GDRE Crises du passé dans les Amériques

(ArchAm, CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Site internet

Le projet de création de groupe de recherche européen (GDRE) a été accepté en décembre 2010 par la direction de l’INSH du CNRS. Ce GDRE est dirigé par M.C. Arnauld et implique des enseignants-chercheurs et doctorants spécialistes de l’Amérique ancienne des universités Libre de Bruxelles, Autonome de Barcelone, Leyde, University College London, Bonn et Valencia. Il porte sur le thème Crises du passé dans les Amériques .

La question des crises, (« collapses »), a traversé l’archéologie et l’ethnohistoire des Amériques depuis que les chercheurs ont cherché à établir des périodifications générales pour les régions à « grandes civilisations », la Mésoamérique et les Andes, le Mississippi et les Pueblos (États-Unis), plusieurs périodes s’achevant ou débutant par des changements socio-culturels abrupts et radicaux. Si, depuis les années 1980, le facteur climatique fait florès, bien des recherches ont mis cependant en question sa valeur explicative, des facteurs politiques, comme les guerres, ou sociaux, comme l’abandon de l’urbanisme, étant considérés par beaucoup comme suffisants à provoquer les “collapses” apparents. Même si les ethnohistoriens et les archéologues ne repèrent pas encore bien tous les effets des crises, la documentation des changements abrupts ou rapides sur le continent est désormais suffisamment abondante pour donner lieu à des avancées de la recherche américaniste dans le cadre d’une archéologie du changement global.

Quatre questions ont été retenues qui feront l’objet d’enquêtes prioritaires :
1/ Le changement environnemental abrupt, « présent dans » plusieurs des grandes crises sociétales amérindiennes, est corrélé, dans chaque cas, à un processus socio-culturel. Là où le premier est bien daté, il convient d’établir une séquence aussi fine que possible des changements socio-culturels associés, leur territoire et leurs caractères dans les détails.
2/ Le rôle des acteurs et, notamment mais non exclusivement, des élites. Il serait absurde et contradictoire de documenter, d’un côté, l’intime science de l’environnement des sociétés amérindiennes (cf. Lévi-Strauss La pensée sauvage) et d’affirmer, de l’autre, que leurs sociétés sont restées aveugles et passives devant une péjoration climatique.
3/ La variabilité des « adaptations stratégiques ». Est-ce qu’affronter une crise a eu pour effet, selon les lieux et les époques, une accumulation de « coûts », en soi problématique et peut-être rédhibitoire ? Ou bien la solution n’a-t-elle pas été plutôt de privilégier des abandons, des rétentions et/ou des innovations ?
4/ Le critère démographique. C’est là une dimension à mesurer impérativement si l’on veut distinguer les vraies « crises » des simples « ruptures » et ranger aussi les crises amérindiennes par rapport à l’immense catastrophe démographique provoquée par le Contact entre l’Ancien Monde et le Nouveau.

Un attendu de la recherche au niveau européen est de construire un récit scientifique sur les crises américaines nouveau et riche.

Le programme est lié au MASTER Européen en Art et Archéologie Précolombiens (Paris 1, U. Libre de Bruxelles, Leiden, Bonn, Valencia, Barcelona, University College London) en cours de création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique