Colloque international “VARIANTES ET VARIATIONS EN PAYS MAYA”

Colloque international “Variantes et variations en pays maya”

les 10, 11 et 12 décembre 2007 – Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre / Maison du Mexique, Cité Universitaire, Paris

org. M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Jacques Galinier, et Aurore Monod Becquelin).

Les partenaires invitants étaient, par l’intermédiaire du GERM, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes (MAEE), le Musée du Quai Branly, la Cité Universitaire Internationale, l’Université de París X, Nanterre, l’Université de París I, Panthéon-Sorbonne, la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie “René-Ginouvès” (UME 844), le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186), le laboratoire Archéologie des Amériques (UMR 8096), le Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA).

 

Thème du colloque :

Les recherches qui avaient été menées pendant le déroulement du projet “Géographies du sacré, dynamique des espaces et des identités mayas” (ACI TTT 2002-2006) et poursuivies au sein des Ateliers ont amené les participants à focaliser leur attention et leurs hypothèses de travail sur les notions de variantes et de variations, et à les transformer en outils opératoires pour l’analyse et la description dans les études mayanistes. Il apparaissait que les définitions des espaces, des objets, des entités ou des qualités (dont le “sacré”) se prêtent mal à entrer dans une typologie rigide et admettent plutôt des oscillations pragmatiques de sens, dues à des situations qui ont tantôt un statut de “passe-frontières”, donnant accès à une nouvelle affiliation catégorielle – embrayeurs qu’il convient de reconnaître et de définir strictement –, tantôt un statut qui conserve à l’idée de variante son sens structuraliste, c’est-à-dire non pertinent pour la définition identitaire. Ce sont ces dernières qui furent appelées “variations” et qui constituent le “style maya” spécifique tel qu’il peut être perçu aussi bien en épigraphie, iconologie, archéologie, ethnologie ou linguistique dans les manifestations culturelles que dans l’oralité ou l’écriture (évitement de “l’identique”). Le colloque réunit sur trois jours plus une trentaine des spécialistes internationaux de différentes disciplines sur l’aire maya, avec une  ouverture comparative sur l’ensemble de la Mésoamérique ainsi que sur des aires plus éloignées (Océanie notamment).

 

Publications : Monod Becquelin, Breton et Ruz (eds.) 2010.
(cliquer ici pour voir la publication)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.