Archives de catégorie : COLLOQUES_PASSES

Colloque international (3-5/11/16): « El Tiempo en recomposiciones »

Du 3 au 5 novembre 2016,

Aura lieu le colloque international : 

« El tiempo en recomposiciones :
Enfoques interdisciplinarios sobre los rituales mesoamericanos »

Organisé par Alessandro Lupo (Sapienza Università di Roma) et Perig Pitrou (CNRS) dans le cadre du GDRI RITMO. 

Programme : cliquez ici

 

Lieu :
Faculté de Lettere e Filosofia
Cité universitaire, Rome
salle 304

GDRI RITMO (22-24/10/2015): Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions

Du 22 au 24 octobre 2015,

aura lieu la rencontre internationale de Royaumont intitulée :


« Temporalités rituelles : séquences, processus et coordination des actions«  

Colloque International : « Regards croisés sur les relations humains / animaux en Mésoamérique : l’exemple du dindon »

Colloque International

Regards croisés sur les relations
humains/animaux en Mésoamérique :
l’exemple du dindon

Du 11 au 13 février 2015,
à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Autonome du Chiapas
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, Mexique

Programme

L’objectif de ce colloque est en particulier de réfléchir aux relations humains/animaux telles qu’elles se manifestent dans des sociétés mésoaméricaines passées et présentes. À travers l’étude d’un animal occupant une position centrale dans le monde amérindien, l’enjeu théorique est d’ouvrir le modèle d’ordre naturaliste : nature-culture, à d’autres points de vue épistémologiques susceptibles de mettre en évidence la complexité des interactions s’établissant entre les humains et leur environnement. Les travaux contemporains menés sur « l’ethnographie multi-espèce », sur l’anthropologie de la vie ou encore sur l’anthropologie des dynamiques rituelles ou de la figuration (entre autres) pourront ainsi aider à replacer les données empiriques dans un cadre conceptuel élargi.

 

Stage intensif INALCO (29/09-04/10-2014) : « Langue et Ecriture Maya »

Le stage intensif de
Langue et Ecriture Maya
aura lieu du 29 septembre au 4 octobre 2014

organisé par l’INALCO, avec le soutien de l’Institut des Amériques et du musée du quai Branly

Veuillez cliquer ici pour ouvrir la brochure du stage

La semaine Maya de l’INALCO s’adresse à toute personne ayant un intérêt pour les Mayas des époques préhispaniques à nos jours, désireuse d’acquérir des connaissances sur leurs langues et cultures.

Elle propose aux étudiants de s’initier :

  • à une langue maya, parmi celles encore les plus parlées aujourd’hui, le tseltal, par des cours donnés par Javier Francisco Sánchez Gómez, locuteur natif et linguiste maya tseltal et Marie Chosson, maître de conférence à l’INALCO.
  • au déchiffrement de l’écriture maya préhispanique, par des cours donnés par Cédric Becquey, spécialiste en épigraphie et en linguistique diachronique des langues mayas.

L’inscription à ce stage donne droit :

Ce stage s’intègre au cursus de Langues et Cultures Mayas de l’Inalco (Diplôme d’Etablissement en 2 ans), qui s’étend sur toute l’année. Les participants sont invités à poursuivre le cursus (dont les heures du stage sont décomptées) mais ils peuvent ne suivre qu’une partie ou l’intégralité du stage initial.Ces enseignements sont en étroite relation avec la recherche mayaniste qui se fait au sein du Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (MAE) à l’Université Paris Ouest Nanterre, groupe auquel collaborent les enseignants.

Pour plus de renseignements sur les modalités d’inscription contactez :

Marie Chosson : marie.chosson@inalco.fr

Colloque international (8-10/10/2014) : « Mesures et textures du temps chez les mayas : le dit, l’écrit et le vécu »

« Mesures et textures du temps chez les Mayas : le dit, l’écrit et le vécu« 

mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 octobre 2014

PROGRAMME COLLOQUE

Colloque international organisé par le Groupe d’Enseignement et de Recherche Maya (GERM) en collaboration avec la Direction du Développement Culturel, le Département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly, et la UNAM au Mexique.

Proposé à l’occasion de l’exposition « MAYAS: Trois mille ans de civilisation » (30/09/14 – 08/02/15), ce colloque sur les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas met à l’honneur les sociétés mayas actuelles et leur inscription tant dans le flux du vécu et les formes d’agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Ce colloque pluridisciplinaire réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L’ambition de ces journées est d’ouvrir des voies nouvelles dans l’exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Comité scientifique
Alain Breton (CNRS), Dominique Michelet (CNRS), Aurore Monod Becquelin (CNRS), Fabienne de Pierrebourg (musée du quai Branly), Mario H. Ruz (UNAM), Valentina Vapnarsky (CNRS)

INFORMATIONS PRATIQUES

le 8 octobre : 11h – 17h30
les 9 et 10 octobre : 9h30 – 18h30
lieu à confirmer
accès libre dans la limite des places disponibles

Colloque international “Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

“Sociétés mayas millénaires : crises du passé et résilience”

1er et 2 juillet 2011 – Musée du Quai Branly, Paris

Org. : M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Richard Hansen, Jean-Paul Métailié, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, Fabienne de Pierrebourg, Juan Antonio Valdés.

Thème du colloque :

L’archéologie mayaniste et plus généralement l’archéologie du Guatemala, qui ont souvent partie liée avec le tourisme, traitent chaque site comme une entité sociopolitique en soi, dont l’histoire se termine le plus souvent par l’abandon de ses monuments, que la forêt finit par recouvrir. Cette image romantique est utile à la mise en scène des ruines. Pourtant les sociétés mayas et les autres sociétés anciennes n’ont pas disparu avec leurs cités ruinées et ne peuvent se réduire à leur site archéologique. La question de leur résilience est fondamentale, mobilisant les résultats des recherches archéologiques, épigraphiques et iconographiques les plus récents et formant l’arrière-fond de nombreuses hypothèses. D’autres graves crises ultérieures furent celles de la conquête espagnole et des épisodes de guerres postérieures. Tenter de les comprendre à distance dans l’éclairage d’un passé millénaire doit contribuer à donner du sens au présent. Ce colloque, qui a réunit une vingtaine de chercheurs internationaux, visait avant tout, dans la problématique des crises et de la résilience, à rassembler et à présenter les synthèses de recherche les plus récentes et les plus nouvelles concernant l’évolution de l’ancienne civilisation maya et des sociétés voisines, ainsi que les sociétés mayas actuelles.

 

Publication : M.-Ch. Arnauld, A. Breton, D. Michelet et Ph. Nondédéo (eds). 2013. (cliquer ici pour voir la publication)

13e European Maya Conference (Wayeb), “La vie quotidienne maya”

13e European Maya Conference (Wayeb), “La vie quotidienne maya”

du 1er au 6 décembre 2008 – Musée du Quai Branly / ENS, Paris. org. M.-Charlotte Arnauld, Ramzy Barrois, Alain Breton, Dominique Michelet, Philippe Nondédéo, et Valentina Vapnarsky.

Thème du colloque :

Le thème de la vie quotidienne en pays maya peut constituer un axe de convergence et ouvrir un espace de discussion et de dialogue entre les différentes disciplines représentées (archéologie, épigraphie, ethnographie, ethnohistoire, ethnolinguistique et iconographie), lesquelles sont focalisées depuis des décennies sur leurs propres thématiques de prédilection (le politico-religieux, l’aspect mythico religieux, la tradition orale, la linguistique, l’habitat et sa distribution dans l’espace…). Le thème de la vie quotidienne revêt cependant un aspect à la fois basique et inévitable pour chacune de ces disciplines et permet une confrontation de points de vue et de données pluridisciplinaires. En effet, il porte autant sur la frange paysanne de la société que sur ses élites et se rapporte à des sphères aussi bien domestiques que publiques, de même qu’aux domaines du social comme du politique. La vie quotidienne se révèle non seulement au travers de la culture matérielle (typologie des résidences, définition des espaces domestiques, productions artisanales et artistiques, moyens de subsistance) mais aussi au travers de multiples activités comme la préparation des fêtes, les cérémonies ou les rituels. Elle englobe également des aspects essentiels tels que l’apprentissage et la transmission orale ou écrite, la perception de l’Autre (à travers, entre autre, la vestimentaire) ou la relation fondamentale aux ancêtres.

 

Publications : P. Nondedeo et A. Breton (éds). 2012. (cliquer ici pour voir la publication)

Colloque international “VARIANTES ET VARIATIONS EN PAYS MAYA”

Colloque international “Variantes et variations en pays maya”

les 10, 11 et 12 décembre 2007 – Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre / Maison du Mexique, Cité Universitaire, Paris

org. M.-Charlotte Arnauld, Alain Breton, Jacques Galinier, et Aurore Monod Becquelin).

Les partenaires invitants étaient, par l’intermédiaire du GERM, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes (MAEE), le Musée du Quai Branly, la Cité Universitaire Internationale, l’Université de París X, Nanterre, l’Université de París I, Panthéon-Sorbonne, la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie “René-Ginouvès” (UME 844), le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186), le laboratoire Archéologie des Amériques (UMR 8096), le Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA).

 

Thème du colloque :

Les recherches qui avaient été menées pendant le déroulement du projet “Géographies du sacré, dynamique des espaces et des identités mayas” (ACI TTT 2002-2006) et poursuivies au sein des Ateliers ont amené les participants à focaliser leur attention et leurs hypothèses de travail sur les notions de variantes et de variations, et à les transformer en outils opératoires pour l’analyse et la description dans les études mayanistes. Il apparaissait que les définitions des espaces, des objets, des entités ou des qualités (dont le “sacré”) se prêtent mal à entrer dans une typologie rigide et admettent plutôt des oscillations pragmatiques de sens, dues à des situations qui ont tantôt un statut de “passe-frontières”, donnant accès à une nouvelle affiliation catégorielle – embrayeurs qu’il convient de reconnaître et de définir strictement –, tantôt un statut qui conserve à l’idée de variante son sens structuraliste, c’est-à-dire non pertinent pour la définition identitaire. Ce sont ces dernières qui furent appelées “variations” et qui constituent le “style maya” spécifique tel qu’il peut être perçu aussi bien en épigraphie, iconologie, archéologie, ethnologie ou linguistique dans les manifestations culturelles que dans l’oralité ou l’écriture (évitement de “l’identique”). Le colloque réunit sur trois jours plus une trentaine des spécialistes internationaux de différentes disciplines sur l’aire maya, avec une  ouverture comparative sur l’ensemble de la Mésoamérique ainsi que sur des aires plus éloignées (Océanie notamment).

 

Publications : Monod Becquelin, Breton et Ruz (eds.) 2010.
(cliquer ici pour voir la publication)