette image romantique est utile à la mise en scène des ruines. Pourtant les sociétés mayas et les autres sociétés anciennes n’ont pas disparu avec leurs cités ruinées et ne peuvent se réduire à leur site archéologique. La question de leur résilience est fondamentale, mobilisant les résultats des recherches archéologiques, épigraphiques et iconographiques les plus récents et formant l’arrière-fond de nombreuses hypothèses. D’autres graves crises ultérieures furent celles de la conquête espagnole et des épisodes de guerres postérieures. Tenter de les comprendre à distance dans l’éclairage d’un passé millénaire doit contribuer à donner du sens au présent. Ce colloque, qui a réunit une vingtaine de chercheurs internationaux, visait avant tout, dans la problématique des crises et de la résilience, à rassembler et à présenter les synthèses de recherche les plus récentes et les plus nouvelles concernant l’évolution de l’ancienne civilisation maya et des sociétés voisines, ainsi que les sociétés mayas actuelles.

 

Publication : M.-Ch. Arnauld, A. Breton, D. Michelet et Ph. Nondédéo (eds). 2013. (cliquer ici pour voir la publication)

13e European Maya Conference (Wayeb), “La vie quotidienne maya”

13e European Maya Conference (Wayeb), “La vie quotidienne maya”

du 1er au 6 décembre 2008 – Musée du Quai Branly / ENS, Paris. org. M.-Charlotte Arnauld, Ramzy Barrois, Alain Breton, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, et Valentina Vapnarsky.

Thème du colloque :

Le thème de la vie quotidienne en pays maya peut constituer un axe de convergence et ouvrir un espace de discussion et de dialogue entre les différentes disciplines représentées (archéologie, épigraphie, ethnographie, ethnohistoire, ethnolinguistique et iconographie), lesquelles sont focalisées depuis des décennies sur leurs propres thématiques de prédilection (le politico-religieux, l’aspect mythico religieux, la tradition orale, la linguistique, l’habitat et sa distribution dans l’espace…). Le thème de la vie quotidienne revêt cependant un aspect à la fois basique et inévitable pour chacune de ces disciplines et permet une confrontation de points de vue et de données pluridisciplinaires. En effet, il porte autant sur la frange paysanne de la société que sur ses élites et se rapporte à des sphères aussi bien domestiques que publiques, de même qu’aux domaines du social comme du politique. La vie quotidienne se révèle non seulement au travers de la culture matérielle (typologie des résidences, définition des espaces domestiques, productions artisanales et artistiques, moyens de subsistance) mais aussi au travers de multiples activités comme la préparation des fêtes, les cérémonies ou les rituels. Elle englobe également des aspects essentiels tels que l’apprentissage et la transmission orale ou écrite, la perception de l’Autre (à travers, entre autre, la vestimentaire) ou la relation fondamentale aux ancêtres.

 

Publications : P. Nondedeo et A. Breton (éds). 2012. (cliquer ici pour voir la publication)

Colloque international “VARIANTES ET VARIATIONS EN PAYS MAYA”

Colloque international “Variantes et variations en pays maya”

les 10, 11 et 12 décembre 2007 – Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre / Maison du Mexique, Cité Universitaire, Paris

org. M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Jacques Galinier, et Aurore Monod Becquelin).

Les partenaires invitants étaient, par l’intermédiaire du GERM, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes (MAEE), le Musée du Quai Branly, la Cité Universitaire Internationale, l’Université de París X, Nanterre, l’Université de París I, Panthéon-Sorbonne, la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie “René-Ginouvès” (UME 844), le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186), le laboratoire Archéologie des Amériques (UMR 8096), le Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA).

 

Thème du colloque :

Les recherches qui avaient été menées pendant le déroulement du projet “Géographies du sacré, dynamique des espaces et des identités mayas” (ACI TTT 2002-2006) et poursuivies au sein des Ateliers ont amené les participants à focaliser leur attention et leurs hypothèses de travail sur les notions de variantes et de variations, et à les transformer en outils opératoires pour l’analyse et la description dans les études mayanistes. Il apparaissait que les définitions des espaces, des objets, des entités ou des qualités (dont le “sacré”) se prêtent mal à entrer dans une typologie rigide et admettent plutôt des oscillations pragmatiques de sens, dues à des situations qui ont tantôt un statut de “passe-frontières”, donnant accès à une nouvelle affiliation catégorielle – embrayeurs qu’il convient de reconnaître et de définir strictement –, tantôt un statut qui conserve à l’idée de variante son sens structuraliste, c’est-à-dire non pertinent pour la définition identitaire. Ce sont ces dernières qui furent appelées “variations” et qui constituent le “style maya” spécifique tel qu’il peut être perçu aussi bien en épigraphie, iconologie, archéologie, ethnologie ou linguistique dans les manifestations culturelles que dans l’oralité ou l’écriture (évitement de “l’identique”). Le colloque réunit sur trois jours plus une trentaine des spécialistes internationaux de différentes disciplines sur l’aire maya, avec une  ouverture comparative sur l’ensemble de la Mésoamérique ainsi que sur des aires plus éloignées (Océanie notamment).

 

Publications : Monod Becquelin, Breton et Ruz (eds.) 2010.
(cliquer ici pour voir la publication)

PUBLICATION GERM : « La « Guerre Rouge » ou une politique maya du sacré. Un carnaval tzeltal au Chiapas, Mexique »

Aurore Monod Becquelin & Alain Breton. 2002
La « Guerre Rouge » ou une politique maya du sacré. Un carnaval tzeltal au Chiapas, Mexique. Paris, CNRS Éd., 2002, 367 p., bibl., gloss., ill., fig., cartes

Dans un village indien des montagnes du Chiapas, au sud-est du Mexique, se déroule, sous couvert d’un  » Carnaval « , un flamboyant bras de fer entre les hommes et les dieux : de la guerre à la familiarisation, de la séduction à l’agressivité, ce rituel déploie toute la gamme des émotions sociales dans un immense échange de biens et de promesses. Acteurs, forces, espaces et temps s’animent pour re-générer la Tradition, pour arracher de haute lutte aux forces ambivalentes l’assurance d’un avenir et pour  » maintenir  » la vie des corps et du monde ; pour que dans l’image troublée des destins humains se dessine la volonté des Mayas de vivre, jusqu’à l’épuisement, contre les projets obscurs des entités surnaturelles en dépit de la pauvreté, de la souffrance et des sacrifices. La  » guerre rouge « , figure emblématique de cette lutte, condense jusqu’à l’incandescence les débris de l’Histoire – préhispanique, coloniale et moderne -, la mémoire et l’oubli, les gestes et les paroles, avec, pour héros, des hommes enceints et des femmes qui frayent avec des singes. L’expédition en forêt, l’attaque simulée du village, le banquet des animaux et des instruments de musique, la danse des princesses et des sauvages sont autant d’épisodes singuliers ici longuement décrits pour la première fois. Les conclusions s’attachent à placer ce rituel dans le temps long, faisant éclater la supposée unité interprétative d’une communauté sur son propre rituel, et dévoilent dans l’intrication des croyances une véritable politique du sacré.