Nourritures rituelles

La nourriture est conçue, fabriquée  et échangée entre êtres humains ainsi qu’entre humains et autres existants. Elle permet l’élaboration d’objectifs communs et d’activités entre les différents types d’existants. Ces caractéristiques de la nourriture reçoivent par conséquent une dimension symbolique fortement liée au contexte environnemental, historique et socioculturel. En plaçant la nourriture comme vecteur d’un ensemble de relations sociales, interethniques et symboliques dans des sociétés amérindiennes et plus spécifiquement en prenant le point de vue des acteurs sur le sens de leur nourriture rituelle, il s’agira de comprendre les mécanismes matériels et rhétoriques de la dimension rituelle de la nourriture dans ces sociétés.  On entendra donc ici par l’étude de la « nourriture » l’examen de l’ensemble des objets et des processus qui entrent dans l’activité quotidienne ou rituelle de préparation culinaire et d’ingestion (concrète ou symbolique), ainsi que le discours associé aux actions techniques et aux coutumes festives liées à ces activités.

Le dernier atelier thématique international de 2011 (Ariel de Vidas et Gutiérrez « Comidas rituales y alteridades en sociedades amerindias ») a montré que la nourriture constitue à la fois un marqueur, un indice, la mise en pratique d’une vision du monde ainsi que des conceptions de la personne, et engage une réflexion sur un phénomène fondamental de cette activité : la répétition et les opérateurs — complémentation, inversion, réduction, métaphorisation, etc — qui permettent le lien entre la vie quotidienne et la vie rituelle.

Marqueur de temporalités : du jour et de la nuit — essentiellement dans les activités de préparation —, des saisons dans le choix et l’utilisation des produits — par exemple fruit de saison ou hors saison —, des temps rituels puisqu’en Mésoamérique comme ailleurs, les rites, qu’ils soient thérapeutiques, propitiatoires ou réparateurs, s’accompagnent de mets spécifiques.

La nourriture est également un indice puissant des rôles dans la société, non seulement pour l’attribution dans la chaîne de préparation aux genres masculin et féminin, mais aussi pour le repérage de la parenté ou des hiérarchies du pouvoir  — dans la distribution des mets, par exemple. Sur un plan temporel, elle est également un indice de la périodisation rituelle et de la récursivité des fêtes —autant celles qui sont étroitement associées à une période plus ou moins fixe de l’année que celle qui sont associées à un événement mobile mais constant dans une société (funérailles par exemple). L’origine des mets employés peut servir également d’indicateur de frontières sociales et ethniques.

Parce que les modes de dire et les modes de faire à propos de la nourriture se complètent pour exprimer une vision du monde environnant et des acteurs qui y recourent, on étudiera simultanément les techniques avec leur articulation propre — causalité des actions, finalité, contrôle etc.—  ainsi que la catégorisation linguistique des actions de préparation-modification-coccion-conservation, des qualités perçues par les sens – goût (chaud, froid, liquide, pâteux, dur, gras…) , toucher (façons de : manger, croquer, sucer, lécher ; ou matière à : manger-viande, manger-chose-molle…), odeur (arômes, perception de l’évacuation ou de la présence de certaines odeurs), vue (couleurs, formes), attributs (sauvage, domestique, autochtone, transgénique…) et sons -, enfin du degré de contrôle sur la synchronisation des actions et des discours. Au delà de la catégorisation du monde animal, du monde végétal, des propriétés de chaque substance utilisée dont la fin sera l’ingestion réelle ou symbolique, de la nomination des plats et de la façon de consommer, la langue renvoie à des conceptions induites de la durée des actions (épaissir, réduire), de leur irréversibilité ou non (brûler, hacher et non re-hacher/couper et recouper), des aspects continuatif ou itératif etc. Enfin, tout au long de la chaîne opératoire se présentent mille et une façons de concevoir et de commenter ce qui est « mangeable » à telle ou telle occasion. L’adaptation aux périodisations culturelles du cycle vital, toujours associée à des prescriptions ou des prohibitions qui forment souvent une chaîne continue entre l’alimentation et la médecine, est également importante à étudier. Cette recherche devrait aussi permettre d’analyser les usages sociaux, les pratiques symboliques et linguistiques autour de la nourriture dans les dispositifs rituels en Mésoamérique  et d’engager une réflexion sur le concept de répétition à différentes échelles afin de rendre compte des spécificités de la répétition des actions quotidiennes versus celle des actions rituelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique