Archives par mot-clé : Ethnologie

Séance du GERM: (26/02/16) « De la perméabilité entre le cadre spatio-temporel mythique et le cadre spatio-temporel quotidien par le rituel »

Le vendredi 26 février 2016, à partir de 14h

Julia Vogel
doctorante EREA/LESC

« De la perméabilité entre le cadre spatio-temporel mythique et le cadre spatio-temporel quotidien par le rituel :
un exemple navajo »

Cette présentation aborde une problématique essentielle en anthropologie : les relations entre l’univers spatio-temporel mythique et l’univers spatio-temporel quotidien, en particulier dans les pratiques rituelles. Cette thématique sera traitée à la lumière des conceptions et pratiques des Navajos (Sud-Ouest des Etats-Unis). À cet effet, nous verrons comment est mobilisée au quotidien la référence mythique, dans le rapport à l’espace, à la maladie et à la guérison. Nous approfondirons ensuite l’analyse de certaines séquences rituelles de la Voie du Coyote, et expliciterons comment le praticien articule le cadre de référence mythique et le cadre de référence quotidien pour aboutir à leur fusion.

 

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie,
Université Paris Nanterre
Salle 304

Séance du GERM (10/11/2015) : « Simbolos de poder y ritual en la fundación de los ñuu (pueblo) en la mixteca alta de oaxaca, siglos xvi al xxi »

Le 10 novembre 2015, à partir de 10h00

Ethelia Ruiz Medrano (Chercheur titulaire du DEH-INAH, Mexico) fera une présentation intitulée : « Simbolos de poder y ritual en la fundación de los ñuu (pueblo) en la mixteca alta de oaxaca, siglos xvi al xxi«  

Sin duda la complejidad de los símbolos de poder entre los pueblos prehispánicos, en combinación con su sensible mundo ritual, semeja una red intricada muy difícil de apreciar. Por fortuna desde hace más de un siglo, distintos especialistas en estos temas recurren no sólo al análisis de numerosos tipos de fuentes históricas así como a la arqueología, sino también a la etnografía y a la lingüística. En esta presentación mi objetivo es el de analizar los símbolos y acciones rituales que se encuentran presentes actualmente durante la fundación de un núcleo rural en la Mixteca Alta. Especialmente me interesa enumerar los elementos que rodean este tipo de fundación y compararlos con aquellos que simbolizaron un territorio, un ñuu o un siqui (barrio), desde la colonia hasta el siglo XXI. Naturalmente no considero que la fundación de un señorío del posclásico es similar a la erección legal de un núcleo rural, o señalar que existe una tradición milenaria inmutable y congelada en el tiempo. Tampoco considero que la fundación de un pueblo siguió siempre un patrón similar entre los grupos indígenas. Al contrario, mi interés es el de observar, en un tiempo largo, cómo los pueblos mixtecos cambian y adaptan antiguos símbolos de poder, vinculados a la fundación de sus pueblos y a la delimitación de sus territorios, con la finalidad de construir y reconstruir los lazos tradicionales de sus ñuu pasados, presentes y futuros.

 

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

GDRI RITMO (22-24/10/2015): Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions

Du 22 au 24 octobre 2015,

aura lieu la rencontre internationale de Royaumont intitulée :


« Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions«  

Journée du GERM (6/02/2015): « Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas »

Le vendredi 6 février 2015, de 10h à 15h

« Vestiges, reliques et temporalités en terres mayas«  

10h-11h

Vestiges de majesté : reliques des hommes et des dieux dans la tradition religieuse maya

María del Rocío Maza García de Alba (doctorante EPHE)

Chez les Mayas, la préservation des reliques a une très longue histoire qui permet de soupçonner une certaine continuité idéologique depuis l’époque précolombienne. Cependant, en dépit de sa diffusion et de sa persistance, un aspect étroitement lié à ce sujet n’a été abordé que de façon tangentielle : les pratiques des doubles funérailles visant à l’obtention d’ossements. Une première approche des traitements des restes humains avant la Conquête espagnole montre que les corps des sacrifiés et des prisonniers étaient exhibés publiquement en tant que trophées et préservés, ingérés, ou détruits, avec l’intention de profiter de façon immédiate de leur énergie vitale au profit du capteur ou de la communauté ayant offert le sacrifice. En revanche, les reliques des ancêtres et celles des dieux, précieusement gardées, étaient conçues comme des moyens pour maintenir l’existence personnelle de ces êtres et pour communiquer avec eux. Elles jouent dès lors un rôle politique central depuis le niveau familial jusqu’à l’organisation de l’État. La préservation des restes corporels pourrait être liée aux conceptions mayas de la personne et à la permanence après la mort, sur certains vestiges humains, du composant nommé q’aq’ en k’iche et en cakchiquel et impliquant « feu, chaleur, force, pouvoir ou majesté ». La signification de ce terme, présent dans plusieurs langues mayas, le rend aussi très proche des forces animiques nommées autrement dans d’autres langues mayas, mais partageant la caractéristique de s’accroitre avec l’âge et l’exercice de charges publiques.

11h-11h15

pause

11h15-12h15

Les vestiges sont-ils des lieux de mémoire ? Réflexions sur leur manque de valorisation dans les populations chol et tseltal

Cédric Becquey (docteur en linguistique) et Marie Chosson (INALCO)

Les vestiges d’activités humaines passées, pyramides préhispaniques ou églises coloniales, jalonnent le paysage de la plupart des communautés mayas. Malgré l’importance, pour ces groupes, de la référence à l’ancestralité, il est courant de remarquer, dans les populations chol et tseltal, un manque d’investissement particulier, symbolique ou affectif, de ces lieux. À partir d’exemples contrastifs, rencontrés dans des communautés villageoises historiquement ancrées dans leur territoire mais aussi dans des groupes ayant récemment migré, seront examinées certaines conceptions relatives aux constructions mémorielles et aux rapports des hommes avec leurs ancêtres. Un examen de la tradition orale et des pratiques relatives aux interactions avec ces ancêtres nous offrent plusieurs pistes pour comprendre cette absence de valorisation distinctive des vestiges. Elle pourrait s’expliquer en partie, par le fait que les générations d’hommes traversant le cours du temps, ne semblent pas avoir marqué, pour eux, le paysage historique et aucune action humaine n’est utilisée comme repère identitaire de la constitution du groupe. De plus, si tout individu aux actes remarquables est systématiquement transformé en héros aux qualités divines, le groupe générique des ancêtres acquiert lui aussi des qualités particulières. Parmi celles-ci, nous reviendrons particulièrement sur la nature dynamique des entités du passé, ancêtres ou divinités, qui leur permet de continuer à vivre dans le présent en se déplaçant et investissant d’autres éléments du paysage, délaissant souvent les vestiges. Par cette intervention nous souhaitons avant tout nous interroger sur la pertinence de l’usage du concept même de « lieux de mémoires » dans ces deux populations.

12h15-13h

Des rituels de mémoire et des vestiges communautaires chez les Tzeltal de San Juan Cancuc (Etat du Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (chercheur associé EREA/LESC)

Nous allons essayer d’aborder les mécanismes de mémorialisation attachés aux vestiges communautaires par le biais de l’intangibilité. C’est à dire, en examinant les significations patrimoniales du paysage qui existent dans les opérations rituelles, en particulier dans les paroles des prières des spécialistes rituels.

Déjeuner (picnic participatif)

13h45-14h15

Présentation du GDRI – discussion du programme d’activités

14h15-15h15

Les ruines mayas, de l’intérieur : des temporalités ineffables

Valentina Vapnarsky (EREA/LESC)

On peut distinguer dans les conceptions actuelles des Mayas yucatèques de la région orientale deux grands pans de l’histoire passée, l’un correspond à leur installation dans la région il y a quelques générations, à la guerre des Castes et ses prolongements, l’autre concerne les humanités antérieures. Alors que le premier est largement narré et commenté, le second n’est qu’évoqué et ressort sensiblement du domaine de l’ineffable. Pourtant, cette histoire, très ancienne, telle qu’elle est qualifiée, s’instille dans les pratiques du quotidien, en particulier dans celles de l’utilisation de l’espace sylvestre et agricole. Elle est attachée à des lieux, les múul, monticules-vestiges présents dans la forêt, et objets de grandes précautions. Ces lieux vivants, génératifs, exigeants sont la demeure des esprits gardiens, et indexent des temporalités plurielles. Les múul sont par ailleurs, selon les situations, assimilés ou distingués des rwiinas, dont les édifices, au grand jour, sont visités par les touristes. Cette présentation s’attachera à élucider les relations entre múul, esprits gardiens et ancêtres, humanité passées et actuelle, et les questions que ces relations soulèvent sur les modes mayas de penser la cyclicité, la permanence et la transformation.

15h15-15h45

Discussion générale

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Colloque international (8-10/10/2014) : « Mesures et textures du temps chez les mayas : le dit, l’écrit et le vécu »

« Mesures et textures du temps chez les Mayas : le dit, l’écrit et le vécu« 

mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 octobre 2014

PROGRAMME COLLOQUE

Colloque international organisé par le Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) en collaboration avec la Direction du Développement Culturel, le Département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly, et la UNAM au Mexique.

Proposé à l’occasion de l’exposition « MAYAS: Trois mille ans de civilisation » (30/09/14 – 08/02/15), ce colloque sur les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas met à l’honneur les sociétés mayas actuelles et leur inscription tant dans le flux du vécu et les formes d’agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Ce colloque pluridisciplinaire réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L’ambition de ces journées est d’ouvrir des voies nouvelles dans l’exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Comité scientifique
Alain Breton (CNRS), Dominique Michelet (CNRS), Aurore Monod Becquelin (CNRS), Fabienne de Pierrebourg (musée du quai Branly), Mario H. Ruz (UNAM), Valentina Vapnarsky (CNRS)

INFORMATIONS PRATIQUES

le 8 octobre : 11h – 17h30
les 9 et 10 octobre : 9h30 – 18h30
lieu à confirmer
accès libre dans la limite des places disponibles

Publication GERM : « Millenary Maya Societies: Past Crises and Resilience »

Arnauld, M.-Charlotte and Alain Breton (éds). 2013

Millenary Maya Societies: Past Crises and Resilience
Sociedades mayas milenarias: crisis del pasado y resiliencia

Papers from the International Colloquium (Memorias del coloquio international) “Sociétés mayas millénaires: crises du passé et résilience” Musée du quai Branly Paris, July 1-2, 2011. 329 pp.
Mesoweb | http://www.mesoweb.com/publications/MMS/

Télécharger le volume complet
(80 MB)

Page de titre, Sommaire et Introduction

Chapter 1
Time, Memory, and Resilience among the Maya
Prudence M. Rice

Chapter 2
The Collapse of the Classic Maya Kingdoms of the Southwestern Petén: Implications for the End of Classic Maya Civilization
Arthur A. Demarest

Chapter 3
Crisis y cambios en el Clásico Tardío: los retos económicos de una ciudad entre las Tierras Altas y las Tierras Bajas mayas
Mélanie Forné, Chloé Andrieu, Arthur A. Demarest, Paola Torres, Claudia Quintanilla, Ronald L. Bishop et Olaf Jaime-Riverón

Chapter 4
The Terminal Classic Period at Ceibal and in the Maya Lowlands
Takeshi Inomata et Daniela Triadan

Chapter 5
El abandono de Aguateca, Petén, Guatemala
Erick M. Ponciano, Takeshi Inomata et Daniela Triadan

Chapter 6
Crisis y supervivencia en Machaquilá, Petén, Guatemala
Andrés Ciudad Ruiz, Alfonso Lacadena García-Gallo, Jesús Adánez Pavón et M. Josefa Iglesias Ponce de León

Chapter 7
La crisis de La Blanca en el Clásico Terminal
Cristina Vidal Lorenzo et Gaspar Muñoz Cosme

Chapter 8
Crecimiento, colapso y retorno ritual en la ciudad antigua de Uaxactún (150 a.C.-300 d.C.)
Milan Kováč

Chapter 9
Crisis múltiples en Naachtun: aprovechadas, superadas e irreversibles
Philippe Nondédéo, Alejandro Patiño, Julien Sion, Dominique Michelet et Carlos Morales-Aguilar

Chapter 10
The Rise and Fall of a Secondary Polity: La Joyanca (Guatemala)
M.-Charlotte Arnauld, Eva Lemonnier, Mélanie Forné, Didier Galop et Jean-Paul Métailié

Chapter 11
Comprendiendo los inicios de la complejidad social en la Costa del Pacífico y el Altiplano de Guatemala
Bárbara Arroyo

Chapter 12
Tak’alik Ab’aj, la ciudad « puente » entra la cultura olmeca y maya: 1,700 años de historia y su permanencia hasta la actualidad
Christa Schieber de Lavarreda et Miguel Orrego Corzo

Chapter 13
En busca del tiempo perdido: arqueología de la memoria en Cotzumalguapa
Oswaldo F. Chinchilla Mazariegos

Chapter 14
El complejo piramidal La Danta: ejemplo del auge en El Mirador
Edgar Suyuc Ley et Richard D. Hansen

Chapter 15
Mountains of Memories: Structure M12-32 at El Perú
David A. Freidel, Héctor L. Escobedo et Juan Carlos Meléndez

Chapter 16
Lo húmedo y lo seco: el manejo del agua y la construcción del paisaje in Tikal
Liwy Grazioso Sierra et Vernon L. Scarborough

Chapter 17
El proceso de desarrollo político del estado maya de Yaxhá: un caso de competencia de élites y readecuación dentro de un marco de circunscripción territorial
Vilma Fialko

Chapter 18
Q’umarkaj: diálogo entre la arqueología y la etnohistoria en la tormenta del Postclásico y hasta nuestros días
Raquel Macario et Marie A. Fulbert

Chapter 19
Los pueblos de origen maya en Guatemala: una larga y constante lucha de resistencia para su reconocimiento y sobrevivencia
Gustavo Palma Murga

Chapter 20
Mam/ajaw: tiempo largo, coyunturas y resiliencia en las sociedades mayas actuales
Alain Breton

Chapter 21
Final Comments
Stephen Hugh-Jones, Claude-François Baudez, Norman Hammond et Éric Taladoire

« Frontières temporelles »

Le mardi 28 mai 2013 de 10h à 13h

Atelier « Frontières temporelles »

Jacques Galinier « Inscriptions spatiales des temporalités liminales dans les rituels des Otomi orientaux »

Perla Petrich, « Les espaces écologiques protégés de la côte nord de Yucatan : une façon de fixer le passé »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno »

Le 21 mai 2013 de 15h à 17h

Intervention de Rocio Noemi Martínez qui portera sur : « La fiesta del Jtotik, Sol- Cristo -Nazareno: Complejidad ritual e historias superpuestas en la memoria  maya- tsotsil de San Pedro Chenalho y San Pedro Polho, Chiapas-México »

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 308

Frontières temporelles

Le mardi 23 avril 2013 de 10h à 16h

Atelier « Frontières temporelles »

Dominique Michelet, Alain Breton et Valentina Vapnarsky « Sur les fins et commencements : perspectives arquéologique, ethnohistorique et linguistique mésoaméricaines »

Agnès Bergeret «  »Nous dansions dans le sang« . Les versions de l’histoire de la guerre civile guatémaltèque »

Les historiens, les récits des Ladinos et les récits des Q’eqchi’ offrent des versions complémentaires, parfois contradictoires, sur un conflit qui appartient autant à la Guerre froide qu’à l’histoire des Luttes paysannes. Mettre en exergue leurs contrastes permet de mieux comprendre les arguments légitimateurs de chaque acteur, les leviers du conflit, et les transformations sociales clés. Au sein de chaque version, nous montrons la façon dont se nourrissent mutuellement les paroles sur l’histoire et les récits mythiques.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

« Du premier amour au mouvement des astres. Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Le vendredi 19 avril 2013 de 15h et 17h

« Du premier amour au mouvement des astres ». Un mythe q’eqchi’ entre héritages mayas et aménagements chrétiens »

Agnès Bergeret, Anthropologue, IHEAL-CREDA

Le mythe du premier amour entre le Soleil et la Lune est l’un des plus connus parmi les Mayas-Q’eqchi’. Nous proposons d’analyser les séquences de ce long récit, pour les mettre en regard avec les séquences d’autres récits mayas et bibliques. Ce mythe est au premier abord très éloigné des motifs et réaménagement chrétiens. Nous tenterons cependant de donner quelques pistes pour comprendre les liens qui ont pu se tisser entre les deux traditions au sein de ce récit, de l’apparition explicite d’un Saint-guérisseur aux relations plus discrètes, exprimées dans les dévotions et les rituels, entre les motifs mythiques q’eqchi’ avec les figures bibliques. De plus, aujourd’hui, certains prêtres catholiques savent faire de ce mythe un usage habile dans leurs sermons.

Lieu :

Institut des Amériques, salon des Amériques
(175 rue du Chevaleret, 75013 Paris, Métro: Chevaleret, ligne 6)
8ème étage

Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique

Le mardi 26 mars 2013 à 14h30

« Récits bibliques et narrations indigènes en Mésoamérique »

Lors de cette réunion, Anath Ariel de Vidas (Mondes Américains),  lancera la discussion avec un exposé autour du Tonnerre, de Quetzacóatl et du prophète Élie chez les Teenek veracruzains.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris Ouest Nanterre
salle 304

Publication GERM : « Espacios mayas : usos, representaciones, creencias »

Monod Becquelin Aurore, Alain Breton, Mario Humberto Ruz (eds.) 2003
Espacios mayas : Usos, Representaciones, Creencias, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Estudio Mayas, IIFL. 685 p.

SOMMAIRE :

Lagos, bajos y paleo-paisajes en el Péten noroccidental. El inicio de una investigación geográfica y arqueológica (La Joyanca) – Métailé, Jean-Paul, Carozza, Jean-Michel, Galop, Didier, Arnauld, Marie-Charlotte

Birth and death of waters. Environmental change, adaptation, and symbolism in the Southern Maya Lowlands – Dunning, Nicholas P.

Ballcourts and reservoirs. The social construction of a tropical karstic landscape – Scarborough, Vernon L.

Viewsheds and watersheds. Topography and cosmology in the planning of the classic Maya cityscape of La Milpa, Belize – Hammond, Norman G., Tourtellot III, Gair

Cronología y función de las cavernas en el área maya. ¿Espacio ritual o profano ? – Varela Torrecilla, Carmen, Bonor Villarejo, Juan Luis

La importancia de las cuevas artificiales para el entendimiento de los espacios sagrados en Mesoamérica – Brady, James E.

« Reducción » and the remaking of the social landscape in colonial Yucatán – Hanks, William F.

« Por las veredas de los antiguos ». Las nuevas comunidades mayas de la Selva Lacandona y el control del espacio – Lobato, Rodolfo

El paisaje maya y su historia. Comentario – Descola, Philippe

Human imagery in the architectural sculpture of the Northern Maya Lowlands – Miller, Virginia E.

La vivienda maya, entorno natural y mundo natural. Un enfoque etnoarqueológico – Pierrebourg, Fabienne de

El mundo jakalteko visto a través de los clasificadores nominales – Grinevald (Craig), Colette

Luces del pasado, lugares del presente. La repartición de los espacios entre los teenek de Veracruz – Ariel de Vidas, Anath

Espacio ordenado, espacio dilatado. Metamorfosis del día a la noche – Roullet, Juliette

¿Cuál espacio para los kabinal de Bachajón ? – Monod Becquelin, Aurore, Breton, Alain

Recorridos instauradores. Configuración y apropriación del espacio y del tiempo entre los mayas yucatecos – Vapnarsky, Valentina

Dangerous places in Zinacantec prayer – Haviland, John B.

A garden experiment in the Maya Lowlands – Atran, Scott

Las categorías del paisaje maya vistas desde los Andes. Comentarios – Itier, César

Las aguas terrestres entre los antiguos mayas. Representaciones y rituales – Baudez, Claude-François

The golden bough ; León Pasquel, Lourdes de : Ta xtal xa xch’ulel : « Ya viene el « alma » ». El miedo en la socialización infantil zinacanteca – Laughlin, Robert M.

Vivir es hacer. Volverse « viantepasado » o el dominio del espacio transicional – Boccara, Michel

Topología nocturna en los pueblos mayas de Atitlán – Petrich, Perla

Dos puntos de vista, una sola persona. El espacio en una montaña de almas – Pitarch Ramón, Pedro

Pasajes de muerte, paisajes de eternidad – Ruz, Mario Humberto

Los habitantes del paisaje. Comentarios – Broda, Johanna

Modelos arquitectónicos y orden espacial. Observaciones sobres los espacios mayas y la antropología del espacio. Comentario final – Toffin, Gérard

PUBLICATION GERM : « La « Guerre Rouge » ou une politique maya du sacré. Un carnaval tzeltal au Chiapas, Mexique »

Aurore Monod Becquelin & Alain Breton. 2002
La « Guerre Rouge » ou une politique maya du sacré. Un carnaval tzeltal au Chiapas, Mexique. Paris, CNRS Éd., 2002, 367 p., bibl., gloss., ill., fig., cartes

Dans un village indien des montagnes du Chiapas, au sud-est du Mexique, se déroule, sous couvert d’un  » Carnaval « , un flamboyant bras de fer entre les hommes et les dieux : de la guerre à la familiarisation, de la séduction à l’agressivité, ce rituel déploie toute la gamme des émotions sociales dans un immense échange de biens et de promesses. Acteurs, forces, espaces et temps s’animent pour re-générer la Tradition, pour arracher de haute lutte aux forces ambivalentes l’assurance d’un avenir et pour  » maintenir  » la vie des corps et du monde ; pour que dans l’image troublée des destins humains se dessine la volonté des Mayas de vivre, jusqu’à l’épuisement, contre les projets obscurs des entités surnaturelles en dépit de la pauvreté, de la souffrance et des sacrifices. La  » guerre rouge « , figure emblématique de cette lutte, condense jusqu’à l’incandescence les débris de l’Histoire – préhispanique, coloniale et moderne -, la mémoire et l’oubli, les gestes et les paroles, avec, pour héros, des hommes enceints et des femmes qui frayent avec des singes. L’expédition en forêt, l’attaque simulée du village, le banquet des animaux et des instruments de musique, la danse des princesses et des sauvages sont autant d’épisodes singuliers ici longuement décrits pour la première fois. Les conclusions s’attachent à placer ce rituel dans le temps long, faisant éclater la supposée unité interprétative d’une communauté sur son propre rituel, et dévoilent dans l’intrication des croyances une véritable politique du sacré.