Séminaire Anthropologie de la Nuit (03/05)

Le mardi 3 mai, de 10h à 13h

Guillaume Garnier (docteur en histoire moderne de l’Université de Genève et en histoire contemporaine de l’Université de Poitiers) et Arnaud Exbalin (historien spécialiste du Mexique colonial et maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre) interviendront dans la séance du séminaire « Anthropologie de la Nuit » organisé par le LESC.

Avec la participation de Nadine Beligand, Maître de Conférences en Histoire Moderne, LARHRA Université Lumière Lyon 2.

Guillaume Garnier
Quand le corps rencontre la nuit« 

Depuis quelques années, la nuit a réussi à conquérir l’intérêt des historiens de différentes époques. Ces derniers ont étudié la singularité de la nuit comme espace social et culturel spécifique ainsi que les enjeux que présentait ce cadre spécifique. Pour autant, la nuit est constituée de valeurs transversales et pluridisciplinaires qu’il ne faut pas négliger.

C’est dans ce sens que j’entends poursuivre mes recherches en les inscrivant davantage encore dans une approche d’anthropologie historique. Si la nuit en tant que cadre environnemental mérite toutes les attentions des observateurs, elle prend encore plus de sens quand sont évoqués et analysés ses rapports avec les corps.
Le sommeil est une interaction logique et majoritaire des temps obscurs, mais sa gestion et celle des temps de veille sont pour une partie importante, soumise à de véritables impératifs culturels. Les nuits sont donc plurielles selon les corps en présence, les sociétés, les contextes, autant que régies par climats et contraintes naturelles. Mes dernières recherches sur la pertinence des événements nocturnes et sur les corps endormis n’ont fait d’ailleurs que souligner l’importance de les prolonger, d’autant plus qu’elles permettent de réfléchir sur les moyens de s’approprier (ou non) la nuit à des périodes distinctes.

Aussi, j’essayerai de présenter dans cette intervention les pistes éclairées par mes recherches sur l’histoire du corps endormi, celles résultant de ma collaboration avec Alain Cabantous sur les événements historiques nocturnes, et enfin les problématiques et réflexions que je pourrai apporter et soutenir dans le cadre de ma collaboration avec le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et au sein du séminaire « anthropologie de la nuit » (réflexion globale sur la place de l’homme/du corps durant la nuit, réflexion sur la méthodologie d’une anthropologie de la nuit : quelles sources ? quels espaces ? quelle approche comparatiste ? et surtout la place du sommeil durant la nuit jusqu’à nos jours). A l’évidence une étroite collaboration théorique et méthodologique avec l’anthropologie est indispensable pour la menée d’une telle perspective de recherche.

Arnaud Exbalin
Domestiquer la nuit. Perspectives ehtno-historiques« 

Arnaud Exbalin et Sophie Reculin présenteront leurs recherches respectives sur la naissance de l’éclairage public au XVIIIe siècle en France et au Mexique ainsi que leur nouveau projet de recherche commun intitulé « Civiliser la nuit. Invention, pratiques et régulations des espaces publics nocturnes dans les villes occidentales (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Ces historiens de la ville souhaiteraient ouvrir un dialogue avec les anthropologues du LESC et à moyen terme construire un partenariat plus durable. Outre la fécondité qui n’est plus à démontrer d’associer histoire et anthropologie dans la recherche en science sociale, ce projet s’inscrit pleinement à la croisée des deux disciplines. L’usage de certaines sources favorise en effet une approche fine des territoires et des perceptions individuelles de la nocturnité. Certains questionnements qui seront soulevés ne peuvent en effet faire l’économie de concepts et de méthodes propre à l’enquête ethnologique. Comment les habitants réagissent-ils aux dispositifs matériels (éclairage) et normatifs (règlements) mis en œuvre par les autorités urbaines au cours du XVIIIe siècle ? De quelle manière intègrent-ils ou détournent-ils, dans leur quotidien, les effets d’une illumination permanente ? Nous serons particulièrement attentifs à certains lieux fréquentés en première partie de la nuit (promenades, alentours des théâtres, tavernes), lieux pour lesquels nous disposons de sources, notamment judiciaires et policières. Des scénarios à description dense seront rendus et analysés au moyen des archives de la pratique afin de rendre compte de la pluralité des acteurs qui participent à la fabrique d’une paix urbaine longtemps considérée comme incompatible avec la nuit. Au-delà, comment bascule-t-on d’une nuit effrayante dont l’image fut patiemment construite par hommes d’Eglise et juristes à une nuit synonyme de plaisirs socialement valorisée ? Si les études relatives aux imaginaires nocturnes ont fait la part belle à la littérature, nous voudrions explorer d’autres gisements documentaires moins utilisés. Outre la presse, les chroniques et les journaux de voyage, les journaux intimes mais aussi l’iconographie nous donneront accès aux perceptions du sens intérieur et aux systèmes d’émotions construits par les nocturnités.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.