Soutenance de thèse 29/05/2024 : Juliette Danfakha

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons le plaisir de vous faire suivre l’invitation à la soutenance de thèse de Juliette Danfakha :

Des voix déviées. Migration des jeunes filles tseltales de San Juan Cancuc  « perdues » à Mexico DF

Thèse en anthropologie réalisée sous la direction de Valentina Vapnarsky et de Sylvie Pédron Colombani

Mercredi 29 Mai 2024 14:00, Bâtiment Grappin (B), salle René Rémond B015, 200 avenue de la République, Nanterre

Le jury sera composé de :

  • Alejandra Aquino Moreschi, Professeure-chercheuse, CIESAS
  • Capucine Boidin, Professeure des universités, Université Sorbonne Nouvelle (Rapporteur)
  • Marie Chosson, Maître de conférences, Inalco
  • Lourdes de León, Professeure, CIESAS
  • Françoise Lestage, Professeure émérite, Université Paris Cité (Rapporteur)
  • Sergio Romero, Associate Professor, The University of Texas at Austin

Résumé : Comme nombre de populations autochtones depuis la conquête, au Mexique, une grande majorité de Mayas se pense liée à un territoire rural traditionnel. A San Juan Cancuc, le départ vers les villes modernes des ach’ix « jeunes filles non-mariées » n’est donc pas anodin. Afin de cerner en quoi le mode de vie urbain, en particulier celui de la capitale, est conçu en opposition à celui qui constitue l’identité de ce municipe, j’ai mis en place une méthode de recueil et de restitution de récits de ces ach’ix en langue tseltale. En effet, puisqu’elles échouent à remplir l’attitude sédentaire incombant à leur statut communautaire, les jeunes filles nubiles qui se rendent à Mexico DF, littéralement, « n’existent plus » (mayuk, mayik) à San Juan Cancuc. Le champ lexical de la « perte » (ch’ayel, ch’ay) et de la prostitution qui court depuis leur municipe d’origine jusqu’à Mexico DF, permet aux élites masculines d’éluder plus ou moins sciemment la richesse de l’expérience urbaine des migrantes. Considérer les témoignages de leurs parents restés dans la communauté me permet de révéler comment elles contribuent activement à la reproduction de leur société autochtone. Les stratégies de défense des intérêts collectifs sur lesquelles débouchent leurs mobilités singulières m’invitent ainsi à discuter les enjeux politiques sous-tendus par le comportement « respectueux » (ich’el ta muk’) attendu des jeunes filles par les autorités tseltales.
En se fondant sur les résultats d’une observation participante de plus d’un an et demi entre la capitale et les communautés, cette thèse s’attache ainsi à saisir les ambiguïtés d’une construction réciproque des altérités au sein d’un paradigme genré.

Mots clefs : Déviance – Récit de vie – Anthropologie urbaine – Anthropologie politique – Migration – Tseltal – Mexique

Abstract : Like many indigenous peoples since the conquest, in Mexico, a large majority of Maya believe they are linked to a traditional rural territory. In San Juan Cancuc, the departure to modern cities of ach’ix “unmarried girls” is therefore not trivial. In order to identify how the urban way of life, the capital’s one in particular, is conceived in opposition to that which constitutes the identity of this municipality, I have set up a method of collecting and restoring the stories of these ach’ix in the Tzeltal language. Indeed, if they fail to fulfill the sedentary attitude of their community status, the nubile girls who go to Mexico DF, literally, “no longer exist” (mayuk, mayik) in San Juan Cancuc. The lexical field of “loss” (ch’ayel, ch’ay) and prostitution, which runs from their municipality of origin to Mexico DF, allows male elites to more or less consciously evade the richness of the urban experience of migrant women. Considering the testimonies of their parents who remained in the community allows to reveal how they actively contribute to the reproduction of their native society. The strategies for defending the collective interests to which their singular mobilities lead thus invite me to discuss the political issues underlying the “respectful” behaviour (ich’el ta muk’) expected of young girls by the Tzeltal authorities. Based on the results of a participant observation of more than a year and a half between the capital and the communities, my thesis seeks to grasp the ambiguities of a reciprocal construction of otherness within a gendered paradigm.

Keywords: Deviance – Life story – Urban anthropology – Political anthropology – Migration – Tzeltal – Mexico

La soutenance sera suivie d’un pot convivial.

Afin de s’organiser au mieux pour vous recevoir, Juliette vous remercie, si possible, de bien vouloir l’informer de votre présence avant le vendredi 24 mai, en lui écrivant à l’adresse suivante : jdanfakha@parisnanterre.fr

Cordialement,

Valentina, Philippe, Caroline et Johann



Citer ce billet
germ (2024, 20 mai). Soutenance de thèse 29/05/2024 : Juliette Danfakha. GERM. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ouq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search