Frontières temporelles

Dans le prolongement de la réflexion menée au sein de l’Axe « Frontières Épaisses » des années passées, il s’agira de s’interroger plus spécifiquement sur la nature de ce qui configure des frontières temporelles, et peut opérer comme déclencheur de changement catégoriel, qu’il s’agisse de temporalités (cycles, périodes, phases, événements…) ou de catégories autres, informées par les attributs et les décours temporels où elles s’inscrivent.

Partant d’une notion de frontière d’épaisseur variable et de composition hétérogène, les qualités de ruption, porosité, déplacement, passage aller ou aller-retour soumises à l’analyse pour rendre compte de ce qui délimite les catégories, ont conduit à concevoir ces dernières en terme d’états (état d’avoir ou de manifester telle ou telle propriété, essentielle ou accessoire), que l’on pénètre ou d’où l’on sort, de façon inéluctable, provisoire ou liminaire, et le plus souvent par transformations complexes et étirées (voir numéro d’Ateliers, Frontières Épaisses, spéc. Monod Becquelin, Introduction). La frontière catégorielle définie en termes de changement d’état, ou de devenir, saisis dans la durée, il reste à comprendre le vaste éventail de schèmes processuels et événementiels susceptibles d’opérer de tels changements et ainsi d’animer et le temps et les choses et leurs qualités : événement ponctuel, singulier ou pris dans une itération, définissant éventuellement une cyclicité ; déroulement processuel, continu ou progressif ; phases d’anticipation, de projection, de rétrospection ou d’achèvement, etc. Ce travail d’irisation temporelle de ce qui constitue des « moments charnières » s’applique à différentes échelles, depuis l’histoire et ses périodes ou cycles, qu’elle soit envisagée du point de vue emic des sociétés indigènes ou etic des archéologues et ethnohistoriens ; jusqu’au temps des activités, interactions, paroles et comportements du quotidien et de leurs mutations brusques ou progressives au cours des cycles diurne et nocturne. Il s’agit ainsi d’aborder d’un regard nouveau des notions fondamentales de l’historicité et du vécu des sociétés mésoaméricaines : crises, ruptures, début et fin de cycles, fondations, … et, ce faisant, de (ré)analyser des frontières élaborées culturellement telles que le wayeb maya, les mythes de l’aube, les rites de fondation, les mises en mouvements de figures d’autorité, etc. L’analyse s’attache également à mieux comprendre les modalités (du discours, des gestes, de disposition et mouvement des objets et des corps…) de création de l’espace-temps rituel, ainsi que les articulations entre des rites distancés dans le temps, mais s’intégrant à des séries ou cycles rituels majeurs, et déployant une ample progression temporelle et transformationnelle sous-jacente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Groupe d'enseignement et de recherche sur les Mayas et la Mésoamérique