Récits bibliques et narrations indigènes

Les traditions narratives mésoaméricaines, et maya en particulier, offrent l’inscription de plusieurs traditions et contextes religieux et rituels. Nombreuses sont celles où l’on peut reconnaître des motifs de récits bibliques et hagiographiques ou de contes moraux qui témoignent de mouvements et de contacts d’époques et de lieux lointains. Plutôt que de repérer  les analogies des discours et des récits de chaque tradition, il s’agit de saisir les processus d’attribution – en étroite relation avec le social – de nouveaux sens et de nouveaux contenus aux mythes mésoaméricains.

L’analyse des transformations des récits — depuis l’époque coloniale parfois et en tout cas depuis la première moitié du 20ème siècle — est intéressante à un premier niveau (et en coopération avec des ethnohistoriens) par les précisions qui pourront être apportées sur l’origine et la diaspora des récits et des rituels de l’ancien continent. A une échelle plus petite, les récits qui concernent notamment les fondations de village ou les cosmogénèses impliquent des processus de transformation dans le tissu de la narration en étroite relation avec le changement socioculturel (par exemples, les références à des passés différents, le lexique choisi, etc.). Enfin à un troisième niveau, les recherches sur la diachronie des récits et leurs caractéristiques discursives aux plans lexical, grammatical et rhétorique permettraient d’interroger les stratégies d’usage contemporains de ces temporalités mythistoriques, et d’examiner quand cela est possible les deux types de cheminement entre oralité et rituel: les croyances inscrites dans les récits qui légitiment le rite ou inversement les rites structurant la tradition orale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique