Archives de catégorie : SEMINAIRES_PASSES

GERM Anthropologie de la Nuit (09/06/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM vous rappelle l’invitation au quatrième atelier nocturnité qui aura lieu  :

Le 9 juin 2017,
de 14h30 à 16h30
MAE, salle 308

avec une intervention de

Jacques Galinier : Cosmologies infantiles. Une approche par l’iconographie de la nuit chez des écoliers otomi (Sierra Madre orientale, Mexique). 
 


Où est le diable ? Où est le couteau ? Où est le foetus ? 

Séance GERM/EREA CANNIBALISMES ET SACRIFICES HUMAINS (05/05/17)

Le GERM et l’EREA ont le plaisir de vous inviter à la première séance de l’atelier :

Cannibalismes et sacrifices humains. Triangulations méso-andino-amazoniennes

vendredi 5 mai de 14h30 à 16h30 en salle 308.

L’introduction à ce travail collectif sera faite par Vincent HIRTZEL à partir d’un article à paraître et d’une synthèse, qui seront discutés par deux intervenants, Antoinette MOLINIE et Philippe ERIKSON, avant la discussion générale.

Un verre clôturera ce premier pas d’un ensemble d’interventions à partir de l’automne.

Argument et mode de réflexion proposés pour ce nouveau thème

Cet atelier GERM/EREA a pour but de re-décrire, analyser et comparer les pratiques sacrificielles des Amérindiens liées au cannibalisme, au sacrifice humain et à l’autosacrifice. Si nous disposons, aujourd’hui de propositions théoriques de valeur concernant la Mésoamérique, les Andes et l’Amazonie, celles-ci restent à ce jour insuffisamment articulées les unes aux autres car elles privilégient soit une érudition ethnographique ou ethnohistorique régionale soit recourent à des principes analytiques très génériques. L’objectif général de cet atelier sera donc de remettre en chantier une théorie unifiée du cannibalisme, du sacrifice et de l’autosacrifice, pertinente à l’échelle des mondes amérindiens et apte à en décliner les divers aspects. On favorisera des matériaux empiriques nouveaux et des connexions encore peu travaillées — revenant par exemple sur les modes de préparation et d’ingestion, les modalités de la consommation, les éléments de la personne et leur circulation induite par la performance sacrificielle/cannibale mais aussi les enjeux pragmatiques et politiques de telles pratiques.

La première séance a pour objet de commenter et discuter un texte récent de Vincent Hirtzel, qui porte sur l’étude de récits mythologiques recueillis sur le piémont andin (Yurakaré et Matsigenka) et met en scène des victimes d’homicides réincarnés en vautours ; ceux-ci, sous cette nouvelle identité de charognard, viennent manger leur ex-corps. Partant de ce cas concret, l’objet de la discussion sera de comprendre l’articulation du cannibalisme dans les basses-terres sud-américaines avec le cannibalisme andin telle qu’il était (exceptionnellement) mis en œuvre par les Inca et tel qu’on le retrouve mentionné jusqu’au XXe siècle dans certaines régions (Nord-Potosí, Bolivie). Dans la mesure où l’argumentation aborde les conditions qui rendent le cannibalisme compatible avec des formations sociales hautement hiérarchisées, il s’agira de réfléchir à des pistes de réflexions susceptibles d’être transposées aux contextes méso-américains, par exemple aux pratiques d’autosacrifice maya.

D’autres séances, en cours de programmation auront lieu à l’automne 2017. Elles seront consacrées à cette même problématique à partir d’autres terrains et d’autres données, en suivant le fil rouge du sang du sacrifice et de la place de la consommation de chair humaine ou de son substitut dans les cultures amérindiennes déclinant ainsi les transformations plausibles du complexe cannibalo-sacrificiel entre Mésoamérique, Andes et Amazonie.

GERM/Anthropologie de la Nuit (27/04/17)

Le GERM et le « groupe Anthropologie de la nuit » ont le plaisir de vous convier au séminaire donné par notre collègue Rocío Noemi Martínez

le jeudi 27 avril 2017
11h00 à 13h00
(suivi d’un en-cas)

Ik’aletik : « les hommes noirs » et leurs identifications multimodales pendant la fête de k’in tajimol, « les jeux du soleil » (un carnaval maya tsotsil)

La complexité des personnages dont on traduit le nom littéralement par « les noirs » lors de la fête de k’in tajimol — la célébration la plus ancienne du calendrier maya-tsotsil actuel o’tol k’ak’al (« le compte des jours ») — se manifeste par les différents moyens de les personnifier, que ce soit par leurs vêtements et artefacts ou par les actions auxquelles ils participent durant les cinq jours de la fête.

Dans cette présentation, on tentera d’analyser les noms différents que les acteurs de la fête attribuent à ces personnages, évoqués dans un chant nocturne (riox) qui les fait surgir du monde des morts ; « sacrificateurs de notre-père le soleil et son épouse », jtotik max « nos pères singes « , ik’aletik ahau (« seigneur noir, seigneurs des vents »), tata ak’abal kaxlan (« père métis de la nuit « ), bankilal kaxlan (« frère aîné métis « ), pukuj (« démon ») xutax (« judas »), ik’al mut (« oiseau noir »)…

Ik’aletik :“los hombres negros”, sus identificaciones multimodales en la fiesta del k’in tajimol, “los juegos del Sol”, (un carnaval maya tsotsil)

La complejidad de estos personajes de los que se traduce literalmente su nombre como “los negros” en la fiesta del k’in tajimol (la fiesta más antigua del calendario maya-tsotsil actual, O’tol k’ak’al), se manifiesta a través de sus distintos modos de personificarlos ya sea por sus indumentarias y artefactos, pero también por las acciones en las que participan durante los cinco días de fiesta.

En esta presentación intentaremos analizar los distintos nombres que les dan a estos personajes los actores de la fiesta, también evocados en un canto nocturno (riox), que hace que se levanten del mundo de los muertos como: “sacrificadores del jtotik” (nuestro padre Cristo-Sol y su esposa), como jtotik max (nuestros padres monos), Ik’aletik ahau (Señores negros, señores del viento), Tata ak’abal kaxlan (padre mestizo de la noche), bankilal kaxlan (hermano mayor), Pukuj (el diablo), Xutax (Judas), ik’al mut (pájaro negro) …

Séance GERM/RITMO (17/03/2017): Les termes de la temporalité…

Le 17 mars 2017, à partir de 14h

Nous nous retrouverons pour reprendre nos réflexions collectives autour des termes de la temporalité et rituel (Léxico RITMO) et de discuter des rencontres 2017.

N’hésitez pas à faire circuler vos propositions et définitions à l’avance.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 304

Séance du GERM/RITMO (20/02/2017)

Le vendredi 20 février 2017, de 9h30 à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion du GERM et du GDRI RITMO pour trois communications et leur discussion,

« Rapports de l’Homme à l’espace domestique en Terres Mayas : diversités des pratiques et croyances contemporaines. »
Johann Begel (ArchAm), Marie Chosson (INALCO-CESSMA), Cédric Becquey (EREA-LESC)

image1
© C. Becquey

Les rituels d’inauguration de maison ont, dans la vaste littérature ethnographique mayaniste, fait l’objet de nombreuses descriptions, plus ou moins détaillées, souvent sources d’inspiration pour d’autres disciplines telles que l’archéologie. Un retour sur près d’une trentaine de références de cette littérature, nous permettra d’interroger l’existence, en des temps et lieux différents, de pratiques et croyances partagées relatives aux traitements particuliers des édifices. Il s’agira notamment de questionner le caractère souvent jugé fondateur du rituel en examinant les circonstances de sa répétition, mais aussi son inscription, dans les catégories émiques, dans un complexe plus large de rituels visant au maintien du bien-être de l’individu. Cette contribution reviendra également sur les caractéristiques particulières attribuées aux maisons, considérées, selon les régions, comme animées ou non, espace « clos » ou non, etc. Enfin, plus qu’une analyse achevée, cette présentation aura aussi pour ambition de susciter des échanges comparatifs, préalable indispensable pour enrichir et d’approfondir nos recherches sur le sujet.

« Santas ánimas; santas calaveras. Relique, image et symbole du jours des morts à San José, Petén »
María del Rocío Maza García del Alba (EPHE)

© V. Vapnarsky
© V. Vapnarsky

Tous les 1er novembre, les membres catholiques de la communauté itza de San José, Petén mènent en procession de voeux l’un des trois crânes qui sont conservés dans l’église paroissiale. Toute la nuit durant, le crâne est conduit de maison en maison, où il est attendu et reçu avec des prières et des offrandes de nourriture, dans l’espoir d’obtenir la guérison d’un malade ou d’autres faveurs.
Quelles sont les sources du pouvoir attribué à ces têtes de morts ? Furent-elles au début des reliques de personnes notables du village ? Ou des images évoquant les divinités mayas de l’inframonde ? Ou encore des symboles employés par une association vouée aux âmes du purgatoire ? Afin de comprendre les origines de cette tradition ainsi que l’identité rituelle des trois crânes auxquels on donne les noms de santas ánimas ou santas calaveras, il faut interroger l’ensemble des processus historiques qui ont favorisé la conjonction de formes et de sens que cette cérémonie présente aujourd’hui.

« Le parcours des images dans le rituel des Huichol de San Andrés Cohamiata au Mexique : de la naissance dans le chant à la crémation matérielle »
Yann Hutin (EHESS)

© Y. Hutin
© Y. Hutin

Le cycle cérémoniel de la saison sèche des Huichol de San Andrés Cohamiata au Mexique se décline en une multitude de pratiques réalisées par des groupes unis par un système de charges rituelles durant cinq années. L’observation de ces pratiques invite à s’interroger sur les rapports qu’elles entretiennent avec certaines des images qui naissent dans le chant d’ouverture du cycle, et prennent ensuite corps dans des artefacts qui focalisent l’attention rituelle jusqu’à ce qu’ils soient brûlés au cours de la dernière cérémonie. Grâce à la valeur performative que leur confère le chamane-chanteur, l’énonciation de certains motifs du chant constituerait donc la prémisse de séquences d’actions que le groupe doit mener ultérieurement. Après avoir décrit les propriétés du chant, son cadre de référence, ainsi que les supports physiques du rituel, l’hypothèse qui sera discutée est celle de l’existence de représentations synthétiques du cycle cérémoniel qui associent schémas d’actions, usages d’objets et accomplissements rituels.

Lieu :
MAE, LESC
salle 308
Nanterre

Séance GERM/RITMO (06/02/2017) : Lexique temporalité et rituel

Le lundi 6 février 2017, de 10h à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion du GERM et du GDRI RITMO,

Nous nous réunirons pour faire le point sur les avancées du lexique temporalité et rituel.

Cette réunion sera suivie d’un pique-nique à la bibliothèque Eric-de-Dampierre, en remerciement de tout le travail effectué fin 2016 pour l’intégration des documents au fonds maya, nous comptons sur votre présence.

Lieu :
LESC, MAE
Nanterre
Salle 304

GERM Anthropologie de la Nuit (13/01/17)

Le groupe Anthropologie de la nuit et le GERM sont heureux de vous inviter au séminaire commun  :

Le 13 janvier 2017,
14h30 à 16h30
Max Weber, salle de séminaire 1
Anthropologie de la nuit—GERM

Cédric Becquey : De la nuit et de l’obscurité diurne : une étude épigraphique maya.

la_chauve-souris

Nous initierons les séances Nuit/GERM par une intervention dédiée à l’épigraphie maya. Nous observerons, dans cette étude préliminaire, comment les concepts de « nuit » et d’ « obscurité » interviennent dans les inscriptions glyphiques mayas. Dans un premier temps, nous verrons les occurrences où ils apparaissent comme référents sémantiques au sein des textes, contextes relativement rares en dehors de quelques formules relevant du parallélisme et/ou du diphrasisme. Dans un deuxième temps, nous analyserons plus en détail le motif de la « nuit » comme éléments graphiques. En effet, à l’instar des clés des idéogrammes chinois, ce motif est constitutif d’un grand nombre de glyphes revoyant à des signifiants parfois très éloignés, a priori, du concept de nocturnité. A travers les associations d’idées que ces compositions graphiques impliquent, nous tenterons alors, par inférences, de mieux appréhender le symbolisme de la « nuit » pour les anciens mayas à la lumière d’une telle approche.

Séance du GERM/RITMO (02/12/2016)

Le vendredi 2 décembre 2016, de 10h à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion du GERM et du GDRI RITMO,

Nous nous réunirons pour faire le point sur les avancées du dernier colloque à Rome, nous réfléchirons à la constitution d’un lexique reprenant les principaux termes mentionnés tant à Royaumont qu’à Rome ou Izamal, et nous programmerons les activités du GERM pour les semaines et les mois qui viennent au travers de réunions régulières.

La séance se clôturera par un petit picnic (13-14h) offert par le GERM.

Lieu :

LESC, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Université Paris
Nanterre
Salle 308

Séance du GERM (7/10/16)

Le vendredi 7 octobre 2016, de 10h00 à 12h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion du GERM et du GDRI RITMO

consacrée à l’étude et au commentaire de deux textes (un en archéologie, un en ethnographie) portant sur les rituels de (re)fondation et issus du dernier colloque de la MAE portant sur ce même thème.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
LESC/Université Paris X, Nanterre
salle 308

Séance du GERM (27/09/16)

Le mardi 27 septembre 2016, de 11h à 13h

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion du GERM et le GDRI RITMO.

Nous nous réunirons pour faire le point sur le prochain colloque de Rome, un bilan de l’atelier d’Izamal sur les rituels de fondation (juillet dernier) et programmer les activités du GERM pour les semaines et les mois qui viennent au travers de réunions régulières.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
LESC/Université Paris X, Nanterre
salle 308

Conférences Archam/GERM (17/06/2016): « Idéologie et politique en Mésoamérique »

Le 17 juin, de 10h à 12h

Conférence Archam/GERM
« IDEOLOGIE ET POLITIQUE EN MESOAMERIQUE«  

programme

El códice laúd, su tradición, su escuela y sus artistas
Marisa Álvarez Icaza Longoria (Universidad Nacional Autonoma de Mexico, Mexique)

Uno de los aspectos más enigmáticos y controvertidos del Códice Laud, y de otros miembros del llamado “Grupo Borgia”, se refiere al lugar de origen, los creadores y el momento en que fueron elaboradas estas fuentes documentales pictográficas de contenido religioso. En esta ocasión me centraré en los resultados de investigación sobre el tema de la procedencia del Códice Laud, el contexto histórico de su aparición y las comparaciones estilísticas e iconográficas realizadas con códices, pintura mural, cerámica, escultura polícroma y relieves, procedentes de contextos arqueológicos, de seis diferentes regiones de Mesoamérica propuestas como hipótesis por otros autores en torno a este enigma. Con este estudio fue posible identificar variedades estilísticas, escuelas pictóricas, de la tradición Mixteca-Puebla, y el entorno político e ideológico del Posclásico Tardío, en el Centro y Sur de Mesoamérica.

 

The Realm of Kaanul, Thoughts on a Classic Maya Empire
David Freidel (Washington University in Saint Louis, Etats Unis)

Research at El Peru-Waka’ and La Corona in northwestern Peten suggests that rulers of Kaanul based at Dzibanche, Calakmul and other cities in Mexico, established hegemony in Peten during the sixth to eighth centuries. In this presentation I draw upon the work of the Tulane project at La Corona and the El Peru-Waka’ Project to discuss this historical development. I will also reference research at some other cities, but I invite discussion of this matter from the perspective of research at Naachtun and other cities researched by French programs.

 

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

Atelier GDRI RITMO: (3-4/07/2016) « La instauracion de nuevas temporalidades »

LA INSTAURACIÓN DE NUEVAS TEMPORALIDADES :
RITUALES DE FUNDACIÓN, RENOVACIÓN, NACIMIENTO Y ENTRONIZACIÓN EN MESOAMÉRICA

Atelier Izamal
Groupe de Recherche International : RITMO (CNRS, LESC, ArchAm)
Centro de Estudios Mayas (IIFL, UNAM)

 3-4 juillet 2016

 CECIDHY, Izamal, Yucatan, Mexique

Programme et résumés : télécharger ici

Los rituales de fundación son fundamentales para las sociedades mesoamericanas ya que movilizan espacios y objetos así como una serie de acciones cuya finalidad es establecer una nueva temporalidad, un nuevo “tiempo”, creando un antes y un después, y cierta discontinuidad en la vida de los objetos, de los espacios o de los seres humanos. Entendemos rituales de fundación en un sentido amplio como rituales que marcan un inicio, que éste concierne la ocupación de un espacio, un periodo de vida, un ciclo agrícola, la toma de un cargo político, etc. Dichos rituales de fundación/nacimiento/inauguración/entronización crean una articulación entre un tiempo pasado y un tiempo nuevo (continuidad/discontinuidad) cuyas modalidades deben ser analizadas, al igual que el papel de activación y de animación de los espacios (públicos o domésticos), de los objetos y de los seres que permiten estos rituales. En este taller, los análisis se podrán enfocar en los objetos materiales (objetos nuevos, reutilizados, reciclados, cotidianos sacralizados, destruidos o alterados, desechos…), en los espacios involucrados (residenciales, rituales, públicos o políticos…), en los seres (actores y/o transformados). Se dará especial atención a los procedimientos implicados en la creación de un tiempo o ciclo nuevo, sean estos operaciones gestuales o corporales (cortar, quemar, cocer, sembrar, destruir, envolver, mover, desplazarse, bailar…), discursos e intercambios verbales rituales u otros. Nos centraremos así en las acciones que permiten instituir algo nuevo, renovar, refundar, instaurando a veces cierta continuidad.

Séminaire Anthropologie de la Nuit (03/05)

Le mardi 3 mai, de 10h à 13h

Guillaume Garnier (docteur en histoire moderne de l’Université de Genève et en histoire contemporaine de l’Université de Poitiers) et Arnaud Exbalin (historien spécialiste du Mexique colonial et maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre) interviendront dans la séance du séminaire « Anthropologie de la Nuit » organisé par le LESC.

Avec la participation de Nadine Beligand, Maître de Conférences en Histoire Moderne, LARHRA Université Lumière Lyon 2.

Guillaume Garnier
Quand le corps rencontre la nuit« 

Depuis quelques années, la nuit a réussi à conquérir l’intérêt des historiens de différentes époques. Ces derniers ont étudié la singularité de la nuit comme espace social et culturel spécifique ainsi que les enjeux que présentait ce cadre spécifique. Pour autant, la nuit est constituée de valeurs transversales et pluridisciplinaires qu’il ne faut pas négliger.

C’est dans ce sens que j’entends poursuivre mes recherches en les inscrivant davantage encore dans une approche d’anthropologie historique. Si la nuit en tant que cadre environnemental mérite toutes les attentions des observateurs, elle prend encore plus de sens quand sont évoqués et analysés ses rapports avec les corps.
Le sommeil est une interaction logique et majoritaire des temps obscurs, mais sa gestion et celle des temps de veille sont pour une partie importante, soumise à de véritables impératifs culturels. Les nuits sont donc plurielles selon les corps en présence, les sociétés, les contextes, autant que régies par climats et contraintes naturelles. Mes dernières recherches sur la pertinence des événements nocturnes et sur les corps endormis n’ont fait d’ailleurs que souligner l’importance de les prolonger, d’autant plus qu’elles permettent de réfléchir sur les moyens de s’approprier (ou non) la nuit à des périodes distinctes.

Aussi, j’essayerai de présenter dans cette intervention les pistes éclairées par mes recherches sur l’histoire du corps endormi, celles résultant de ma collaboration avec Alain Cabantous sur les événements historiques nocturnes, et enfin les problématiques et réflexions que je pourrai apporter et soutenir dans le cadre de ma collaboration avec le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative et au sein du séminaire « anthropologie de la nuit » (réflexion globale sur la place de l’homme/du corps durant la nuit, réflexion sur la méthodologie d’une anthropologie de la nuit : quelles sources ? quels espaces ? quelle approche comparatiste ? et surtout la place du sommeil durant la nuit jusqu’à nos jours). A l’évidence une étroite collaboration théorique et méthodologique avec l’anthropologie est indispensable pour la menée d’une telle perspective de recherche.

Arnaud Exbalin
Domestiquer la nuit. Perspectives ehtno-historiques« 

Arnaud Exbalin et Sophie Reculin présenteront leurs recherches respectives sur la naissance de l’éclairage public au XVIIIe siècle en France et au Mexique ainsi que leur nouveau projet de recherche commun intitulé « Civiliser la nuit. Invention, pratiques et régulations des espaces publics nocturnes dans les villes occidentales (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Ces historiens de la ville souhaiteraient ouvrir un dialogue avec les anthropologues du LESC et à moyen terme construire un partenariat plus durable. Outre la fécondité qui n’est plus à démontrer d’associer histoire et anthropologie dans la recherche en science sociale, ce projet s’inscrit pleinement à la croisée des deux disciplines. L’usage de certaines sources favorise en effet une approche fine des territoires et des perceptions individuelles de la nocturnité. Certains questionnements qui seront soulevés ne peuvent en effet faire l’économie de concepts et de méthodes propre à l’enquête ethnologique. Comment les habitants réagissent-ils aux dispositifs matériels (éclairage) et normatifs (règlements) mis en œuvre par les autorités urbaines au cours du XVIIIe siècle ? De quelle manière intègrent-ils ou détournent-ils, dans leur quotidien, les effets d’une illumination permanente ? Nous serons particulièrement attentifs à certains lieux fréquentés en première partie de la nuit (promenades, alentours des théâtres, tavernes), lieux pour lesquels nous disposons de sources, notamment judiciaires et policières. Des scénarios à description dense seront rendus et analysés au moyen des archives de la pratique afin de rendre compte de la pluralité des acteurs qui participent à la fabrique d’une paix urbaine longtemps considérée comme incompatible avec la nuit. Au-delà, comment bascule-t-on d’une nuit effrayante dont l’image fut patiemment construite par hommes d’Eglise et juristes à une nuit synonyme de plaisirs socialement valorisée ? Si les études relatives aux imaginaires nocturnes ont fait la part belle à la littérature, nous voudrions explorer d’autres gisements documentaires moins utilisés. Outre la presse, les chroniques et les journaux de voyage, les journaux intimes mais aussi l’iconographie nous donneront accès aux perceptions du sens intérieur et aux systèmes d’émotions construits par les nocturnités.

Lieu :
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
Université Paris X, Nanterre
salle 308

Séminaires-conférences de l’EHESS : (11-24/05) Flavia Cuturi

Nous avons le plaisir de vous transmettre ce message de la part de Michel de Fornel concernant la venue de :

Flavia Cuturi (Università degli studi di Napoli, « L’Orientale »)

pour 4 séances de séminaire-conférences à l’EHESS les 11, 18, 19 et 25 mai.

Le GERM est heureux de participer à son accueil et nous vous invitons vivement à y assister et à participer aux discussions lors de ces séances. Un pot de bienvenue sera offert à cette occasion et d’autres informations vous seront données en temps utile.

Aurore Monod Becquelin

11 mai 2016

Arang naxey, arang najtaj: « faire l’homme, faire la femme »
« Les conseils »: deixis sociale et construction de la personne: les attentes sociales et du genre dans la vie quotidienne des Ikoots/Huave de San Mateo del Mar

Tout individu expérimente, au cours de sa vie, un processus continuel de socialisation qui, dans de nombreux cas, ne se réfère pas à un système de valeurs explicites et définies. Les valeurs, les idéologies et les représentations sont souvent le résultat des moyens linguistiques et rhétoriques mis en oeuvre en contextes dialogiques et ce sont ceux-ci qui transforment en habitudes standardisées les expériences que tout individu fait en tant que membre de sa société. Cette codification fait partie des interactions verbales quotidiennes. Chez les Ikoots / Huaves de San Mateo del Mar (Oaxaca, Mexique), il existe une sorte de recommandation pédagogique sous forme de monologue, le apaj okweaj (il/elle appelle le sien/la sienne). Produire un apaj okweaj fait partie des attentes et des engagements dictés par les rôles respectifs attribués aux plus jeunes et aux adultes, hommes et femmes. Les instruments linguistiques rhétoriques donnant signifié et efficacité au apaj okweaj, s’expliquent par un réseau complexe de constantes qui influencent sa forme et ses contenus: a) l’usage que les locuteurs font des déictiques spatiaux, temporels et personnels en fonction du public; b) les critères locaux conférant ou non à une personne l’autorité nécessaire pour prendre la parole; 3) le contrôle social influençant conseilleur et conseillé. Enfin, le processus tout entier est soumis à une certaine conception de la responsabilité, à laquelle, aucun individu, quelle que soit son autorité, ne peut se soustraire. Le apaj okweaj fait partie du réseau complexe de processus sur lesquels sont fondés la socialisation et les critères d’appartenance à la société.

18 mai

Dire la vérité. La question de l’arbitraire et de l’iconicité dans l’idéologie du langage chez les Ikoots

“Dire la vérité” est une formule que j’utilise pour définir la synthèse entre un ensemble de constantes morphologiques, sémantiques et syntaxiques, et une dimension paradigmatique présente dans la langue (ombeayiüts ‘notre bouche’) parlée des Ikoots / Huave de San Mateo del Mar. L’analyse des interactions verbales quotidiennes ikoots (huave) révèle comment la personne qui parle se soucie souvent de réaliser à des niveaux diversifiés, une correspondance “exacte” entre les mots et le monde, entre le parler et l’agir, avec une perte conséquente du sens de l’arbitraire. Cette réalisation récurrente est configurable à l’intérieur d’un vaste fond paradigmatique définissable en termes d’iconicité. Dans ce contexte, la notion d’arbitraire est incontestablement valide à un niveau macro-théorique, mais peu efficace pour l’étude du rapport d’ensemble qu’entretiennent ceux qui parlent leur langue. La notion d’iconicité en revanche semble offrir des idées théoriques et analytiques très intéressantes; elle-même couvre de nombreuses dimensions de l’utilisation de la langue, mais surtout elle lie l’activité de la langue parlée à l’existence vécue et imaginée des individus, aux activités créatrices de l’identité de chacun et fondatrice des relations sociales, à la perception de l’ordre et du désordre. Dans ce contexte on observera le rôle des evidenviels et de la forme subordonnée des verbes.

19 mai

La prise de décisions dans l’action politique ikoots: le conflit entre « l’utopie » de l’unanimité décisionnelle du village et la multivocité de l’hégémonie nationale des partis

On va explorer certaines dimensions paradigmatiques chez les Ikoots (Huaves) de San Mateo del Mar autour des dimensions qui conditionnent la façon d’agir et la conduite de la politique publique. En effet, parmi les représentations ikoots des actions sociopolitiques des individus, on retrouve un équilibre entre un paradigme « individualisant » de l’identité de la personne et une conception unitaire des actions des individus qui organisent la vie du village. Celles-ci, jointes aux représentations de la parole et du discours, forment une réelle « esthétique » du jeu politique. Il est nécessaire d’expliquer ces dimensions afin de comprendre certains aspects de leur conduite en politique publique qui se déclare contre le multipartisme de la réalité nationale; pourquoi dans la multivocité y a-t-il la source des principes antidémocratiques et la fin de la participation collective?

25 mai

Ce qui peut être fait avec des racines: la « vie » des racines du ombeayiüts (‘notre bouche’) dans la communication quotidienne ou rituelle

Au cours des dernières années, je me suis consacrée à l’étude systématique de la morphologie des racines verbales, nominales et adjectivales du ombeayiüts (avec leurs prépositions), pour « découvrir » l’emploi pragmatique des ressources morphologiques de cette langue. Les domaines que j’ai explorés le plus sont ceux des perceptions sensorielles (formes, sons, bruits et rumeurs, saveurs, odeurs), des déplacements dans l’espace, des mouvements nécessaires du rituel, ceux pour le tissage, pour la préparation de la nourriture, des repas, etc.
Mais l’approche était aussi une autre recherche, plus mécaniste et typologique: à partir de ressources morphologiques, j’ai exploré lequel des préfixes, suffixes et infixes pouvait être appliquée et lequel ne pouvait pas être appliquée aux racines verbales et adjectivales. Les objectifs de ce défi sont au nombre de deux: le premier est la réalisation d’une grammaire et d’un dictionnaire thématique pour les écoles bilingues de San Mateo; le deuxième… est le rêve de tous les anthropologues: saisir le point de vue de l’indigène!