Géographies du Sacré, dynamique des espaces et des identités mayas

Site internet

Les permanences perçues dans le monde maya évoquent une certaine unité dont on a inféré une relative spécificité culturelle au sein de l’ensemble mésoaméricain ; les mutations, dans le long et dans le court terme, nous ont obligé en même temps à nous intéresser aux deux phénomènes ; les changements drastiques de ces dernières décennies, l’ethnohistoire de la colonisation, les migrations, les contacts, mais aussi les politiques nationales et régionales et la microhistoire récente en même temps que la perméabilité à la mondialisation doivent être repensés à la vue de cette pondération entre changements et continuités.

  • Les relations fortes entre territoire et identité (parfois revêtant des figures d’assimilation, comme l’exemple de Cancuc (ajaw : collines/entités) ou de Bachajón (prinsipal : autorité/espace habité sous l’autorité) ;
  • L’extracorporalité de certains éléments de la personne et la multiplicité des statuts et fonctions qui y sont attachés ;
  • L’importance, probablement liée aux deux premiers paramètres, de la caractérisation des espaces, positions, mouvements, repérée par de nombreuses études de pragmatique relatives à la deixis spatiale ou temporelle (Hanks, Vapnarsky) aussi bien que de cognition (Levinson, Brown, Lucy).

Un aspect essentiel et non de moindre difficulté dans notre collaboration, a été l’exercice de la pluridisciplinarité qui impose :

  • l’Histoire confrontée aux événements perçus par les Mayas eux-mêmes, particulièrement celle des contacts pré- et post-coloniaux;
  • l’écologie car les régimes en sont extrêmement variés dans cette région du monde ; l’archéologie indispensable dans sa dimension factuelle et matérielle pour des états éloignés dans le temps;
  • l’épigraphie dont l’étude des représentations ne saurait se passer;
  • l’ethnographie qui reste le fondement de toute recherche par son intimité avec le terrain et ses procédures de découverte des liens sociaux;
  • l’ethnolinguistique au sens large, de la sémantique grammaticale jusqu’aux traditions orales et à l’horizon, des recherches cognitives et comparatives.

A partir des axes évoqués, le thème central s’est défini comme la relation représentée et vécue entre les partitions de l’espace et leurs dynamiques (dues à des facteurs historiques, fonctionnels, symboliques) en se concentrant sur les rapports entre l’espace sacré et l’identité, à différents niveaux. Deux limitations principales ont été décidées. Tout d’abord, les conceptions de l’espace au sens cognitif, objet des recherches d’un grand nombre de chercheurs du Max Planck, n’étaient pas notre préoccupation première, mais une thèse a été entreprise sur l’apprentissage des espaces chez les yucatèques du Quintana Roo, qui nuance certaines des conclusions de ce courant de recherche (Le Guen).

Pourtant, si le nombre réduit des membres du projet n’a pas permis de couvrir l’ensemble des disciplines ni des sujets requis, nous aboutissons à un certain nombre de conclusions précises et à une compréhension plus fine d’un certain nombre de phénomènes qui nous semblaient variés ou même paradoxaux.

Le cheminement méthodologique imaginé pour aborder le thème adopté a été le suivant :

  • Confirmer l’hypothèse de l’inadéquation de définitions qui prendraient la forme d’une relation constante des espaces à des caractéristiques fixes, en particulier dans le cas des lieux, des objets ou des textes dits « sacrés ». Définir les termes en contexte, et porter la plus extrême attention à leurs variations de définition, de sens, d’emploi, de fonction.
  • Comprendre à cette occasion comment le territoire lié aux hommes s’inscrit dans un espace large (cosmologie).
  • Repenser la notion dualiste d’opposition (où nous avait entraînés entre autres la rhétorique du parallélisme) et qui était décrite de façon schématique sous des termes trop généraux (socialisé / sauvage, Hautes Terres / Basses Terres…) ou trop spécifiques (montagne /grotte, village / forêt…).
  • Elargir à une réflexion plus générales sur les catégories et leur usage par les Mayas eux-mêmes – interrogeant aussi bien les Mayas contemporains que les manifestations iconographiques (typologie des genres de tradition orale, des bâtiments archéologiques multifonctionnels, des entités surnaturelles etc.) et sur les procédés de reconnaissance des variantes, spécialement en épigraphie et iconologie.

Déniant à des catégories polaires rigides le statut de prémisses, nous avons pensé heuristiquement plus productif de partir paradoxalement d’un concept flou mais utilisé par toutes les disciplines – « sacré » – qui a une correspondance (à élucider) avec un/des terme(s) mayas traversant les époques, les lieux, les langues, les objets et les comportements (ch’ul …) et qui exige des élucidations contextuelles. On a cherché d’abord dans des lieux où on s’attendait à le trouver : expression dans les textes rituels (atelier parallélisme), dans les rapports avec les morts (atelier espace des morts) et dans les marqueurs identitaires (atelier marques matérielles de l’identité).

La première tâche a été de décloisonner nos catégories et de définir les attributs matériels et immatériels liés à des états relationnels – comportements, dialogues, offrandes…- avec des entités spirituelles. La difficulté provient de deux horizons. Les différentes qualités (sacré, profane, privé, public, onirique, nocturne…) dont une même entité peut être affectée [lieu (grotte, maison), objet (statue de saint, épi de maïs), personne (ajaw…)] transforment sa définition et sa fonction, tandis qu’inversement, l’une de ces qualités peut être attribuée, selon les circonstances, à toutes sortes d’entités en les transformant profondément. Un coin de la cuisine peut être selon les événements qui s’y déroulent, privé, public, diurne, nocturne et acquérir tour à tour des fonctions différentes ; tout comme un épi de maïs qui est nourriture ou sacrifice selon le contexte. A l’inverse la nuit n’affecte pas seulement les activités quotidiennes diurnes, mais aussi la composition corporelle, les sens, la connaissance.

Une vue incomparablement moins fixiste et essentialiste des activités, des genres littéraires, des relations sociales en a découlé, et pour des recherches futures, d’autres points d’ancrage pertinents sont apparus pour l’analyse de la culture et de la langue. On considère désormais que la définition de concepts opératoires requiert pour chaque concept la définition d’un ensemble de virtualités que nous saisissons par exemple dans le parallélisme.

Par ailleurs, le contexte sociopolitique actuel (pan-mayanisme, migrations, mondialisation, pressions démographique, tourisme…) démultiplie la variation culturelle maya ; pour en épouser les dynamiques spatiales et identitaires, il faudrait privilégier trois forces : l’histoire, l’économie et la politique – soit les questions autour de l’identité paysanne maya, des néo-identités des migrants et de l’identité nationale et transnationale, les « Mayas » inventés par les anthropologues devenant maintenant gestionnaires de leur propre image au Mexique et au Guatemala.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique