Historique

L’origine du GERM date de la mise en place de réflexions collectives sur l’habitat de la région de Tonina où avaient lieu des fouilles archéologiques sous la direction de Pierre Becquelin et Claude Baudez, assistés de jeunes collègues et étudiants. De par sa formation d’historien, P. Becquelin a montré la nécessité d’associer à des fouilles archéologiques une ethnologie de l’habitat et des cultures des communautés avoisinantes, une ethnohistoire de cette région du Chiapas ainsi que les études linguistiques nécessaires à tout projet anthropologique au sens large. Aurore Monod Becquelin a suscité — à partir de l’ethnolinguistique et vers ces disciplines ainsi que de nouvelles invitées ultérieurement — l’exercice concret de l’interdisplinarité, au fil des projets et des thématiques de recherche qui suivront.

C’est par l’enseignement que s’est d’abord constitué le groupe. Dès 1969, les deux chercheurs ont été sollicités pour faire des cours d’archéologie à Nanterre au département d’ethnologie, associé au Laboratoire d’ethnologie et de Sociologie Comparative fondé par Eric de Dampierre : Introduction à l’étude des civilisations mésoaméricaines : problèmes et méthodes ; Questions d’archéologie mésoaméricaine, etc. Cet enseignement est le début d’un engagement sans faille dans l’une des activités principales du GERM : l’enseignement de la linguistique et de l’ethnolinguistique à Nanterre puis à l’Inalco avec des interventions à l’EPHE, à Paris VII, etc. Il permit, par l’élargissement du groupe et la diffusion des projets, de maintenir deux impératifs du GERM: pluridisciplinarité et comparatisme.

En 1972, sollicité par l’équipe de Tonina, Éric de Dampierre envoya au Mexique Alain Breton pour étudier l’habitat contemporain chez les Mayas tzeltal de la région de Tonina, travaux qui firent l’objet de sa thèse. Les quatre disciplines de la maison GERM existaient dès lors, archéologie, ethnologie, ethnolinguistique et iconologie. Tout au long des années suivantes et jusqu’à maintenant, les enseignements, les ateliers de recherche, les séminaires, les colloques et conférences furent soutenus par des générations d’étudiants ainsi que par l’intérêt que suscitaient les mayanistes du GERM chez des chercheurs d’autres aires géoculturelles et d’autres disciplines. Le département de Nanterre était totalement acquis à ce double souffle de la confrontation et de la comparaison. La collaboration de chercheurs, convaincus par la nécessité de l’association des compétences, était importante et prisée: séminaires et cours associaient étroitement langue et civilisation dans un modèle nanterrois : sanskrit (Malamoud), mongol (Hamayon), nahuatl (Dehouve), chinois (Pimpaneau) et bien d’autres encore. On mettait en perspective les Mayas avec l’Amazonie (Menget), l’Afrique (Dampierre) les Andes (Molinié). Ceci amenant cela, la confrontation des disciplines sur des thèmes communs incitait à la comparaison. L’étude des communautés amérindiennes qui se pratiquait alors en ethnologie s’ouvrait à d’autres points de vue plus historiques et sociologiques, tandis que l’archéologie s’intéressait à la structure de l’habitat et aux organisations sociales qui pouvaient en être inférées et s’inspirait davantage de l’anthropologie.

En 1988, le GERM fut considéré comme centre d’études spécialisé, porté par deux laboratoires – le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et le laboratoire d’archéologie des Amériques, grâce à l’installation à la Maison de l’archéologie et de l’Ethnologie René Ginouvès (MAE). Il fut associé à plusieurs autres laboratoires par l’accroissement des membres du GERM. Tout en se tenant en marge des contraintes administratives et des obligations de la hiérarchie, le GERM fit sa place au soleil et y invita de très nombreux collègues du Brésil, des Etats Unis, d’Australie, d’Europe (Espagne, Allemagne, Angleterre) grâce à l’appui du LESC et du CNRS. Dans des séries de séminaires, on discuta, de la guerre, de la royauté, de la religion, des systèmes de charges, du parallélisme en ethnolinguistique, de mythes et de contes des traditions orales… Un séminaire commun archéologie et ethnologie se mit en place sur “Les figures de la royauté”. On pouvait y discuter avec une sinisante de “ politique et religion de la civilisation classique maya”, avec un indianiste de “l’archéologie maya et le religieux” avec des amazonistes de rituels ou de mythologie. De nombreux exemples de collaborations pluridisciplinaires et de comparaisons transnationales et transethniques aboutirent peu à peu à forger l’identité du GERM. Parfois les publications furent à plusieurs voix mais écrites en commun (ethnologie, ethnolinguistique et musicologie : Alain Breton, Aurore Monod Becquelin et Birgitta Le Duc de Espinoza sur le carnaval de Bachajón). Parfois un seul auteur rassemblait plusieurs points de vue pour étudier son objet. Dans un ouvrage faisant suite au projet Géographies du sacré, un article de C. Baudez sur le parallélisme dans les images mayas de la période classique est présenté dans la section ethnolinguistique et non dans les sections archéologiques. Bien des articles publiés par les membres du GERM proviennent des réflexions collectives engagées dans les séminaires. Le numéro Frontières Epaisses de la revue Ateliers d’anthropologie du LESC illustre la confrontation entre un modèle mathématique, celui de la frontière épaisse (Desclés) et des analyses de terrain de plusieurs membres du groupe. Des avancées théoriques sur l’analyse du parallélisme de l’époque précolombienne jusqu’à nos jours, sur les rapports de l’iconographie, de l’épigraphie et de la linguistique, sur la compréhension des variantes non seulement dans la tradition orale mais aussi dans les rituels, l’utilisation et la conception de l’espace, et de façon générale la manipulation des catégories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique