Marilou Renard : “Penser le « Difforme » en Mésoamérique” –  25/01/2024

Chères et chers collègues,

Tout d’abord nous souhaitions vous présenter nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2024. Nous aurons le plaisir d’entamer celle-ci par une première séance qui aura lieu le jeudi 25 janvier de 9h30 à 11h30 au centre Malher salle RDJ2.

 

A cette occasion, nous aurons l’occasion d’écouter la présentation de Marilou Renard, de Sorbonne Université et du Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique sur ses recherches doctorales :

Penser le « Difforme » en Mésoamérique : le statut des personnes atteintes de malformation en Mésoamérique

Les corps malformés sont omniprésents dans l’iconographie mésoaméricaine. Nains, bossus, albinos, boiteux et êtres bicéphales abondent dans les représentations du pouvoir, de l’Horizon formatif olmèque à la suprématie Mexica, témoignant d’un rôle sociétal majeur. Étudiés à la lumière des chroniques des débuts de la période coloniale, le rôle qui leur est prêté souffre souvent d’un biais ethnocentriste. Ces personnages ont ainsi été compris comme des « bouffons du roi », des conseillers choisis pour leur aspect et chargés de divertir le Tla’toani et sa cour.

Pour autant il paraît légitime de se demander si cette vision est tout à fait juste et applicable à l’ensemble des sociétés autochtones. Faut-il réduire le rôle sociétal de ces individus au divertissement ? Évoluaient-ils en marge de la société, ou semblaient-ils au contraire pleinement inclus ? Enfin, pourquoi leur figure est-elle omniprésente dans les sphères du pouvoir ?

Il apparaît indispensable de questionner le canon de représentation du corps humain dans sa différence. La codification stricte des représentations de malformations laisse supposer une certaine unité idéologique dans la pensée mésoaméricaine, révélatrice d’une condition sociale symbolique. En réalité, ce n’est pas l’individu malformé qui est représenté pour lui-même mais une idée : celle de la différence, de la difformité. Le corps extrême devient un motif, qui s’intègre à une norme sociétale du pouvoir. Instrumentalisé, il constitue même un outil politique qui rattache la classe dirigeante à un univers mythologique.

 

Bien cordialement,

Valentina, Philippe, Caroline et Johann



Citer ce billet
germ (2024, 17 janvier). Marilou Renard : “Penser le « Difforme » en Mésoamérique” –  25/01/2024. GERM. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmb2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search