Séminaires-conférences de l’EHESS : (11-24/05) Flavia Cuturi

Nous avons le plaisir de vous transmettre ce message de la part de Michel de Fornel concernant la venue de :

Flavia Cuturi (Università degli studi di Napoli, « L’Orientale »)

pour 4 séances de séminaire-conférences à l’EHESS les 11, 18, 19 et 25 mai.

Le GERM est heureux de participer à son accueil et nous vous invitons vivement à y assister et à participer aux discussions lors de ces séances. Un pot de bienvenue sera offert à cette occasion et d’autres informations vous seront données en temps utile.

Aurore Monod Becquelin

11 mai 2016

Arang naxey, arang najtaj: « faire l’homme, faire la femme »
« Les conseils »: deixis sociale et construction de la personne: les attentes sociales et du genre dans la vie quotidienne des Ikoots/Huave de San Mateo del Mar

Tout individu expérimente, au cours de sa vie, un processus continuel de socialisation qui, dans de nombreux cas, ne se réfère pas à un système de valeurs explicites et définies. Les valeurs, les idéologies et les représentations sont souvent le résultat des moyens linguistiques et rhétoriques mis en oeuvre en contextes dialogiques et ce sont ceux-ci qui transforment en habitudes standardisées les expériences que tout individu fait en tant que membre de sa société. Cette codification fait partie des interactions verbales quotidiennes. Chez les Ikoots / Huaves de San Mateo del Mar (Oaxaca, Mexique), il existe une sorte de recommandation pédagogique sous forme de monologue, le apaj okweaj (il/elle appelle le sien/la sienne). Produire un apaj okweaj fait partie des attentes et des engagements dictés par les rôles respectifs attribués aux plus jeunes et aux adultes, hommes et femmes. Les instruments linguistiques rhétoriques donnant signifié et efficacité au apaj okweaj, s’expliquent par un réseau complexe de constantes qui influencent sa forme et ses contenus: a) l’usage que les locuteurs font des déictiques spatiaux, temporels et personnels en fonction du public; b) les critères locaux conférant ou non à une personne l’autorité nécessaire pour prendre la parole; 3) le contrôle social influençant conseilleur et conseillé. Enfin, le processus tout entier est soumis à une certaine conception de la responsabilité, à laquelle, aucun individu, quelle que soit son autorité, ne peut se soustraire. Le apaj okweaj fait partie du réseau complexe de processus sur lesquels sont fondés la socialisation et les critères d’appartenance à la société.

18 mai

Dire la vérité. La question de l’arbitraire et de l’iconicité dans l’idéologie du langage chez les Ikoots

“Dire la vérité” est une formule que j’utilise pour définir la synthèse entre un ensemble de constantes morphologiques, sémantiques et syntaxiques, et une dimension paradigmatique présente dans la langue (ombeayiüts ‘notre bouche’) parlée des Ikoots / Huave de San Mateo del Mar. L’analyse des interactions verbales quotidiennes ikoots (huave) révèle comment la personne qui parle se soucie souvent de réaliser à des niveaux diversifiés, une correspondance “exacte” entre les mots et le monde, entre le parler et l’agir, avec une perte conséquente du sens de l’arbitraire. Cette réalisation récurrente est configurable à l’intérieur d’un vaste fond paradigmatique définissable en termes d’iconicité. Dans ce contexte, la notion d’arbitraire est incontestablement valide à un niveau macro-théorique, mais peu efficace pour l’étude du rapport d’ensemble qu’entretiennent ceux qui parlent leur langue. La notion d’iconicité en revanche semble offrir des idées théoriques et analytiques très intéressantes; elle-même couvre de nombreuses dimensions de l’utilisation de la langue, mais surtout elle lie l’activité de la langue parlée à l’existence vécue et imaginée des individus, aux activités créatrices de l’identité de chacun et fondatrice des relations sociales, à la perception de l’ordre et du désordre. Dans ce contexte on observera le rôle des evidenviels et de la forme subordonnée des verbes.

19 mai

La prise de décisions dans l’action politique ikoots: le conflit entre « l’utopie » de l’unanimité décisionnelle du village et la multivocité de l’hégémonie nationale des partis

On va explorer certaines dimensions paradigmatiques chez les Ikoots (Huaves) de San Mateo del Mar autour des dimensions qui conditionnent la façon d’agir et la conduite de la politique publique. En effet, parmi les représentations ikoots des actions sociopolitiques des individus, on retrouve un équilibre entre un paradigme « individualisant » de l’identité de la personne et une conception unitaire des actions des individus qui organisent la vie du village. Celles-ci, jointes aux représentations de la parole et du discours, forment une réelle « esthétique » du jeu politique. Il est nécessaire d’expliquer ces dimensions afin de comprendre certains aspects de leur conduite en politique publique qui se déclare contre le multipartisme de la réalité nationale; pourquoi dans la multivocité y a-t-il la source des principes antidémocratiques et la fin de la participation collective?

25 mai

Ce qui peut être fait avec des racines: la « vie » des racines du ombeayiüts (‘notre bouche’) dans la communication quotidienne ou rituelle

Au cours des dernières années, je me suis consacrée à l’étude systématique de la morphologie des racines verbales, nominales et adjectivales du ombeayiüts (avec leurs prépositions), pour « découvrir » l’emploi pragmatique des ressources morphologiques de cette langue. Les domaines que j’ai explorés le plus sont ceux des perceptions sensorielles (formes, sons, bruits et rumeurs, saveurs, odeurs), des déplacements dans l’espace, des mouvements nécessaires du rituel, ceux pour le tissage, pour la préparation de la nourriture, des repas, etc.
Mais l’approche était aussi une autre recherche, plus mécaniste et typologique: à partir de ressources morphologiques, j’ai exploré lequel des préfixes, suffixes et infixes pouvait être appliquée et lequel ne pouvait pas être appliquée aux racines verbales et adjectivales. Les objectifs de ce défi sont au nombre de deux: le premier est la réalisation d’une grammaire et d’un dictionnaire thématique pour les écoles bilingues de San Mateo; le deuxième… est le rêve de tous les anthropologues: saisir le point de vue de l’indigène!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *