Journée du GERM (6/02/2015): « Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas »

Le vendredi 6 février 2015, de 10h à 15h

« Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas«  

10h-11h

Vestiges de majesté : reliques des hommes et des dieux dans la tradition religieuse maya

María del Rocío Maza García de Alba (doctorante EPHE)

Chez les Mayas, la préservation des reliques a une très longue histoire qui permet de soupçonner une certaine continuité idéologique depuis l’époque précolombienne. Cependant, en dépit de sa diffusion et de sa persistance, un aspect étroitement lié à ce sujet n’a été abordé que de façon tangentielle : les pratiques des doubles funérailles visant à l’obtention d’ossements. Une première approche des traitements des restes humains avant la Conquête espagnole montre que les corps des sacrifiés et des prisonniers étaient exhibés publiquement en tant que trophées et préservés, ingérés, ou détruits, avec l’intention de profiter de façon immédiate de leur énergie vitale au profit du capteur ou de la communauté ayant offert le sacrifice. En revanche, les reliques des ancêtres et celles des dieux, précieusement gardées, étaient conçues comme des moyens pour maintenir l’existence personnelle de ces êtres et pour communiquer avec eux. Elles jouent dès lors un rôle politique central depuis le niveau familial jusqu’à l’organisation de l’État. La préservation des restes corporels pourrait être liée aux conceptions mayas de la personne et à la permanence après la mort, sur certains vestiges humains, du composant nommé q’aq’ en k’iche et en cakchiquel et impliquant « feu, chaleur, force, pouvoir ou majesté ». La signification de ce terme, présent dans plusieurs langues mayas, le rend aussi très proche des forces animiques nommées autrement dans d’autres langues mayas, mais partageant la caractéristique de s’accroitre avec l’âge et l’exercice de charges publiques.

11h-11h15

pause

11h15-12h15

Les vestiges sont-ils des lieux de mémoire ? Réflexions sur leur manque de valorisation dans les populations chol et tseltal

Cédric Becquey (docteur en linguistique) et Marie Chosson (INALCO)

Les vestiges d’activités humaines passées, pyramides préhispaniques ou églises coloniales, jalonnent le paysage de la plupart des communautés mayas. Malgré l’importance, pour ces groupes, de la référence à l’ancestralité, il est courant de remarquer, dans les populations chol et tseltal, un manque d’investissement particulier, symbolique ou affectif, de ces lieux. À partir d’exemples contrastifs, rencontrés dans des communautés villageoises historiquement ancrées dans leur territoire mais aussi dans des groupes ayant récemment migré, seront examinées certaines conceptions relatives aux constructions mémorielles et aux rapports des hommes avec leurs ancêtres. Un examen de la tradition orale et des pratiques relatives aux interactions avec ces ancêtres nous offrent plusieurs pistes pour comprendre cette absence de valorisation distinctive des vestiges. Elle pourrait s’expliquer en partie, par le fait que les générations d’hommes traversant le cours du temps, ne semblent pas avoir marqué, pour eux, le paysage historique et aucune action humaine n’est utilisée comme repère identitaire de la constitution du groupe. De plus, si tout individu aux actes remarquables est systématiquement transformé en héros aux qualités divines, le groupe générique des ancêtres acquiert lui aussi des qualités particulières. Parmi celles-ci, nous reviendrons particulièrement sur la nature dynamique des entités du passé, ancêtres ou divinités, qui leur permet de continuer à vivre dans le présent en se déplaçant et investissant d’autres éléments du paysage, délaissant souvent les vestiges. Par cette intervention nous souhaitons avant tout nous interroger sur la pertinence de l’usage du concept même de « lieux de mémoires » dans ces deux populations.

12h15-13h

Des rituels de mémoire et des vestiges communautaires chez les Tzeltal de San Juan Cancuc (Etat du Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (chercheur associé EREA/LESC)

Nous allons essayer d’aborder les mécanismes de mémorialisation attachés aux vestiges communautaires par le biais de l’intangibilité. C’est à dire, en examinant les significations patrimoniales du paysage qui existent dans les opérations rituelles, en particulier dans les paroles des prières des spécialistes rituels.

Déjeuner (picnic participatif)

13h45-14h15

Présentation du GDRI – discussion du programme d’activités

14h15-15h15

Les ruines mayas, de l’intérieur : des temporalités ineffables

Valentina Vapnarsky (EREA/LESC)

On peut distinguer dans les conceptions actuelles des Mayas yucatèques de la région orientale deux grands pans de l’histoire passée, l’un correspond à leur installation dans la région il y a quelques générations, à la guerre des Castes et ses prolongements, l’autre concerne les humanités antérieures. Alors que le premier est largement narré et commenté, le second n’est qu’évoqué et ressort sensiblement du domaine de l’ineffable. Pourtant, cette histoire, très ancienne, telle qu’elle est qualifiée, s’instille dans les pratiques du quotidien, en particulier dans celles de l’utilisation de l’espace sylvestre et agricole. Elle est attachée à des lieux, les múul, monticules-vestiges présents dans la forêt, et objets de grandes précautions. Ces lieux vivants, génératifs, exigeants sont la demeure des esprits gardiens, et indexent des temporalités plurielles. Les múul sont par ailleurs, selon les situations, assimilés ou distingués des rwiinas, dont les édifices, au grand jour, sont visités par les touristes. Cette présentation s’attachera à élucider les relations entre múul, esprits gardiens et ancêtres, humanité passées et actuelle, et les questions que ces relations soulèvent sur les modes mayas de penser la cyclicité, la permanence et la transformation.

15h15-15h45

Discussion générale

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.